24/09/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Ouverture du capital : l’UNPF précise sa position

Dans le cadre d'une soirée d'information, l’Union nationale des pharmacies de France a exposé le mercredi 23 septembre 2015 aux pharmaciens parisiens le contenu de son Livre blanc sur l'avenir de l'officine remis le 22 septembre à la ministre de la Santé.
fournival, fermeture de pharmacies, ouverture du capital, NL Shop - Fotolia

Devant une trentaine de confrères parisiens, Jean-Luc Fournival, président de l’UNPF dresse le bilan actuel de la pharmacie française. Il considère que « la situation est catastrophique, la pharmacie va dans le mur, si rien n’est fait. Le chômage explose, les adjoints n’ont pas de perspective de carrière, l’installation est devenue difficile, voire impossible ». 

Un des leviers est juridique, pour Jean-luc Fournival : « il est urgent de revoir les règles de constitution et de fonctionnement de nos sociétés. »

Ouvrir le capital des officines : une nécessité pour redonner de l’oxygène à la profession

En ce qui concerne l'ouverture du capital social des officines, l’UNPF estime  « qu’il est primordial - afin d'éviter une ouverture du capital totale, non raisonnée et dangereuse - que les pharmaciens portent ce projet. »

L’UNPF préconise de permettre à des pharmaciens retraités, ou inscrits dans les autres sections de l’Ordre (industrie, grossistes-répartiteurs, établissements de santé, adjoints d’officine, biologie médicale) d'acquérir des parts de société structurant l'activité d'une officine. 

Le Livre blanc sur l'avenir de l'officine, remis au ministère de la Santé par le syndicat le 22 septembre, ajoute qu’il est nécessaire de revoir les règles d’attribution des droits de vote dans les SELAS, afin de « permettre aux pharmaciens titulaires ou adjoints de détenir la majorité des droits de vote, en laissant à des investisseurs extérieurs la majorité du capital ».

« Cette ouverture est une ouverture raisonnée et éthique », précise Eric Myon, secrétaire général de l’UNPF, pour qui « l’inscription à l’Ordre garantit le partage de valeurs et d’une déontologie communes ».

L’Ordre à l’écoute des arguments

Lors de son intervention sur les ondes de RTL, le mercredi 23 septembre, Isabelle Adenot, présidente du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens estime « qu'une ouverture du capital présente un risque important de conflit d’intérêt, notamment dans l'hypothèse où un pharmacien d’industrie prendrait des parts dans une officine ».

Elle précise toutefois que l'Ordre travaille depuis plusieurs mois sur l’entrée au capital des adjoints.

Interrogé sur cette position, l’UNPF estime « qu’il n’y que peu de risque pour qu’un laboratoire pharmaceutique prenant des parts dans une officine donnée, impose une distribution exclusive de ses produits ». Cependant, le syndicat reconnaît ne pas être juge de la compatibilité des professions pharmaceutiques et se dit prêt à dialoguer avec l’Ordre sur ce point.

Eric Myon rappelle que « Le but de ce Livre blanc est de servir de base de réflexion. » 






Anne-Charlotte Navarro, responsable du service Moniteur expert

Les dernières réactions

  • 24/09/2015 à 19:55
    nono
    alerter
    Voici le meilleur moyen pour nos vieux pharmaciens, de continuer à revendre leur(s) pharmacie(s) qui ne valent plus rien...
  • 24/09/2015 à 20:33
    Elodie
    alerter
    tout à fait d'accord ;maintenant que les officines ne valent plus rien ...on pense enfin à des'' perspectives de carrières pour les adjoints '' .Adjoints ,retraités ,préparateurs ...s'il vous reste des sous ...il y a des preneurs ! on ouvre le capital ! MERCI mais beaucoup on déja déserté la profession ,faute d'avenir et se sont reconvertis .La rente des titulaires ,c'est terminé...
  • 24/09/2015 à 21:54
    ddd
    alerter
    Eh oui!
    Naître avec une cuiller en or en bouche, trouver de bonnes mains pour entretenir le tout et les bonnes âmes pour nourrir la rente...Le bon temps est révolu et la profession n'a pas su faire sa révolution!
  • 24/09/2015 à 23:01
    Assez
    alerter
    Eh oui, il n'y a pas de perspectives pour les "adjoints" !
    Ce n'est rien...ils n'ont qu'à s'installer....bien travailler....mais sans posséder le capital !! Seuls les pharmaciens retraités et autres, qui ont des sous, le posséderont...Ben voyons ! Bravo les perspectives !!
  • 25/09/2015 à 06:52
    ppp
    alerter
    Je ne vois aucune raison pour qu'un pharmacien retraité, revienne investir dans une profession massacrée. Les seuls vieux pharmaciens intéressés, sont les vieux coincés et qui risquent de tout perdre.
    C'est mon cas j'y réfléchi.
    Je n'attend plus rien de ces rustines.
    C'est fini la prochaine étape sera l'ouverture du capital aux non pharmaciens.


  • 25/09/2015 à 09:36
    joe
    alerter
    Un conseil avant de faire pharma. SOYEZ PLEIN AUX AS. C'est sur ce point que ce fait la sélection et non plus sur concours!
  • 25/09/2015 à 10:23
    cf
    alerter
    Les grosses pharmacies sont les seules dont le chiffre d'affaire progresse ( sur le dos des autres), grâce à une politique de discount. L'ouverture du capital, la création de
    de pharmacies virtuelles(Stock loin de la pharmacie mère), sont des étapes indispensables pour faire évoluer la profession vers de grandes structures (ou des chaines) et ainsi avoir des profits plus importants et tuer encore plus la concurrence de proximité... Bon appétit ....
    Seule l'ouverture du monopole en GMS, semble paradoxalement pouvoir arrêter cette évolution en redistribuant les cartes... et diminuer le pouvoir de ces "officinaux"..
  • 25/09/2015 à 12:00
    ppp
    alerter
    ouverture du capital aux pharmaciens soit
    En cas de succession que devient l'ouverture du capital aux héritiers non pharmaciens.
    Sachant que la revente devient improbable.
  • 25/09/2015 à 12:00
    @paracetamol73
    alerter
    Nos aînés pourraient peut-être se soucier de transmettre notre profession. N'en n'ont-ils pas décemment vécu ?
    L'état de la pharmacie française est bien triste. Nos institutions ne semblent guère en être préoccupées.
    Que va t'on offrir à des jeunes bien formés qui, à leurs âges, sont naturellement enthousiastes ?
  • 25/09/2015 à 15:24
    maignan jacques
    alerter
    Ouvrir le capital a des investisseurs? OUAF!OUAF!!....qui aurai envie d'investir dans un secteur completement devasté par le monopole de la Secu? Quel interet pour un financier?Regardez Leclerc : le medicament remboursé" je le laisse aux pharmaciens dont c'est la competence". Tu parle! Il y a longtemps qu'il a compris que la Grosse Centrale d'Achat Sociale etait plus forte que lui pour fxer les prix et qu'elle ne lui laisserait aucune rentabilité,comme lui meme le fait avec ses fournisseurs.Alors,"je veux le non remboursé,mais les queues aux caisses avec des cartes vitales pour des clopinettes",je les laisse aux pharmaciens.
  • 25/09/2015 à 15:35
    maignan jacques
    alerter
    Reclamer des investisseurs pour un secteur economiquement dévasté par l'existence d'un monopole de la Secu sans limites dans ses exigences, c'est un peu antinomique,non? Regardez Leclerc : tout ce qui l'interesse chez nous c'est le non-remboursé.Pour le remboursé "c'est de la competence du pharmacien" dit il,faussement fair play.
    Tu parle!!! Il a bien compris qu'entre sa Centrale d'Achat et la Grosse Centrale Sociale qui fixerait ses prix,c'est perdu d'avance.
  • 26/09/2015 à 10:14
    Sexion D'assaut
    alerter
    Et qui a 200 000€ d'apport perso a 30 ans pour acheter une officine??? Les apports sont déguisés évidemment. L'ouverture du capital ca existe deja mais pas officiellement.
  • 28/09/2015 à 11:09
    AB
    alerter
    Je suis à 100% d'accord avec cf .Autoriser la vente de l'OTC en GSM!!C'est paradoxal, en effet, mais c'est la seule solution d'arrêter le massacre de la vraie pharmacie par ces discounteurs .
    D'ailleurs quels arguments avons-nous à opposer à Carrefour ou Leclerc?
    -Déstabilisation du réseau officinal?C'est déjà fait par l'existence de pharmacies dans les galeries des Hyper et , je vous assure, ces "pharmacies "de grandes surfaces ne refusent pas les clients potentiels de la pharmacie rurale ou de quartier où ils résident.Au contraire , plus ils enfoncent les pharmacies rurales ou de quartier vet plus ils sont contents.Osons dire le chiffre de pharmacies disparues à cause des pharmacies de grandes surfaces. Donc, l'argument de déstabilisation est bidon.
    -Tuer la proximité? Encore un argument bidon puisque la vente en ligne s'est est chargée.
    Moi, personnellement, je ne serai pas plus atteint par la vente de l'OTC en grandes surfaces que je le suis maintenant par les pharmacies de leurs galeries marchandes.
    Nous avons toujours été un bouclier de ces pharmacies de galeries pour les protéger contre les GSM .Ce sont ces pharmacies qui ont peur de la vente de l,OTC en GMS et non la pharmacie rurale ou de quartier.Les pharmacies de galerie marchande auront , enfin, Goliath face à elles et , peut-être , comprendront qu'à force de vouloir écraser les petites ou moyennes vraies pharmacies on trouve toujours plus fort que soi.
  • 28/09/2015 à 12:15
    14
    alerter
    Helas,nous sommes obligés de conserver la vente de ce qui peut se vendre selon une economie normale de distribution (marge au pourcentage comme toutes les autres branches,hausse des prix qui suit la norme,etc).Car "se recentrer sur notre coeur de metier" comme certains le proposent,c'est choisir ce qui n'apporte plus les moyens de vivre,deliberemment asphyxié par la Secu anti sociale.
  • 28/09/2015 à 12:19
    brezhoneg
    alerter
    allez,une bone nouvelle pour commencer la semaine :o)
    Jacques Attali n'exclut pas d'être candidat à l'Elysée en 2017
    Reuters le 28/09/2015 à 11:25

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...