08/02/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Gilles Bonnefond, président du syndicat USPO, s’est insurgé dimanche 7 février aux 9e Rencontres de l’officine contre le choix de certains laboratoires de rationner leur approvisionnement en médicaments (par exemple un immunosuppresseur) auprès des répartiteurs et ainsi donner préférence à la vente en direct aux officines.

« Vous passez la commande au premier grossiste, puis au second, le médicament n’est pas disponible. Puis vous contactez le laboratoire... qui vous demande combien vous voulez de cartons », a rapporté le président de l’USPO lors d’une table ronde intitulée « Ruptures d’approvisionnement : des causes multiples, un remède commun ? »

L’approvisionnement peut ainsi prendre plusieurs jours et retarde la mise à disposition au patient, souligne-t-il. Gilles Bonnefond s’offusque en outre des questions posées par la plate-forme téléphonique du laboratoire. « On nous demande quelle est la pathologie, qui est le prescripteur, on y passe dix minutes et c’est à cette condition que l’on peut commander le médicament. Le laboratoire n’a pas à connaître ces informations. » Aussi le responsable syndical enjoint-il les pharmaciens à ne pas faxer l’ordonnance, comme le réclame le laboratoire.






Matthieu Vandendriessche



Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...