16/10/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Une plénière sur l'observance lors des rencontres Pharmacie a permis à McKesson d'exposer son concept de synchronisation des ordonnances D.R

Et si un médicament efficace était tout simplement un médicament pris ? Une remarque pleine de bon sens, lancée au cours d’une discussion à bâtons rompus par Caroline Blochet pendant les Rencontres Pharmactiv qui se sont déroulées à Madrid.

Un peu plus tard dans la journée du 9 octobre, la présidente de Medissimo participait avec d’autres intervenants à une réunion plénière intitulée « Observance : les clés du succès à travers le monde », pendant laquelle Jean Loaec, directeur national des ventes de Mylan rappelait avec consternation qu’un rejet de greffe sur deux était dû à une mauvaise observance. « Et 49 % des patients prenant une chimiothérapie orale sont non observants », ajoutait Isabelle Adenot, présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens. 

« Mais ne pas respecter son traitement, c’est tout à fait normal à la longue, a ajouté Caroline Blochet. Le comportement humain normal est de ne pas être observant. Seulement voilà, du point de vue de la santé publique, ce comportement n’est pas normal. » C’est précisément cela l’objectif d’un programme d’observance, faire évoluer les comportements.

La trouvaille canadienne

Le bon remède en la matière viendrait-il d’outre-Atlantique ? Elyse Desmeules, pharmacienne chez McKesson est venue présenter l’évolution du rôle du pharmacien au Canada. La loi 41, promulguée en juin dernier, permet notamment de prescrire, ajuster et prolonger certaines ordonnances. Ainsi, les pharmaciens gagnent de plus en plus d’influence sur les décisions cliniques et leur autonomie professionnelle est en expansion.

« On s’éloigne du modèle basé sur la transaction pour s’orienter vers un modèle basé sur la valeur des services. De plus, les patients deviennent davantage impliqués dans la gestion de leur santé », explique Elyse Desmeules, ajoutant que plus de la moitié des patients ne prennent pas leur médicament tel que prescrit après 2 mois ! Pour éviter cet écueil, McKesson a mis au point un concept de « synchronisation des ordonnances » qui consiste à aligner tous les renouvellements d’un patient à une date fixe. A la différence d’un modèle traditionnel « passif » où l’on attend que le patient se présente de son propre chef à la pharmacie, dans le concept de synchronisation, le patient est attendu. Ce suivi structuré et prévisible passe par des renouvellements « pré-autorisés », c’est-à-dire que la pharmacie prépare les ordonnances à l’avance.

Selon Elyse Desmeules, la synchronisation des ordonnances permet d'offrir non seulement un meilleur service à la clientèle en termes de santé publique, mais aussi, pour le chef d’entreprise, quelques avantages organisationnels comme une meilleure gestion du temps et des ressources humaines, une gestion plus serrée du stock, donc de la trésorerie…






Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...