- 22/02/2016" /> - 22/02/2016 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr" />

 
22/02/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
homépathie, VIH, malaria, pharmacie, Australie © D. R.
Dans un article paru le 16 février dans le British Medical Journal, Paul Glasziou, professeur à l’université Bond, en Australie, estime que sur 68 maladies étudiées, l’homéopathie n’apporte pas de manière significative la preuve de son efficacité, en comparaison avec un placebo.

Cette conclusion s’appuie sur l’analyse de 176 études. Dans son article, le professeur se dit surpris par le nombre de pathologies dans lesquelles l’homéopathie a été testée, notamment dans l’arthrose, les dermatites et stomatites en post-chimiothérapie ou encore l’infection au VIH.

« Ce qui me choque plus encore, c’est que des organisations fassent la promotion de l’homéopathie pour des maladies infectieuses comme le SIDA en Afrique ou la malaria », estime le Pr Glasziou.

En préambule de son article, qui n'apporte rien de nouveau sur le fond, le scientifique rappelle la mise en garde du Conseil national australien de la santé et de la recherche médicale (NHMRC) : « Ceux qui choisissent d’avoir recours à l’homéopathie peuvent mettre leur santé en danger s’ils rejettent ou diffèrent la prise de traitements qui eux, ont montré leur efficacité et leur sécurité ».








Matthieu Vandendriessche

Les dernières réactions

  • 22/02/2016 à 21:10
    homéo
    alerter
    l'homeo n'a jamais remplacé quoique ce soit c'est un excellent complément .et les professionnels prétendant le contraire sont à fuir . certains homéopathes préconisent l'arret de traitement , ils sont dangereux , l'homeo comme l'acupuncture etc , sont des cordes supplémentaires à l'Art du médecin .un bon homéopathe est avant tout un bon généraliste (certains spécialistes sont aussi homéopathe comme en orl ou en chimiothérapie en France , gynéco , dentiste etc...) . et c'est notre travail aussi en tant que pharmacien d'informer les patients sans dénigrer (certains pseudo bio écolo presque appartenant à des sectes sont dans cette mouvance dangereuses : tout naturel ) .utiliser à bon escient et par des vrais professionnels c'est un Art aussi complémentaire à l 'allopathie .il ne faut pas faire d'amalgame et c'est là une mission pour le vrai pharmacien .
  • 22/02/2016 à 21:43
    Ath
    alerter
    Déjà il faut arrêter de parler d'allopathie, ça ne veut rien dire. L'allopathie est un concept d'homéopathe inventé uniquement pour désigner tout ce qui ne suit pas les principes de l'homéopathie. Techniquement, des approches comme la phytothérapie ou l'aromathérapie relèvent de l'allopathie (quoi qu'en disent les "formateurs" de chez Pilèje ou Pranarom...). Ensuite, il faut effectivement remettre les choses à leur place. L'homéopathie est un placebo. Tout le monde le sait et il est bien improbable qu'on puisse un jour démontrer le contraire. Dire ça ne veut pas dire qu'elle n'a aucun effet, puisque ça revient justement à lui en reconnaitre un (l'effet placebo). Mais ça pose effectivement la question de la pertinence de la prise en charge, à l'heure où les déremboursements (fautes de preuves d'efficacité) se multiplient par ailleurs. On va finir par se demander si les autorités ne font pas preuve de complaisance envers Boiron... Pour la mise en danger, ça dépend. Les homéopathes exclusifs qui incitent à abandonner les autres traitements sont des charlatans à radier de l'ordre sans préavis. Les autres apportent éventuellement une écoute au patient et évitent une surmédicalisation de certains problèmes bénins. Mais faut connaitre les limites, et ce n'est pas toujours facile. Et c'est effectivement le rôle du pharmacien de savoir dire : "bon maintenant on arrête les conneries, allez consulter fisc".
  • 22/02/2016 à 23:50
    jona.b
    alerter
    Ath : "L'homéopathie est un placebo. Tout le monde le sait... "
    Drôle de procédé d'argumentation.

    L'homéopathie telle qu'elle est enseignée en cursus universitaire classique ne permet pas d'en connaitre véritablement les possibilités. Elle est enseignée de façon basique et ne permet de comprendre, du moins savoir comment les dilutions sont fabriquées et quels sont les usages et habitudes d'emploi des souches les plus courantes...Bien pauvre mais nécessaire. appelons cela un pré-requis insalubre.

    Bien souvent ceux qui se permettent de juger n'ont jamais ouvert une matière médicale ou lus ne serait-ce que les observations et résultats de Samuel Hahnemann qui était à l'origine un Médecin TOXICOLOGUE de formation. Cela demande environ 3 à 6 ans d'apprentissage et au moins autant d'expérience pour pouvoir maitriser (pratiquer aisément) cette discipline. C'est également plus de 200 ans de pratique.
    Et en effet, elle n'est pas particulièrement opportune sur la résolution des infections gravissimes telles que VIH, Septicémie, etc... dont les médicaments synthétiques extraordinairement puissants ne peuvent déjà pas grand chose.
    L'homéopathie ne résout pas non plus la mort...

    Pour ce qui concerne du débat entre le choix entre ou la complémentarité entre allopathie et homéopathie, tout cela est purement grotesque. Il n'y a pas de comparaison possible!
    l'allopathie utilise à 99% les nombreux systèmes "clé-serrure" (ligand-récepteur) de notre organisme. Si ce fabuleux résultat a pu être obtenu, c'est grâce à la médecine issue du microscope. La médecine âgée de même pas 50 ans qui a permis ces nombreuses et fabuleuses découvertes. Cette médecine à juste titre est si extraordinaire qu'elle à totalement remplacé l'aspect préventif des pathologies bénignes ou morbides et la connaissance des constitutions des différents êtres vivants.
    Il suffisait d'avoir un symptôme pour avoir immédiatement le remède qui stoppait ce dernier. Du coup notre médecine est devenue une médecine bien souvent symptomatologique où le traitement médicamenteux est composé d'autant de remèdes qu'il existe de symptômes... Quitte a en devenir complètement dénué de bon sens. Le meilleur des cas restera le traitement systématique des fébricules a coup de paracetamol notamment chez les jeunes enfants. Certains lobby de l'ibuprofene aux US ont fait de nombreuses campagnes de culpabilisation des parents sur les convulsions hyperthermiques des NN alors que celles ci d'une part ne sont jamais graves et n'ont AUCUNE conséquence, et d'autres part d'incidence très faible et parfois même décorrelées de la hauteur de la température... Quel est l'intérêt de faire revenir systématiquement et religieusement la moindre hausse de température à 37°C contrant la logique défensive de l'organisme...

    L'Homéopathie qui recèle 200 ans d'observations et de pratiques confraternelles n'est PAS BASEE sur des principes pharmacologiques!

    Combien de praticiens font encore inconsciemment l'erreur d'interprétation sur la hauteur de la dilution pensant que le plus dilué est le "moins fort" ou le contraire...

    Combien de praticiens oublient le principe de DYNAMISATION pourtant absolument essentiel. Sans cela, nettement moins de possibilités...

    Combien de contradicteurs télévisuels de l'Homéopathie argumentent sans arrêt à la notion du nombre d'avogadro se pensant intelligents et faisant l'erreur (volontaire ou pas) de comparer l'homéopathie à l'allopathie stipulant qu'"au de la de la 12ème CH, il n'y a plus rien, même pas une goutte dans une piscine de 30m3", alors que des modèles mathématiques datant de 20 ans ont prouvés scientifiquement le phénomène de "clusters" qui pourrait être une explication à la fois du fonctionnement des substances diluées et dynamisées ainsi que de la nécessité de ne pas adjoindre au traitement de l'utilisation de certaines substances annulant ou réduisant considérablement l'effet de l'homéopathie.

    Il n'est pas question pour moi ici de convaincre à quoi que ce soit si ce n'est d'essayer d'obtenir les éléments qui vous permettront de vous poser les bonnes questions.
    Par ailleurs il n'est pas question de CROYANCE ou non en l'homéopathie. les Croyances c'est dans un autre domaine et pour ceux qui veulent.

    Pour vous faire une idée, il suffit de faire le même procédé que pour la phytothérapie qui à 4000 ans de récit en Chine, de pratique et de résultats bons, médiocres, parfois excellents et parfois décevants. Car la force des remèdes dépend de sa culture, de sa concentration en actif, de sa période d'utilisation dans la maladie, etc...

    Pour l'homéopathie, commencez par ouvrir et lire l'organon de l'art de guérir de Samuel Hahnemann. Ensuite regardez les travaux exceptionnels de Lise Wurmser, et ceux des vétérinaires Lux et Collet.
    Intéressez vous aux pratiques du Père Bourdoux, missionnaire qui n'avait accès à AUCUN remède! Il a pratiqué selon les recommandations de praticiens de l'homme en préparant lui même les souches avec des résultats, certes variables, mais très étonnants.

    Plus récemment, intéressez vous aux travaux de Jacques Benveniste sur "la dégranulation des mastocytes avec des très hautes dilutions d'histamine" découvert par erreur! Il s'est fait démonter par la communauté scientifique pour être sorti des clous alors qu'il s'agissait d'un des plus grands immunologistes au monde qui a notamment découvert le Paf-acether... En véritable scientifique, il n'a pas voulu renier ses résultats...INCROYABLE!
    D'ailleurs après s'être fait gentiment écartée de la communauté scientifique, ses travaux ont été repris et considérablement développés dans la discrétion la plus totale par un opportuniste scientifique, un certain Luc Montagnier (co-découvreur du VIH) renommant ces études sous le nom de BIOLOGIE NUMERIQUE, histoire de bien faire comprendre que physique et chimie ont besoin d'aller chercher du coté des mathématiques pour comprendre un phénomène découvert bien plus tôt que l'allopathie et pour autant loin d'être désuète ou dépassée.

    Alors laissez les lobbyistes parler de la 12ème CH a foison, laissez les comparer l'homéopathie (qui soigne une personne malade) à l'allopathie (qui soigne un symptôme voire une maladie), laissez les faire leur cirque dans les médias, mais de grâce si vous souhaitez parler d'homéopathie ou ne serait-ce que comprendre de quoi il s'agit, vous devez un peu plus approfondir la question.

    A bon entendeur.
  • 23/02/2016 à 00:31
    homéobis
    alerter
    à ath : que votre vie doit être sclérosée ...et ils vous manquent des connections , vous devez vous abreuver de définition sur wikipédia .et en effet ayez une approche saine et scientifique cela sera plus professionnel .
  • 23/02/2016 à 09:41
    cf
    alerter
    Perso, je préfère donner contre les crampes du cuprum metallicum qui marche très bien, plutôt que délivrer de l'hexaquine prescrite, qui n'est pas sans danger..
  • 23/02/2016 à 09:46
    quid
    alerter
    à moins de savoir parler à l'oreille des animaux , mon travail en homéopathie est couronné de succès , et des vétérinaires m'envoient les propriétaires des animaux , exactement comme certains médecins qui m'envoient des patients , en tant que pharmacien diplômè d'homéopathie . pas d'effet placebo ...sauf une souche que je n'ai jamais utilisé à ce jour . 1000 tubes par mois par mon seul conseil et travail , sans prescripteur 35 minutes minimum par patient et parfois sans vente de tubes granules .l'étude faîte n'est pas exposé et elle est très certainement mal faîte sans tenir compte de tous les cas de figure .à la différence de l'allopathie , si 3 personnes vont consulter et ressortent avec 3 doliprane , en homéo , il pourrait y avoir belladona pour l'un , bryonia pour l'autre et nux vomica pour le troisiéme , 3 cas différents donc 3 approches de soins différentes .l'homéopathie demande plus de travail car c'est du cas par cas .d'où la difficulté des études cliniques .voir les essais des souches par exemple de naloxone , trés édifiants et trés interessasnts pour les vrais scientifiques .dénigrer l'homéo c'est renier le métier de pharmacien garant de ses sciences et qui doit être à même de les expliquer , de les conseiller , de les refuser avec un argumentaire scientifique mais non partisan .Mais comme tout , les positions extrémistes sont dangereuses .
  • 23/02/2016 à 10:34
    bis
    alerter
    dans le james T kent , la partie crampes dans le chapitre membres de la page 1150 à la page 1157 regroupent plus d'une centaine de souches selon les conditions , la localisation ...et sans tenir compte des médicaments allopathiques entraînant ce genre d'effets secondaires ou la solution est encore plus simple , avec des conseils hygiéno diététique sans vente de produits , c'est ça aussi le principe de l'homéopathie , avoir un bon sens de l'observation (autrefois les professionnels de santé faisaient aussi les beaux arts et dessins pour l'observation !!!) .dans toute action au comptoir , c''est l'origine du problème qu'il faut rechercher , c'est une véritable enquête , ce que aujourd' hui les médecins et les pharmaciens ne font plus , c'est la consult rapide la vente rapide la solution universelle couvrant 90 % des besoins , ou soit disant .; là aussi suggestions ,par les pubs , auto suggestion ou placebo !!! jalousie , incompréhension , font souvent dénigrer ce qui n'est pas connu ; comme les personnes qui ont été brûlées pour avoir déclarer que la terre était ronde (ou presque ) .rien de changer , la bêtise humaine est légion , dommage de ne pouvoir la rentabiliser , le corps des pharmaciens serait riche avec les propos de Ath et compagnie !
  • 23/02/2016 à 10:52
    JM0606
    alerter
    Tout est dit par jona.b. Mon expérience personnelle c'est 40 ans d'homéopathie au comptoir, enseignement et laboratoire. Le constat est là: au fil des ans des patients viennent nous voir car tout a échoué en allopathie, on leur donne un conseil ou on les adresse à un médecin homéopathe (selon le cas) et 1 fois sur deux on en fait un adepte de l'homéopathie.
    Il y a confusion dans cette étude:
    - pour des maladies graves, dont les traitements allopathiques sont efficaces (ce qui n'est pas aussi mathématique...) l'homéopathie ne peut être qu'un complément au traitement qui limite les effets secondaires et améliore le confort du malade permettant ainsi une meilleure observance. Mais aucun homéopathe sérieux n'a prétendu guérir le sida de même qu'un allopathe sérieux n'a jamais guéri l'arthrose !
    Il est singulier de constater que globalement les pharmaciens (acteurs de terrain, relativement formés en homéopathie ) sont assez favorables à cette méthode tandis que les médecins (pas formés) y sont en majorité hostiles. ...
    Enfin le lobbying des laboratoires, des médias (audimat et publicité) sont efficaces pour alimenter le doute contre une industrie homéopathique qui ne pèse pas lourd et des pharmaciens impliqués, isolés et discrets , mais ils se réveillent le SNPH (syndicat national de la préparation et de l'homéopathie) enregistre chaque année davantage d'adhérents.
  • 23/02/2016 à 11:32
    jona.b
    alerter
    JM0606 : "Mais aucun homéopathe sérieux n'a prétendu guérir le sida"

    Par contre un allopathe bien connu, pneumologue de son état, professeur de médecine, habitué à de régulières sorties médiatiques (parce qu'il doit aimer ça), auteur prétentieux d'un guide sur des "médicaments inutiles et dangereux" (rien que ça), qui met un doute quasi irréversible des citoyens vis à vis du Médicament (puisque ce livre leur est destiné), qui sème la panique générale concernant l'observance médicamenteuse, A, LUI, PRETENDU GUERIR DU SIDA dans les années 80, bien sûr avec tout le tintamarre possible.
    Outre cette expérimentation extrêmement contestable puisque réalisée d'une part juste sur une hypothèse faible et d'autre part sans le consentement éclairé des patients (mais il fallait aller vite pour le bien de l'humanité et de sa notoriété....), elle a conduit à décrédibiliser la recherche médicale française (car largement couvert par la ministre de la santé) menant cette dernière dans une confusion internationale! Mais il obtient encore et toujours une large audience auprès de millions de citoyens avec la bénédiction des médias assoiffés... Probablement des milliers de personnes ayant interrompu ou n'ayant pas eu confiance envers les statines (pour ne parler que d'elles) et dont les conséquences ne pourront jamais être évaluées! Alors que ce médicament à probablement été aussi révolutionnaire que les IPP pour ce qui concerne les 20 dernières années.

    Mais il ne s'agit ici que d'une simple digression au passage.

    Cordialement.
    ;-)
  • 23/02/2016 à 11:42
    brucine
    alerter
    Le "publish or perish" a encore de beaux jours devant lui, puisque cette étude n'apporte rien qui ne soit déjà connu.

    Peut-être finalement l'idée de pharmaciens formés à un vrai doctorat à bac +8 (on ne parle pas d'un DU de Purin-essentiel et d'un autre "la comptabilité pour les nuls") n'est-elle pas si loufoque: elle conférerait des bases scientifiques dont certains en ces lignes se réclament bien à tort.

    Que l'homéopathie soit, comme certains le prônent, un soin complémentaire, pourquoi pas: mais cela dénie à l'évidence toute analyse scientifique de "qui a guéri quoi".

    Que "l'observation clinique" (j'ai prescrit siropde cordum 18CH à 10 malades et ils vont mieux) soit déjà pratiquée en allopathie par certains de nos amis médecins en dehors de toute AMM ne confère aucune validation supplémentaire à ce type de cuisine.

    Enfin, argumenter que sans 200 ou 4000 ans de connaissance des "livres" on ne puisse validement participer au débat relève d'une nouvelle interprétation du principe d'Heisenberg.

    La même m'a été opposée il y a très longtemps dans une débat social en famille: je n'étais pas fondé à y participer du fait de ma connaissance insuffisante de la Bible.

    Qu'il y ait dans les deux cas croyance, je l'admets bien volontiers.

    Mais croyance n'est pas science, et on aura beau nous faire des mémoires sur la littérature ou sur l'observation qu'il n'existe à ce jour aucune preuve d'une quelconque efficacité de l'homéopathie (ni, je l'accorde, de son contraire).

    La conséquence logique en est que ses tenants devraient se procurer les substances en question où ile veulent (magasins bio, que sais-je), mais que, pour le pharmacien, ne pas se contenter de la délivrance passive mais mettre en avant un conseil spécialisé relève de la forfaiture, consistant à se porter caution au titre de ses études scientifiques de quelque chose qui n'est à plus ample informé qu'une croyance.
  • 23/02/2016 à 11:56
    Jean-Patrice Folco, Pharmacien titulaire
    alerter
    1000 tubes par mois, 35 minutes minimum par patient, si la moyenne de dispensation est de 3 tubes par patient cela fait 170 heures de travail par mois pour 1000 € de rémunération brute en 2016, soit 6 € de l'heure contre 4,80 € en 2015 (belle augmentation de 25%).
    Comme vous je partage votre avis sur le fait que les positions extrémistes sont dangereuses mais c'est encore plus grave quand on en a pas conscience et que cela entraîne un désastre économique !
  • 23/02/2016 à 14:18
    jona.b
    alerter
    A brucine :
    "dénie à l'évidence toute analyse scientifique de "qui a guéri quoi"" ; "Que "l'observation clinique" ... ne confère aucune validation supplémentaire à ce type de cuisine"

    Avec brucine, pas de saule donc pas d'acide salicylique et donc pas d'aspirine!
    vous auriez renié toute démarche thérapeutique avec une substance dont on a imaginé originellement le pouvoir thérapeutique de par sa proximité avec l'origine du mal. L'observation de son usage courant comme médiocre antiseptique vous aurait détourné de son observation sur le soulagement des rhumatismes. Et avec vous, les scientifiques n'aurait pas pu mettre en évidence des siècles plus tard sont action inhibitrice sur la cyclo-oxygénase et certaines prostaglandines confirmant son action anti-inflammatoire. Et en conséquence, avec vous brucine, l'humanité et les cardiopathiques n'auraient pas pu découvrir ni utiliser ses propriétés anti-agregante plaquéttaire...Dommage car la découverte de l'aspirine est uniquement issue de l'observation qui fait partie intégrante de la science. Et si en effet la croyance n'a rien a faire en Science, heureusement que certaines croyances ont permis a la science de comprendre et de progresser.
    Je ne parlerais pas d'Ambroise Paré et de l'intérêt de l'observation chirurgicale dans les nombreuses découvertes scientifiques ultérieures...

    Brucine : "Enfin, argumenter que sans 200 ou 4000 ans de connaissance des "livres" on ne puisse validement participer au débat relève d'une nouvelle interprétation du principe d'Heisenberg."

    Vous vous trompez une nouvelle fois brucine sur votre interprétation. 200 ans ou 4000ans de récits et d'histoire sur une pratique témoignent d'une Force évidente à l'époque que la science a validé a posteriori très largement pour ce qui concerne la PHARMACOGNOSIE en phytothérapie.

    brucine :"Mais croyance n'est pas science, et on aura beau nous faire des mémoires sur la littérature ou sur l'observation qu'il n'existe à ce jour aucune preuve d'une quelconque efficacité de l'homéopathie (ni, je l'accorde, de son contraire)"

    Croyance n'est pas Science. Mais Science sans observation, hypothèses et croyance, il n'y a peut être pas grand chose qui sort. Ni la physique quantique, ni chimie nucléaire, ni l'informatique, ni l'intelligence artificielle, ni la biologie numérique...

    Avec des gens "scientifiques" comme vous brucine, on veut tout voir pour tout comprendre et donc tout valider. sinon pas de science, pas d'effet. Mais pas d'aspirine non plus...

    Un monde ou l'on ne sort jamais de l'AMM, un monde ou l'on fait valoir ce bon vieux "PRINCIPE DE PRECAUTION". Le monde extraordinaire de Brucine...
  • 23/02/2016 à 19:16
    brucine
    alerter
    Vous êtes hors sujet.

    Personne (pas moi plus que les autres) ne nie la pharmacognosie (que l'on ne doit d'ailleurs pas, même si on la confine au seul règne végétal) confondre comme vous le faites avec la phytothérapie.

    J'ai simplement rappelé, qu'à l'évidence, les "constatations" faites par tel praticien sur un groupe de 20 personnes valent à peu près autant que les pubs à la télé vantant l'antirides miracle rapportant les impressions d'un tel échantillon, et que les élucubrations de telle religion ou telle secte, fussent-elles millénaires, ne deviennent scientifiques que dès lors que cette science a pu en valider les valeurs.

    Sans quoi n'importe quel gourou pourra raconter n'importe quoi, n'ayant aucune raison dans ces conditions que les préceptes prescrivant de faire des bains de siège d'eau froide (ou tous autres qu'il me plaira d'inventer) aient moins de valeur que perlimpipinum 9CH au seul chef que les adeptes en sont moins nombreux: c'est la seule différence entre une secte et une religion.

    Sauf à ce que vous soyez de mauvaise foi, l'énormité de votre sophisme vous aura échappé: un certain nombre de matières premières ont donné lieu à des remèdes (personne d'ailleurs ne disant que l'homéopathie en conserve plus que l'epsilon qu'elle n'en renferme même pas), elles sont de connaissance ancienne, donc toute connaissance ancienne donne lieu à un remède homéopathique incontestable.

    Ce n'est pas "mon" monde, c'est celui de la connaissance scientifique, de laquelle, à moins de vous revendiquer derviche tourneur, vos études de pharmacie ont été censées cautionner les principes, qui rappelle une évidence: on ne peut, sauf à les renier y compris devant ses patients (il est honnête alors de les prévenir que l'on ne fait que de la métaphysique à titre privé qu'en aucun cas la confiance en notre formation scientifique est à même de cautionner), soutenir que telle élucubration que rien ne vient attester aurait quoi que ce soit à voir avec une quelconque démarche thérapeutique dont le moins est que son efficacité soit objectivement validée.


  • 23/02/2016 à 19:22
    jona.b
    alerter
    A brucine :

    Malgré plusieurs relectures, je ne comprends rien à ce que vous écrivez. Désolé.
  • 23/02/2016 à 20:11
    ADH
    alerter
    Je constate que Boiron nous ressort comme à son habitude ses "shills" et ses illuminés dès que l'image de ses sucrettes est menacée.
  • 24/02/2016 à 09:44
    Ath
    alerter
    Au moins, les thuriféraires de l'homéopathie appliquent leurs principes avec cohérence. Même la logique est, chez eux, prescrite à doses infinitésimales... C'est navrant. Je pourrais reprendre vos arguments un par un, mais j'ai mieux à faire que de perdre mon temps à entrer dans ce jeu...
  • 24/02/2016 à 15:44
    Daniel S
    alerter
    Les bras m'en tombent!
    Encore ce canular australien?
    Rien de neuf du coté de ceux qui régulièrement nous assomment de leurs poncifs négationistes aromatisés au sucre et au placebo?
    Vous n'avez toujours rien lu?
    Toujours pas allé sur pub med pour lire toutes les études positives sur l'homéo?
    Toujours à chercher et à ne rien trouver?
    Toujours pas allé voir ce que publient les prix nobel, ceux qui trouvent, pas ceux qui cherchent?
    Toujours à se croire cartésien sans avoir lu Descartes?
    Toujours prêt à sauter sur le moindre buz réchauffé d'un pay où on ne pratique pratiquement pas l'homéo?
    Toujours à croire les arrogants experts autoproclamés qui utilisent des méthodologies inadaptées?
    Mais au fait à qui profite le crime?
    Toujours à se croire autorisés à parler d'une expérience clinique qu'on n'a pas?
    Bref toujours la même chose...
    Pendant ce temps, les médecins travaillent sereinement et les patients vont mieux sereinement grâce aux granules.
    Allez, un petit effort!
    Lisez un peu plus
    Daniel S
  • 26/02/2016 à 11:00
    Hugo
    alerter

    Il n'y a malheureusement rien à prouver.
    Si Benveniste a été écarté de l'INSERM c'est parce que son étude n'est pas reproductible (il avait oublié de l'effectuer en double aveugle, c'est facheux...). Les détails de cette supercherie dans un extrait de ce super docu diffusé sur arte : tapez "Homéopathie, l'heure de vérité" dans un hébergeur de vidéo très connu
    En réalité, tout ce qu'il a réussi à prouver c'est que la mémoire de l'eau n'existe pas et donc que la seule théorie permettant de prouver la supériorité de l'homéo face au placebo part en fumée (à moins bien sûr de remettre en cause le nombre d'Avogadro mais là...)

    Il y a effectivement sur pubmed un paquet d'études mal faites qui tendent à montrer la supériorité de l'homéo face au placébo.
    La plus grande méta-analyse faite à ce sujet montre que plus les études comportent de biais méthodologiques, et plus elles tendent à conclure de la supériorité de l'homéo face au placébo : "Are the clinical effects of homoeopathy placebo effects? Comparative study of placebo-controlled trials of homoeopathy and allopathy"

    Tous les sceptiques de l'homéopathie ne sont pas des ignares mal informés je vous prie de le croire...

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...