20/04/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
tuberculose, BCG, vaccin, HCSP, haut conseil de la santé publique, Guyane, mayotte, Ile de France DR

Dans un contexte de pénurie du vaccin BCG SSI et d’incertitudes quant à l’approvisionnement pérenne en vaccin polonais de remplacement (voir notre actualité du 30 mars 2016), le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), dans un avis publié le 19 avril, a défini 3 niveaux de priorité.

Le premier inclut tous les nouveaux-nés en Guyane et Mayotte ainsi que, dans tous les autres départements - y compris ceux d’Ile-de-France -, les enfants de moins de 5 ans ayant un facteur de risque de tuberculose autre que leur lieu de résidence.

Le second niveau concerne les enfants de moins de 5 ans dont le seul facteur de risque est d’habiter en Ile-de-France.

Le troisième s’applique à la France entière pour les enfants de 5 à 15 ans avec un facteur de risque de tuberculose.

« En situation de pénurie, les professionnels de santé ne constituent pas une population prioritaire », indique le HCSP.






Les dernières réactions

  • 21/04/2016 à 08:23
    Captagone
    alerter
    Les professionnels de santé sont , en France, en principe tous vaccinés car le BCG était obligatoire à l'école il n'y a pas si longtemps encore, non?
  • 21/04/2016 à 23:00
    brucine
    alerter
    Pour schématiser, la fin de l'obligation vaccinale pour la population générale date en effet de 2007, tandis qu'elle n'est plus recommandée pour un certain nombre de professions et hormis situations particulières depuis 2010.

    Mais, si paradoxalement une fraction significative de la patientèle réclame à cors et à cris à la fois le BCG et des vaccins seulement trivalents, le réel problème n'est pas là.

    La vaccination BCG ne protège pas de tous les types de tuberculose, et quand bien même le ferait-elle qu'elle est d'une efficacité modeste: davantage certes au sein des médecins et personnels soignants hospitaliers, ces professions continuent de payer un lourd tribut à la tuberculose, étant même allé jusqu'à des décès.

    De là à dire qu'il y a davantage un credo administratif que sanitaire, le même, puisque l'on parle d'école, que celui qui y limitait la visite médicale des jeunes garçons à la palpation de leurs testicules et à une radio pulmonaire, mais au grand jamais ne recherchait d'autres pathologies dont certaines beaucoup plus invalidantes ou meurtrières...

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...