08/04/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
consentement, don d'organe, personnes inscrite, refus, santé dr

C’est l’un des effets collatéraux insoupçonnés du débat autour de la loi de santé. Le nombre de Français inscrits sur le registre national des refus de don d’organes, géré par l'Agence de la biomédecine, a augmenté de 40 % en un an. Il compte aujourd’hui 135 000 inscrits, ce qui reste très faible au regard du taux réel de refus de 32,5 % constaté par l’Agence elle-même.

Le débat survenu au printemps dernier lors de la discussion par les parlementaires d’un amendement visant à renforcer le poids du consentement présumé du défunt par rapport à l’avis de ses proches a visiblement inquiété.

Alors qu’elle ne recevait qu’une dizaine de demandes d’inscription par jour avant l’examen de la loi de santé, l’Agence de la biomédecine en traite désormais quotidiennement 70 à 80.

L’amendement controversé précise en effet que le registre national du refus est la principale modalité à disposition des Français pour s’opposer au prélèvement de leurs organes. Un décret est actuellement en préparation et devrait préciser d’ici la fin du mois d’avril quelles autres modalités pourront être prises en compte par les équipes soignantes : le fait d’avoir exprimé oralement son refus à ses proches, de l’avoir consigné par écrit … Ces nouvelles modalités doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2017.

Contrairement à d’autres pays, la France n’exclut pas de la greffe les personnes inscrites dans le registre du refus. Autrement dit, vous pouvez refuser de donner vos organes mais en recevoir un si votre santé le nécessite, sans que votre refus d’être donneur vous pénalise sur la liste d’attente de greffon.






Afsané Sabouhi

Les dernières réactions

  • 11/04/2016 à 10:02
    Greffe
    alerter
    Le débat n'a pas inquiété les français mais leur a permis de connaitre un peu mieux la loi (seul 13% des français la connaissaient en 2013). De ce fait, les personnes opposées se sont inscrites sur ce registre afin que leur opposition soit respectée.

    Il convient aussi de rappeler que dans le même temps le nombre de prélèvements a augmenté ....

    Il semble donc que le débat ait eu un effet positif et non négatif !
  • 14/04/2016 à 10:47
    Shabayev
    alerter
    " Contrairement à d’autres pays, la France n’exclut pas de la greffe les personnes inscrites dans le registre du refus. "
    Source ? Quels pays ?

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...