14/08/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
les syndicats de pharmaciens en colère arekmalang

Pour Jean-Luc Fournival, président de l'UNPF, parmi les axes présentés celui qui touchera le plus les pharmacies concerne la nouvelle vision de taux de remboursements ; le deuxième point important est la proposition de désengager le système de remboursement au plan national pour une prise en charge par régionalisation.

Un grand « coup de gueule » 

Il n'y va par quatre-chemins et déclare :« Depuis plusieurs années, la pharmacie française est confrontée à des plans d'économie drastiques. Je ne sais pas si Madame Polton réalise l'impact qu'auraient un taux de remboursement à 60 % et la suppression du remboursement à 15%, ce genre de discours est aberrant ». Il précise : « Ce n'est pas une solution de pénaliser les pharmaciens, les grossistes-répartiteurs, mais aussi les patients... Car quand on rentre dans les procédures qui devraient être mises en place, on s'aperçoit qu'il aurait des remboursements à taux variable en fonction de la pathologie, mais aussi en fonction de la tranche imposable par patient ; c'est un système profondément inégalitaire.».

Pour l'UNPF « trop, c'est trop » martèle Jean-Luc Fournival : « D'un cöté les baisse de prix, de l'autre les remises génériques qui vont certainement être retravaillées. Il faut savoir que trois pharmacies ferment en ce moment par semaine, un pharmacien vient de se suicider. Le courage politique consiste à dire, on arrête. »

Même son de cloche chez Gilles Bonnefond, président de l'USPO, qui se dit très surpris de l'orientation prise par Dominique Polton dont la mission de départ était de se pencher sur la réévaluation du SMR qui conditionne l'admission au remboursement.

« Ce rapport se transforme en propositions de déremboursements des médicaments à 15 % et d'une partie de ceux à 30 %. Cette voie serait une catastrophe économique pour l'officine pour un piètre résultat pour l'assurance-maladie ; parmi ces médicaments se trouvent pas mal de médicaments peu chers qui ont une meilleure marge et sur lesquels l'honoraire à un euro aura un impact. » Pour lui, ces mesures représentent clairement un risque supplémentaire de pénaliser la rémunération du pharmacien.

D'autres pistes sont possibles

Des propositions pour réaliser des économies sans détruire le réseau officinal, ils en ont, d'accord pour changer les règles mais, sans qu'elles soient imposées. Des pistes qui n'ont pas été retenues par ce rapport.

Gilles Bonnefond estime que l'évaluation des médicaments par la HAS mérite un vrai débat, son rôle, ses moyens, etc. Le rapport devait comprendre un volet sur l'évaluation du médicament en vie réelle : « Nous, pharmaciens, étions prêts à aider les pouvoirs publics à avoir de façon complètement indépendante et autonome par rapport à l'industrie pharmaceutique, un suivi des nouveaux médicaments en vie réelle, en remontant toute une série d'informations. Une piste, source de meilleur usage qui ne ressort pas dans le rapport » .

L'UNPF de son côté, a remis le 14 juin un livre blanc consacré à la PDA (préparation des doses administrées) en Ehpad aux ministères de la Santé et de l'Économie, PDA par les pharmaciens qui pourrait générer des économies chez la personne âgée. Un deuxième livre blanc est en préparation pour le 23 septembre sur les nouvelles formes juridiques et économiques afin de perenniser le réseau.

En mot de la fin, Gilles Bonnefond et Jean-Luc Fournival souhaitent tous deux que ce rapport n'aboutissent pas et que Marisol Touraine, ministre de la Santé, d'en tienne à son intention de ne pas être la ministre des déremboursements.






Les dernières réactions

  • 17/08/2015 à 19:10
    Mme lanvin
    alerter
    Au lieu de dérembourser des médicaments sur le dos des patients , ne serait-il pas plus judicieux de sensibiliser les patients sur leur dépense en pharmacie. Je m'explique, avec l'exemple du doliprane prescrit à 1 comprimé 4 fois par jour soit 14 boîtes pour le mois, beaucoup de patients ne sont pas au courant qu'ils ne sont pas obligé de tout prendre! D'autre part est ce que les patients sont au courant que quand ils viennent un jour de garde ça coûte de l'argent en plus à la sécu ?
  • 21/08/2015 à 23:34
    Reality
    alerter
    Ce qui serait très judicieux ,ce serait de se pencher sur les gros postes de dépenses de la sécu et non de s'acharner sur les médicaments qui représentent 15 p cent du budget . Même si ils ne remboursaient plus aucun médicaments il y aurait du déficit! Ouvrons les yeux et les 2 bons ...
  • 09/09/2015 à 15:23
    v
    alerter
    exact mme Lanvin tous les jours on entend 'j'en n'ai pas besoin mais si c'est remboursé je prends' c'est exaspérant
  • 11/09/2015 à 16:57
    pharma17
    alerter
    dérembourser un médicament, c'est une dépense en moins pour la sécu, une cotisation supplémentaire, qui ne dit pas son nom. une rentrée d'impôt supplémentaire: la TVA passe de 2.1% à 10%, ce qui est censé être indolore. Sans parler des tentatives répétées de la grande surface d'accaparer ce marché. Moi ce qui m’exaspère, c'est cet acharnement continuel sur ce métier, épuisant. On aimerait pouvoir travailler tranquillement.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...