25/05/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
pharmacie, discount, low cost, concept, enseigne, Toulouse, salariés © D. R.
« Lorsque nous ouvrons une pharmacie à l’enseigne dans une ville, cela remet tout le monde au travail. Les autres pharmacies augmentent leurs amplitudes horaires et a priori le conseil s’améliore un peu », a indiqué Hervé Jouves, président de Lafayette Conseil, lors d’une visite des officines à l’enseigne à Toulouse, mardi 24 mai.

L’enseigne low cost considère ainsi qu’elle génère un « coup de pied » pour stimuler l’activité des pharmacies environnantes.

Une centième pharmacie au concept

L’enseigne a ainsi ouvert un 100e point de vente en périphérie de Toulouse, ville qui a vu naître le concept Lafayette en 1995. Un réseau qui ne cesse de croître et qui a enregistré la sortie d’une dizaine d’officines au cours des 10 dernières années. Le nord, l’ouest et le sud-ouest de la France sont pour le moment les plus pourvus. « Nous recevons de nombreux dossiers de candidature, mais nous sommes très sélectifs », affirme Hervé Jouves. Les dossiers provenant d’officines installées en centre commercial sont « systématiquement refusés », selon lui, car l'enseigne privilégie les centre-villes.

Ce concept est qualifié de « low cost » et non de discount car, selon l’enseigne, si les prix sont bas, des conseils et des services sont dispensés dans les pharmacies du réseau. Ceci du fait d’effectifs importants dans les officines, qui comptent 15 salariés en moyenne. Le réseau recense 54 000 clients par jour et vise un objectif de 60 000 en 2016, sur la base de 160 officines au concept.

L’officine est liée à l’enseigne, à statut de centrale de référencement, par une convention d’assistance. La redevance versée à Lafayette s’élève en moyenne à 20 000 euros par an.

Mystère sur les marges

Sur les marges appliquées par les officines du réseau, le dirigeant de l'enseigne consent à reconnaître que « Nous sommes quelques points en dessous des autres pharmacies. Mais d’ici 5 ans, nous aurons les mêmes marges que les autres ».

L’enseigne indique que ses officines affiliées réalisent un tiers de leur chiffre d’affaires sur les médicaments prescrits, un tiers sur l’automédication et les compléments alimentaires et un tiers sur la parapharmacie, les rendant moins vulnérables aux baisses de prix successives sur les médicaments. Lafayette précise qu’elle propose près de 20 000 références au sein de son réseau, sur la base de 200 accords cadres avec les laboratoires.

Para et optique sous marque ombrelle

L’enseigne ne se cantonne pas à la pharmacie. Elle a ouvert en 2012 dans le centre ville de Toulouse une surface de vente de 1000 mètres carrés où la parapharmacie côtoie les produits de droguerie, les jouets pour animaux de compagnie et la nutrition spécialisée. Cet espace est présenté par l’enseigne comme un terrain d’expérimentation pour le référencement de marques dans ses pharmacies.

Elle a également investi le domaine de l’optique, avec possibilité pour le pharmacien, s’il le souhaite, de devenir associé d’un opticien ou de le salarier. En s’appuyant sur la notoriété de l’enseigne et de sa croix occitane, les optiques (27 en 2015) sont dissociées des officines mais jamais situées bien loin. Elles ont pour leur part possibilité de communiquer, avec par exemple la distribution de flyers ou de sponsorisation de programmes sur les ondes d’une radio locale. A titre d’exemple, les optiques Lafayette proposent une monture adulte avec verres unifocaux pour 29 euros et 59 euros avec verres progressifs.

Santé connectée en réflexion

L’enseigne annonce la prochaine ouverture de points de vente axés sur le « bien vivre », proposant notamment des articles de maintien au domicile. Le premier point de vente ouvrira avant la fin de l’année à Toulouse.

« Nous réfléchissons actuellement à notre stratégie concernant la santé connectée, qui devrait aboutir à la rentrée. Elle pourrait s’orienter vers la livraison à domicile ou encore le conseil en ligne », a précisé Hervé Jouves.





Les dernières réactions

  • 25/05/2016 à 15:08
    curieux
    alerter
    Comme toutes les franchises,la franchise Lafayette est concernée par la loi travail, qui contient l'obligation pour ces reseaux de mettre en place un comité d'entreprise central.
  • 26/05/2016 à 00:08
    Pipo
    alerter
    Et moi qui croyait que les chaines étaient interdites !
    Isa t'es où ?
    Bref à Nantes elle serait entrain de fermer après avoir dit en boucle à chaque client et chaque jour depuis une dizaine d'années "Savez vous que nous sommes la pharmacie la moins chère de Nantes ?"
    Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se brise
  • 26/05/2016 à 07:14
    tito du 13
    alerter
    Encore un escroc qui fait de l argent sir la sueur des autres
    une marge plus basse 20000 euros à payer ou est l intéret à par pour lui
    et dans 5ans.......les poules auront des dents!!!!
  • 26/05/2016 à 07:58
    larun
    alerter
    Es dire que le patron de l'enseigne est exilé en Belgique pour des raisons fiscales...
  • 26/05/2016 à 09:46
    cs
    alerter
    Il vend du canard wc et des joujoux pour les toutous , bientôt les cartes téléphoniques ?
  • 26/05/2016 à 10:35
    lucien
    alerter
    L'avenir de ce groupement est très incertain s'ils ne remontent pas leurs prix para et otc. Car ils ne vivent que sur le générique, qui va bientôt s'écrouler.
  • 26/05/2016 à 10:35
    Jeum37
    alerter
    "Dans 5 ans, nous aurons les mêmes marges que les autres".
    Parce que tous les autres auront malheureusement vu leur marge s'éroder jusqu'à rejoindre celle des Lafayette...
  • 26/05/2016 à 12:51
    James
    alerter
    Quel discours vertueux : Lorsque nous ouvrons une pharmacie à l’enseigne dans une ville, cela remet tout le monde au travail. Les autres pharmacies augmentent leurs amplitudes horaires et a priori le conseil s’améliore un peu !!!
    On dirait du M.E. leclerc ..... langue de bois et poudre aux yeux.
    Il faut vraiment que les confrères soient déjà en bien mauvaise posture pour postuler à se faire tondre par le réseau Lafaillite !
  • 26/05/2016 à 16:31

    alerter
    On est dans l'air du temps.....nivellement par le bas...une marge qui s'effrite tout doucement.....un CA qui diminue progressivement ....des chaînes de pharmacie qui progresse lentement mais sûrement et qui n'attende que l'ouverture du capital , continuez comme ça et bientôt vous réglerez vos salariés avec des clopinettes ...et encore quelques années et nous serons tous des salariés de grande chaîne ......bravo à tous et bon courage..
  • 26/05/2016 à 17:10
    curieux
    alerter
    ....mais en ne faisant du conseil qu'avec du remboursé,on les contre efficacement sur les prix bas.Et sur la majorité des oxomemazine et autre omeprazole par 7, le prix est maximum a 3ou3.50 euros et on a quand meme 1.02 dessus.
    Ne pas oublier de dire" je suis le moins cher" pour brouiller le discours de nos chers amis,qui, dans ma ville aussi ,repetent bien ce qu'on leur a dit de marteler,comme à Nantes. C'est comme ca que super u, carrefour et autres font pour contrer leclerc:ils sont tous moins cher. Donc,compris?on vend du "pas cher",et ON EST TOUS LES MOINS CHERS !!!!! (et avec le remboursé, c'est vrai)
  • 26/05/2016 à 17:36
    Iron man
    alerter
    Au journaliste ayant écrit cet article, de grâce ne relayez pas les infos sans vérifier.
    J ai des exemples concrets (et récents) où le concept ne prend absolument pas...Et même fait fuir les patients avec les ordonnances.
  • 27/05/2016 à 10:47
    lorenzo
    alerter
    Iron man,

    Votre remarque est intéressante car nous nous interrogeons toujours sur le risque que nos articles renvoient une image trop promotionnelle, lorsque nous assistons à une conférence de presse d'une entreprise.

    En l'occurrence, nous étions quelques journalistes de la presse professionnelle et quotidienne à nous rendre cette semaine à Toulouse à l'invitation de Lafayette pour visiter des officines à l'enseigne, une optique et la grande parapharmacie installée en centre-ville. A cette occasion, nous avons pu poser toutes nos questions aux dirigeants de Lafayette et aux titulaires d'officine.

    Il n'est pas dit dans cet article que le concept fonctionne à tous les coups. D'ailleurs, dans un entretien que nous avions réalisé en janvier 2015, le président de Lafayette reconnaissait déjà qu'il y a des ratés, des échecs de recrutement.

    lemoniteurdespharmacies.fr/revues/le-moniteur-des-pharmacies/article/n-3064/nous-ne-sommes-pas-un-dernier-recours.html

    L'article ne reprend pas ici les chiffres de progression (CA, marge, flux de clientèle) des pharmacies passées sous enseigne annoncés par Lafayette car ils ne peuvent pas être vérifiés.

    Notre souci est de vous informer sans parti pris, et que chacun de nos lecteurs se forge sa propre opinion.

    Excellente journée à vous,

    Matthieu Vandendriessche
    Rédacteur en chef adjoint
    Le Moniteur des pharmacies

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...