06/04/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
pharmacien, regroupement, ordre, fermeture, liquidation, cession licence Dr

Invité à la table ronde « Pharmacies et territoires » au salon PharmagoraPlus samedi 2 avril, Alain Delgutte, président de la section A de l’Ordre national des pharmaciens a indiqué que « le rythme de fermeture des officines s’accélère ».

« En 2015, il y a eu 183 pharmacies fermées. Une pharmacie ferme désormais tous les deux jours et les chiffres sont féroces », dit-il.

Selon le représentant ordinal, « il s'agit dans la moitié des cas des fermetures sèches (liquidation judiciaire ou remise de licence à l’ARS ) et dans l’autre moitié des cas des fermetures par cession de clientèle ou de regroupement ».

Par ailleurs, « 52 % de ces fermetures se situent dans des villes de 16 000 habitants et 25 % dans les communes de 2 500 à 7 000 habitants », précise Alain Delgutte.






Les dernières réactions

  • 06/04/2016 à 11:58
    BREZHONEG
    alerter
    Et les cabinets medicaux ferment aussi,et..... l'esperance de vie recule. Une coincidence,sans doute.Quel bel outil social nous avons en France !!!!
  • 06/04/2016 à 14:45
    maignan jacques
    alerter
    Et heureusement que l'Ordre, "responsable du reseau" selon son journal, et chargé de surveiller la qualité des relations entre officinaux et malades,se preoccupe de la degradation. Et il va lancer une grosse offensive de la profession rassemblée ,pour dire que ça suffit !!!! Sauf s'il approuve en fait cet abandon de patientele prémédité.
  • 06/04/2016 à 21:26
    Yam
    alerter
    Et avec ça les pharmaciens passent encore pour des nantis ...personne ne s'émeut de la perte sèche pour les officinaux
  • 06/04/2016 à 22:15
    Cc
    alerter
    Moins de médecins libéraux , moins de pharmacies , moins de kiné , etc .... Mais les hommes politiques ont de très bonnes relations , donc non concernés par le problème pour se soigner !!!
  • 07/04/2016 à 00:19
    Lino45
    alerter
    Quel bel outil social! Et dire que nous avons critiqué les services de santé des pays voisins pdt des décennies pour finalement descendre au même niveau... La différence est que les revenus/salaires sont plus hauts chez les voisins.
  • 07/04/2016 à 07:40
    rab74
    alerter
    oui l'ordre et les syndicats se "gargarisent" de la défense du réseau et du maillage....mais rien dans les textes ne permet de le défendre: pas de barrière de distance et une notion d'abandon de clientèle plus que floue et d'ailleurs en voie d'abandon. Dans ces conditions et grâce aux baisses de revenus imposées depuis quelques années via baisses de prix, TFR etc...les pharmacies les plus techniques (personnes âgées, populations en difficulté sous CMU, populations à "produits chers" demandant un max de précautions) se retrouvent en difficulté, les nouvelles missions étant peu ou pas rémunérées mais s'avérant bien chronophages: l'équation plus de temps=plus de personnel ne passe pas avec baisse de marge! Quand de surcroit on laisse faculté au fisc de nous contester la TVA sur les honoraires d'astreinte, et qu'on paye une TVA variable sur les honoraires à la boite (revoir la définition "honoraire", c'est aussi ce qui bloque dans l'inclusion des pharmacies dans les CISA), on se retrouve dans une complexité contre productive pour laquelle on n'a pas signé! je veux bien gérer serré, mais qu'on ne m'empêche pas de le faire!
  • 07/04/2016 à 08:06
    Dauphin95
    alerter
    Il ne faut pas confondre nombre de pharmacies et maillage territorial. Les fermetures ne gênent pas les patients dans la plupart des cas ....au contraire car une pharmacie de 2M€ rendra plus de services que 2 pharmacies de 1 M€
    Le réseau peut être plus performant avec 4000 pharmacies de moins
  • 07/04/2016 à 08:09
    Dauphin95
    alerter
    Mais la nécessaire réorganisation du réseau doit se faire avec bon sens et en respectant les 4000 confrères concernés
  • 07/04/2016 à 09:56
    cf
    alerter
    Alain Delgutte doit assumer les choix de l'Ordre qui désire augmenter le nombre de fermeture de pharmacie puisqu'il prépare la possibilité de laisser la liberté de communication (PUB) entre les officines et les groupements. Le choix de défendre la croix verte contre les dérives mercantiles des enseignes n'est donc plus d'actualité..
  • 07/04/2016 à 11:02
    *141
    alerter
    Si ,Dauphin95, le maillage qui s'effiloche gene les malades! etude parue dans le Moniteur de decembre 2010 : "chez les plus de 60 ans,la frequentation de l'officine est divisée par 2 et le C.A par 2.6 lorsque l'eloignement de leur domicile depasse 500m " (fin de citation).
    Mais il faut sauver le regime des retraites,n'est ce pas.....et laisser les pharmaciens croire qu'il y a du C.A a recuperer.Alors que ceux qui fusionnent constatent que toute leur clientele ne suit pas le transfert....il y a de la perte!
  • 07/04/2016 à 14:27
    Xixi château
    alerter
    Nous revenons à notre chère canicule et ces morts triste philosophie pour retablir la cpam

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...