12/01/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Ordre, pharmaciens, vaccination, pharmacie, officine, Touraine, ministre, santé, gouvernement © D. R.
L’Ordre national des pharmaciens saisit la balle au bond au moment où la ministre de la Santé, Marisol Touraine, présente un plan de relance de la politique vaccinale en France. Il réaffirme sa position en faveur de la vaccination des adultes par les pharmaciens d’officine sous conditions, par exemple dans le cas de la grippe saisonnière.

Dans un communiqué publié ce mardi 12 janvier, l’Ordre soutient par ailleurs « la mise en œuvre des recommandations et du plan d’actions proposés par la ministre, et plus spécifiquement les mesures d’information impliquant les pharmaciens et celles destinées à traiter la question essentielle de la disponibilité des vaccins ».

La présidente de l’Ordre, Isabelle Adenot, rappelle le rôle majeur des pharmaciens pour contribuer à augmenter la couverture vaccinale, comme l’indique le rapport de l’ancienne députée Sandrine Hurel, rendu public ce 12 janvier. « A ce propos, je me réjouis de la récente autorisation par la CNIL, ce 17 décembre 2015, pour lancer l’extension des durées d’accessibilité et de conservation des données relatives à la dispensation des vaccins à 21 ans, dans le dossier pharmaceutique », indique Isabelle Adenot.








Les dernières réactions

  • 14/01/2016 à 07:35
    rab74
    alerter
    que la Cnil donne de l'air, c'est bien...que les patients se vaccinent effectivement...comment le valider? l'hiver dernier j'ai perdu une patiente de la grippe, elle avait pourtant bien acheté son vaccin...mais il est resté dans le frigo car une copine lui avait dit que c'était dangereux. De même une jeune cliente m'a rapporté un vaccin périmé qu'elle m'avait parait-il acheté 6 j plus tôt...sauf que ce n'était pas le bon N° de lot (merci la traça du frigo et le data matrix)...donc la première injection n'avait pas été faite. quand on voit le fric qui part en fumée sur ces actes manqués, ça laisse rêveur. La PEC d'un vaccin ne pourrait-elle être effective qu'après validation de l'acte médical, donc sans TP préalable? Ou revenir aux campagnes en dispensaire façon années 60? on se gargarise de mots et de bonnes intentions, mais au final on n'approche pas les objectifs
  • 14/01/2016 à 07:35
    rab74
    alerter
    que la Cnil donne de l'air, c'est bien...que les patients se vaccinent effectivement...comment le valider? l'hiver dernier j'ai perdu une patiente de la grippe, elle avait pourtant bien acheté son vaccin...mais il est resté dans le frigo car une copine lui avait dit que c'était dangereux. De même une jeune cliente m'a rapporté un vaccin périmé qu'elle m'avait parait-il acheté 6 j plus tôt...sauf que ce n'était pas le bon N° de lot (merci la traça du frigo et le data matrix)...donc la première injection n'avait pas été faite. quand on voit le fric qui part en fumée sur ces actes manqués, ça laisse rêveur. La PEC d'un vaccin ne pourrait-elle être effective qu'après validation de l'acte médical, donc sans TP préalable? Ou revenir aux campagnes en dispensaire façon années 60? on se gargarise de mots et de bonnes intentions, mais au final on n'approche pas les objectifs
  • 14/01/2016 à 19:53
    cqfd
    alerter
    c'est pour cela que l"on" voulait que le pharmacien vaccine pour augmenter les ventes et les vaccinations pour que les labos augmentent leur chiffre ..rien à voir avec un problème de santé publique de la part des labos bien sûr .le rôle du pharmacien dans l'éducation est primordial mais sans la magouille des labos derrière (remise arrière etc..comme le vaccin anti grippe ) pour mon officine voilà 10 ans que je prends au fil de l'eau (juste une précommande de 50 doses ) chez mon grossiste .zéro périmé .zéro invendu .et tout est vendu alors que rien est payé .pas de plan sur la comète , pas de stock .mon expert comptable est très satisfait .
  • 05/10/2016 à 09:51
    kikibabeth
    alerter
    bonjour
    petit rappel , les infirmières libérales ont la possibilité de vacciner, les caisses de Sécu envoient déjà le formulaire pour les patients fragiles (pour les autres ce n'est pas remboursé sauf par qqes mutuelles) , les primo vaccinants doivent d'abord passer par le médecin mais ensuite le patient va directement chez l'infirmière qui elle est formée et tout à fait apte à évaluer si il y a une contre indication.
    Et pour le coût c'est 3.15 euros pas sûre que le pharmacien accepte ce tarif

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...