31/03/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
assurance, contrat, pharmacien, trésorerie, taux, bilan médicaments, honoraires, Dr

Selon une étude économique dévoilée par l’Union nationale des pharmaciens de France (UNPF), le jeudi 31 mars, sur l’impact de la réforme de la rémunération engagée en janvier 2015, la marge des pharmaciens est en régression de -7,12 % en raison du capage de la rémunération sur les produits innovants (correspondant à la dernière tranche de la marge dégressive lissée) et des baisses de prix focalisées sur les tranches les plus rémunératrices pour l’officine.

« La LFSS 2016 prévoit environ 700 millions d’euros d’économies sur le médicament. Cela ne semble pas suffisant car le Comité économique des produits de santé a annoncé de nouvelles baisses de prix pour économiser environ 300 millions d’euros supplémentaires, soit une perte de 100 millions de marge pour l’officine », a indiqué Jean-Luc Fournival, président de l’UNPF lors d’une conférence de presse.

« Aujourd’hui, 63 % environ des officines dépendent pour 85 % de leur chiffre d’affaires du régime obligatoire. Ce sont ces pharmacies qui sont les plus touchées par les baisses de prix », martèle Jean-Luc Fournival qui affirme que « 1000 à 1500 pharmacies supplémentaires seront en très grande difficulté à la fin de l’année ».

L’UNPF réitère donc ses propositions « pour promouvoir un exercice libéral et responsable » : la mise en place du pharmacien clinicien, le développement des partenariats avec le régime complémentaire ainsi qu'une plus grande mutualisation entre les pharmaciens pour conduire notamment à l’ouverture du capital.

Au sujet des complémentaires, l’UNPF déclare d'ailleurs avoir commencé les discussions pour développer « un nouveau modèle économique » à partir des paniers de soins.

Dans le cadre de la mutualisation, le syndicat compte également proposer de nouveaux services pour ses adhérents : plate-forme de financement participatif à frais préférentiels pour permettre aux pharmaciens de trouver rapidement des trésoreries, contrats d'assurances professionnelles et personnelles avec l'assureur MMA aux taux préférentiels...






Les dernières réactions

  • 31/03/2016 à 17:46
    maignan jacques
    alerter
    Surtout pas legitimer les complementaires dans un role d'acheteurs pour nous.Nous aurons aussitot la meme pression que du coté de la Secu.Il faut plutot dans un premier temps, commencer la simplification du paysage où s'agitent trop d'acteurs,souvent politisés d'ailleurs.
    Donc ,exiger,avec l'appui quasi certain des assurés, une reunification de la Secu "a 2 vitesses" sur la base de la Secu d'Alsave Moselle.,Ensuite ,il y aura des evolutions possibles...
  • 01/04/2016 à 00:10
    Jean-Patrice Folco, Pharmacien titulaire
    alerter
    300 millions d'économies donnent selon l'UNPF une perte de 100 millions de marge, ce qui donne un taux de marge de 33,33%, bonjour la crédibilité.
    Les baisses de prix sont compensées en partie ou en totalité par les augmentations de volumes provoqués par l'augmentation du nombre des traitements chroniques et ce sont les officines qui possèdent plus de 85% de C.A ordonnances dans leur C.A total qui résistent le mieux. 90% de la dépense de remboursement médicamenteuse du régime obligatoire correspond aux traitements chroniques, cette proportion étant en constante progression et il semble improbable que la prise en charge de ces pathologies soit remise en cause.
  • 01/04/2016 à 04:53
    Xixi chateau
    alerter
    Oui il faut simplifier rationaliser et partir sur des bases connues pour pouvoir évoluer et mesurer l'effort et les résultats
  • 01/04/2016 à 10:08
    marie-claire
    alerter
    Qui l'eût cru?.....poisson d'avril....!!!
  • 01/04/2016 à 10:24
    cf
    alerter
    L' unpf en défenseur du réseau, on aura tout vu... Oui ,certainement un poisson d'avril..
  • 05/04/2016 à 18:33
    Jean-Patrice Folco, Pharmacien titulaire
    alerter
    « Aujourd’hui, 63 % environ des officines dépendent pour 85 % de leur chiffre d’affaires du régime obligatoire. Ce sont ces pharmacies qui sont les plus touchées par les baisses de prix » FAUX ! ce sont au contraire les officines qui résistent le mieux car elles voient augmenter régulièrement le nombre de leurs ordonnances pour chroniques.
    L'honoraire à 1 € va favoriser les officines dont le taux de TVA 2.10% sera proche ou supérieur à 80%, plus le taux va baisser et plus la rentabilité va baisser.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...