07/03/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Assurance maladie, santé, pharmacies, économie, produits © D. R.

A la suite des élections aux URPS Pharmaciens, l’Union nationale des pharmacies de France (UNPF) ne dispose plus de la représentativité suffisante pour peser dans les négociations conventionnelles avec l’Assurance maladie.

D’ailleurs, selon un communiqué diffusé ce lundi 7 mars, le syndicat affirme qu’ « il est grand temps de changer d’interlocuteur ». Selon l’UNPF, « non seulement le poids du champ conventionnel diminue dans la structure économique des officines mais les textes signés avec l’Assurance maladie n’ont pas apporté les améliorations promises ».

Aussi, pour l’UNPF, l’interlocuteur adéquat est aujourd’hui le CEPS (Comité économique des produits de santé), « car c’est lui qui fixe les prix des médicaments ». Depuis longtemps, rappelle-t-il, le syndicat demande que les pharmaciens puissent participer à ces négociations, comme c’est le cas pour l’Assurance maladie et l’industrie pharmaceutique.

Par la même occasion, l’UNPF réitère sa demande d’avoir un interlocuteur privilégié au sein du cabinet de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, « qui ne prend pas en compte la situation des officines et ne propose aucune vision pour l’avenir de la pharmacie ».








Matthieu Vandendriessche

Les dernières réactions

  • 08/03/2016 à 08:46
    Jean-Patrice Folco, Pharmacien titulaire
    alerter
    Doit on rappeler à l'UNPF que le CEPS fixe les PFHT des médicaments remboursables à partir desquels sont calculés nos marges et celles des grossistes.
    Le prix public des médicaments remboursables est donc obtenu après l'application d'un arrêté de marge qui fixe à la fois notre prix d'achat et notre prix de vente, puisque notre prix d'achat n'est pas le PFHT mais le prix grossiste.
    Le CEPS ne peut pas donc pas être l'interlocuteur adéquat comme le souhaite l'UNPF puisque nous n'avons aucune légitimité pour participer aux négociations fixant des prix industriels et ce d'autant plus que depuis le 1 janvier 2016 50% des volumes de médicaments dispensés par nos soins n'ont plus de marge commerciale.
  • 08/03/2016 à 09:40
    CF
    alerter
    L’UNPF, veut , comme pour la para et le médicament conseil , créer des pharmacies de première classe pour le remboursable : des prix d'achats fabricants et des prix grossistes survitaminés pour les petites pharmacies et des remises scandaleuses (ventes directes)accordées uniquement pour les plus grosses officines.. Cela toujours été cela , la politique de l'UNPF... Le doliprane vendu à 1€50 dans certaines pharmacies pourrait alors servir d'exemple pour l'ensemble du remboursable sans ordonnance dans toutes ces hypers officines..,qui voient là, un nouvel eldorado de concurrence déloyale et lucrative..
  • 08/03/2016 à 10:40
    Jean-Patrice Folco, Pharmacien titulaire
    alerter
    90% des volumes de Doliprane sont dispensés à travers les prescriptions.
    90% des volumes de Doliprane hors ordonnances sont dispensés par environ 10% des pharmacies.
    Le maximum de rémunération pour le Doliprane est de 1,30 € après remise.
    Vendre le Doliprane 1,50 € revient à baisser la marge maximum de 46%, mais oblige dans ses conditions à augmenter ses ventes hors ordonnances de 85% pour récupérer le même montant de marge.
    Plutôt qu'un eldorado de concurrence déloyale et lucrative on est dans une logique de suicide économique programmé.
  • 08/03/2016 à 12:31
    *141
    alerter
    oui,les casseurs de prix qui progressaient de 200% en C.A, en baissant la marge, c'est fini.Comme tout le monde est soit groupé,soit gros,soit reactif, la progression de C A c'est 40% au maximum.
  • 08/03/2016 à 12:46
    Jean-Patrice Folco, Pharmacien titulaire
    alerter
    Dans le cas du Doliprane à 1,50 €, 40% de progression de C.A c'est 30% de marge en moins avec une augmentation de frais généraux provoquée par la progression de la fréquentation.
  • 08/03/2016 à 15:45
    CF
    alerter
    A la pharmacie gdd.com en ligne ( pharmacie à la grâce de Dieu à Caen ) le doliprane est à 1€29 et à www.pharma-medicaments.com à 1€12.. QUI DIT MIEUX..
    Quand l'UNPF va dire au gouvernement que la liberté des remises sur le remboursable, c'est tout bénef pour les patients, ne doutons pas qu'il soit entendu... Les pharmacies de première classe ont de beaux jours devant eux, quoiqu'on en dise..
  • 08/03/2016 à 15:51
    cf
    alerter
    Et comme le Conseil de l'Ordre va bientôt permettre la communication ( la PUB) entre pharmaciens, ça va faire mal..
  • 08/03/2016 à 16:17
    Jean-Patrice Folco, Pharmacien titulaire
    alerter
    D'après vous si demain le CNOP autorise la communication, qui sera gagnant, celui qui vendra le Doliprane 1,29 € et qui paiera la PUB pour le faire savoir ou celui qui continuera à le faire payer 2.10 € sans payer de PUB.
  • 08/03/2016 à 18:19
    *141
    alerter
    A Caen, il faut se taper un bon trajet pour aller en peripherie chercher son doliprane a 1.29....Alors,pour 0.80 d'ecart, les gens vont au plus pres....
  • 10/03/2016 à 16:41
    *141
    alerter
    CATASTROPHE : l'inflation va repartir !(voir depeche afp ci dessous).Avec notre honoraire qui ne suivra pas, c'est l'etouffement progressif assuré!
    depeche boursorama:
    La Banque centrale européenne (BCE) a sorti les grands moyens jeudi pour tenter de relancer les prix en zone euro et maintenir sa crédibilité, en dévoilant une flopée de nouvelles mesures de soutien à l'économie.

    Ce faisant, son président Mario Draghi, engagé dans une lutte sans merci contre l'inflation trop basse, est même allé plus loin que ce qu'on attendait de lui, réjouissant les marchés mais donnant aussi l'impression que la BCE a maintenant donné "le maximum".

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...