09/11/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
groupement, pharmacien, prospective, argent, stratégie, commerce, enseigne © D. R.

A quoi ressemblera votre officine en 2020 ? C’est la question à laquelle Christian Grenier, président de Nepenthès, a proposé de réfléchir -si ce n’est répondre- lors d’une table ronde organisée samedi 7 novembre, à Cannes, pendant le congrès annuel du groupement.

Pour Christian Grenier, le chiffre d’affaires des officines se décomposera d'ici à 5 ans sur le mode « cinq fois 20 » : 20 % du CA réalisé par les génériques, 20 % par les princeps, 20 % par les marques de distributeur, 20 % par le self care (automédication) et 20 % par la parapharmacie.

La structure de marge va elle-même évoluer. En 2020, sur les 9 milliards d’euros de marge dégagés par le réseau, 4,9 milliards seront issus de l’activité pharmaceutique dont 2,5 sur la base des honoraires de dispensation et 4,1 d’une activité plus commerçante (OTC et parapharmacie).

La FSPF n'y croit pas

Les 5 x 20, Philippe Gaertner, président de la FSPF, n’y croit pas pour 2020. « Ils ne seront pas atteints. La dispensation du médicament restera la partie importante et la raison d’être de la pharmacie d’officine. Le princeps, le générique et l’OTC représentent environ 80 % du CA. Je reste persuadé que nous serons assez proches de ce chiffre-là. Peut-être 75 %, mais pas 60 %. », entrevoit-il. Une occasion pour le président de la FSPF de rappeler l’importance d’arriver à stabiliser la partie réglementée de la rémunération. « A un moment, on ne peut pas rester figé sur le prix du médicament. D’autant que c’est bien le générique qui va se développer et avec lui des prix bas, donc les honoraires seront un élément de stabilité important », ajoute-t-il.

Des marchés en croissance, ça existe

Concernant les marchés en croissance, sur lesquels il faut porter son intérêt, les conseils de Philippe Gaertner ciblent la LPP. « Ce marché poursuit sa croissance, nous devons le reconquérir et trouver un équilibre entre les différents acteurs », analyse-t-il, faisant clairement allusion aux ordonnances qui transitent directement de l’émetteur à certains prestataires de MAD, sans passer entre les mains des patients.

La LPP, mais aussi la parapharmacie (compléments alimentaires, gammes de parapharmacie et marques des distributeurs). « Pour amener la pharmacie à 2020, il faut valoriser nos compétences », prétend Gilles Bonnefond. Le président de l’USPO ajoute que « les dispositifs médicaux et les compléments alimentaires sont en vente partout. Soyez attentifs à votre référencement ! Quand vous référencez un médicament et un dispositif médical qui portent le même nom, comment voulez-vous que les patients ne pensent pas que les médicaments sont déjà dans les grandes surfaces ? Je dis aux groupements et aux pharmaciens en général, tuez cette stratégie des laboratoires et n’oubliez pas que les patients viennent à la pharmacie pour un parcours de soins, pas un parcours de consommation ».

L’autre point que Gilles Bonnefond ne veut pas voir en 2020, c’est la dispensation de médicaments à l’unité. Il lui préfère « une intervention pharmaceutique d’adaptation posologique, conformément à l’AMM ». Enfin, le président de l’USPO souhaite que soit modifié le rattachement des pharmaciens d’officine au commerce de détail pour « les inclure dans les professions libérales pour toutes les enquêtes statistiques sur les revenus ».

L'Assurance maladie ne sauvera pas la pharmacie

Quant à Jean-Luc Fournival, président de l’UNPF, il ne voit pas le message d’espoir d’ici à 2020. « Prenez votre destin en main. L’Etat doit nous sauver ? Moi je dis non. Nicolas Revel, directeur de l'Assurance maladie, ne sauvera pas la pharmacie française. La ROSP et le CICE ne se poursuivront pas éternellement. Il faut se recentrer sur notre métier et le recentrage, c’est le pharmacien clinicien. Les patients veulent acheter de la santé en pharmacie, pas seulement un médicament. Notre seule voie et issue possible, c’est le service. Le pharmacien est un acteur en matière d’économies de santé mais c’est aussi un commerçant. Je n’ai pas honte de le dire ».

Et M.Fournival de rajouter : « Nous sommes des entrepreneurs responsables et non des personnes assistées. La CNAM nous paie des prestations, elle ne doit pas nous tenir à flot financièrement. Nous ne sommes pas des mendiants ». « Discuter avec Nicolas Revel n’est pas mendier », renchérit Philippe Gaertner. Avant 2020, il y a décembre 2015 et les élections aux URPS... 








Laurent Lefort

Les dernières réactions

  • 09/11/2015 à 16:38
    pharma17
    alerter
    Si l'assurance maladie ne veux pas payer, limitons le tiers payant, très coûteux, chronophage.
    Instituons un honoraire de délégation de paiement de 2 euros, dont une partie payable par le patient pour limiter les abus.
    Et je ne pense pas que l'UNPF ait bien envie de sauver la pharmacie.
    Pour qui roule l'UNPF et son ouverture de capital.
  • 09/11/2015 à 23:56
    Wiwi6
    alerter
    Les syndicats sont à côté de la réalité !!
  • 10/11/2015 à 07:38
    rab74
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 10/11/2015 à 07:38
    rab74
    alerter
    la fsfpf ne sait pas utiliser sa boule de cristal et a tendance à confondre son rôle avec celui du conseil de l'ordre. Mécaniquement, du fait des baisses de prix sur le médicament, on y est déjà aux 70% sur médicaments (génériques, princeps), 30% sur le reste. Pourquoi nier l'évidence? d'ici 2020, ceux qui n'auront pas transféré au moins 40% de leur CA sur des services et produits non dépendants de l'état auront une vie compliquée...les autres aussi d'ailleurs, car si c'est nécessaire, ça n'en est pas facile pour autant! j'espère juste que le nouveau code de déontologie ne nous mettra pas en porte à faux avec ces évidences économiques: un bon pharmacien est un pharmacien vivant, n'en déplaise à nos gauchistes ultra libéraux farcis d'idées préconçues!
  • 10/11/2015 à 16:06
    jlf
    alerter
    Avancer des chiffres ne sert à rien, car si le monopole saute, et avec de nouvelles politiques internet des laboratoires (ventes directes au public), les 20 + 20 % hors ordonnances feront "grise mine"...Seront impactés les plus sévèrement , les officinaux qui profitent actuellement (honteusement )du système...Personne ne peut prédire l'avenir..

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...