18/08/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
maintien au domicile, MAD, pharmacie, officine, matériel médical, Assurance maladie © D. R.

L’Assurance maladie a signé mercredi 15 juillet une nouvelle convention avec les représentants des prestataires impliqués dans l'activité de maintien au domicile (MAD) : le Syndicat national des prestataires de santé à domicile (SYNALAM), le syndicat national des associations d’assistance à domicile (SNADOM) et l’Union nationale des prestataires de dispositifs médicaux (UNPDM).

Cette nouvelle convention se substitue à celle de 2002 et s’inscrit dans une volonté de « maîtrise des dépenses d’assurance maladie dans le respect des objectifs de qualité des soins et de préservation du périmètre des soins remboursables ». Le texte s’attache à la mise en place de la dématérialisation de la facturation par la mise en oeuvre de SESAM-Vitale et le développement de la scannérisation des ordonnances.

Assainir les pratiques

Plus encore, il s’agit de mieux encadrer l'activité de MAD et d’en clarifier les pratiques par le fait notamment de « garantir le libre choix du prestataire par l’assuré ». Ce prestataire est celui qui délivre les produits et facture ses prestations à l’Assurance maladie. L’article 15 stipule que « les organismes d’assurance maladie obligatoire et les prestataires s’interdisent d’influencer le choix de l’intéressé au profit ou au détriment d’un prestataire ou autre acteur déterminé ». L’article 16 exclut la possibilité pour le prestataire d’utiliser des procédés de vente par correspondance par envoi de supports papier ou par biais informatique.

De plus, la convention pose à nouveau les bonnes pratiques de dispensation, qui consistent notamment pour le prestataire à ne pas inciter le patient à renouveler systématiquement son matériel, à ne pas rémunérer ou indemniser « sous quelque forme que ce soit » praticiens ou auxiliaires médicaux exerçant en milieu hospitalier, à ne pas encourager la prescription ou le renouvellement d’une prestation, à ne pas mettre à disposition à titre gratuit ou à peu de frais tout service ou matériel, notamment de diagnostic. Il est également proscrit de verser des « remises ou ristournes à un intermédiaire dont l’activité n’est pas celle de prestataire » et de diffuser à l’intention du prescripteur des ordonnances initiales ou de renouvellement pré-remplies. Il est cependant permis de « mettre à disposition du prescripteur des outils visant à l’aider, lorsqu’il le souhaite, dans sa rédaction des ordonnances pour des prestations faisant l’objet d’une nomenclature complexe à la LPP ».

Locaux et formation adaptés

Pour entrer dans le champ de la convention, les prestataires s’engagent à ce que « la formation et la compétence de leurs personnels salariés soient conformes aux obligations réglementaires » et disposer de locaux adaptés.

Le prestataire déjà conventionné sous le régime de 2002 le demeure sauf s’il souhaite se placer hors convention. Le prestataire non conventionné et qui souhaite le devenir doit en faire la demande en adressant un formulaire d’adhésion à la caisse par lettre recommandée avec accusé de réception. L’organisme payeur dispose de 60 jours maximum pour lui transmettre sa réponse, après vérification du respect par le prestataire des critères conventionnels.

Des sanctions de déconventionnement sont prévues en cas de non respect de la convention. Selon l’UNPDM, la publication et l’application de ce texte sont prévues pour la fin de l’année 2015.





Matthieu Vandendriessche

Les dernières réactions

  • 19/08/2015 à 06:58
    pharma17
    alerter
    plongée en eaux troubles.
  • 19/08/2015 à 08:45
    62
    alerter
    sans blague, j'ai hâte de voir les résultats!!!rien ne va changer....
  • 20/08/2015 à 12:34
    en colere
    alerter
    les généralistes autour de moi faxent directement les ordos avec lit/fauteuil/béquilles....a une société de MAD qui passe leur donner une tite enveloppe de temps en temps ou du champ si les fêtes arrivent!!!!!! écœuré
    vous pensez que ces textes vont faire changer qlq choses??!!!!!
  • 20/08/2015 à 14:47
    MVDD
    alerter
    Bonjour,

    Cette convention recense une douzaine de pratiques déviantes et en prononce l'interdiction. Il y a à la clé une sanction qui peut être un déconventionnement pour une durée maximale de 5 ans. A défaut de faire disparaître tous les procédés énoncés, cette convention pourrait bien avoir un effet dissuasif et en limiter l'étendue. Mais cela sera évidemment difficile à évaluer...

    Bonne journée à vous,

    Matthieu Vandendriessche
    Le Moniteur des pharmacies
  • 23/08/2015 à 07:47
    rab74
    alerter
    et l'hospitalier qui favorise la signature des contrats avec un patient alité dans son service et donc fragile, on le déconventionne? on le suspend (par les pieds)?
  • 29/11/2015 à 16:39
    sd62
    alerter
    c'est plutôt une bonne nouvelle pour clarifier certaines actions de prestataires peu respectueux
    merci monsieur vandendriessche

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...