07/08/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
La mairie et le pharmacien de Fréhel recherchent des médecins pour la future maison médicale matt benoit

À Fréhel (Côtes d'Armor), les médecins ne sont pas loin de la retraite. Pour attirer de jeunes médecins, le maire et le pharmacien, Jean-Loïc Guihot, ont un projet de maison médicale. Malgré des annonces passées depuis plus de deux mois sur les sites de recrutement classiques, ils n'ont reçu aucune candidature. Alors, ils ont fait paraître une annonce sur le Bon Coin...

Jean-Loïc Guihot explique le contexte et comment l'idée leur est venue : « Les médecins de la commune ont entre 58 et 64 ans. L'un a programmé de partir en retraite dans deux ans, l'autre doit passer en temps plus que partiel dès l'an prochain, sans successeurs en vue... La maison médicale doit commencer à sortir de terre en début d'année prochaine pour voir le jour en 2017. C'est en discutant avec le service d'aide à la recherche de professionnels de santé de l'ARS qu'une initiative similaire, celle du maire de Sainte-Anne-sur-Brivet (Loire-Atlantique) a été évoquée. »

Depuis la parution de l'annonce et sa reprise par les médias (Ouest France, le JDD), le pharmacien est sollicité par des candidats : « Pour l'instant, nous avons un premier contact grâce à l'annonce parue sur le Bon Coin, mais sous réserve. Depuis les articles de presse, nous avons reçu des appels de médecins étrangers, mais pour certains leur dîplome n'est pas reconnu en France ».

Sous l'insolite de la démarche transparaît le spectre du « désert médical ». Un problème qui ne touche pas que la commune de Fréhel. Le pharmacien s'inquiète : « Les communes voisines aussi sont concernées ; récemment, Erquy compte quatre médecins en moins, Henabihen va en perdre deux; celui de Matignon a dû reculer sa retraite de deux ans et il a fallu deux personnes pour le remplacer. Quand il n'y aura plus de médecins, il n 'y aura plus de pharmaciens et plus de population, c'est la mort d'un territoire ».

Plus globalement le département des Côtes d'Armor, même s'il ne fait pas partie des plus touchés, a une densité en médecins classée comme faible avec une évolution des effectifs à la baisse. D'autres annonces ont fleuri sur le Bon Coin dans les rubriques « offres d'emploi» ou « prestations de services» - souvent à l'initiative des municipalités - dans une stratégie de communication. Sans certitude que cela fonctionne : la mairie de Chârost dans le Cher qui avait eu cette démarche fin 2014 a posté à nouveau une annonce le 2 août, celles du mois de juin de Orsan dans le Gard, de Dampierre dans le Jura et de Chateauneuf sur Isère dans la Drôme sont toujours en ligne... Luitré en Ille-et-Vilaine, Ruffiac et Moréac dans le Morbihan viennent de suivre le mouvement.






Les dernières réactions

  • 07/08/2015 à 12:35
    14
    alerter
    Et apres Frehel et Matignon,a quelques kms c'est Ploubalay qui placarde de grandes banderolles .....pour resoudre le meme probleme.Pendant que les urgences de l hopital deValognes (Cotentin) annoncent que vu le manque de medecins,elles sont contraintes de fermer.PAS GRAVE,de toute facon il n'y a plus de medicaments pour executer leurs prescriptions.Les ARS sont aux anges!!
    Vive le systeme(modele) social francais,qui amene doucement mais surement les professionnels a la cata.
    A ce train là,pile poil pour les presidentielles de 17,on devrait bien rigoler!
  • 07/08/2015 à 17:31
    MaM
    alerter
    excercant depuis35 ans dont 15 en province ,voilà très longtemps que je pressentais ce problème
    Il aurait fallu calquer la répartition géographique de TOUS les professionnels de santé sur celle des pharmaciens
    Nous sommes formes pas l'état et il me semblerait normal que l'on planifie ,en fonction des bassins de populations ,les besoins en generalistes,Ophtalmo,pédiatres etc...
    La sacro-sainte liberté d'installation auquel s'accrochent les médecins est obsolète et les conséquences sont et seront terribles pour certains territoires
  • 07/08/2015 à 18:52
    maignan jacques
    alerter
    oui,le quorum aurait aidé a mieux repartir les postes a pourvoir,si cela avait été fait en 54(par un gouvernement socialiste),en meme temps que pour les pharmacies.
    Mais maintenant,les gens veulent gerer leur vie.Et si tous ceux qui sont passés par l'enseignement public jusque aux classes prepa doivent à la Nation qui les a eduqués une disponibilité de fonctionnaires,finalement,on va voir la clientele de l'enseignement privé faire un gros bond :o)!!.
  • 07/08/2015 à 19:59
    Doc
    alerter
    Bien sûr. Le problème de la démographie médicale dépend plus de la répartition des médecins que de leur nombre. La seule solution est, en effet, la mise en place d'un quorum de médecins ou de kiné par territoire à l'image de ce qui existe pour les pharmaciens.
    Les pouvoirs publics peuvent aussi s'inspirer de la régulation mise en place pour les infirmiers par la Convention avec l'Assurance Maladie qui a réglé le problème de la mauvaise répartition géographique des professionnels depuis 4 ou 5 ans.
  • 07/08/2015 à 22:47
    anonyme
    alerter
    Et lorsqu'une commune de plus de 2000 habitants avec trois médecins réclame une pharmacie...on lui répond que la région est bien desservie...la loi de répartition fait son oeuvre...l'on concentre sur des communes non déficitaires pour le plaisir des pharmaciens en place....merci aux syndicats alias conseil de l'ordre et militants de l'APR au point de décourager les candidats médecins en ignorant que les médecins se parlent et se renseignent...!!!
  • 08/08/2015 à 09:41
    Jean Rigole
    alerter
    Tout cela crée une grande concurrence entre les villages. Certains sont condamnés par manque d'initiative ou de possibilités réelles et d'autre vont remporter la mise avec maisons de soin complètes qui vont "nettoyer" leur zone. Donc d'ici peu sur des secteur ruraux où vivaient 2 ou 3 pharmacies bientôt plus qu'une de viable et 2 mortes. En fait on assiste à un combat économique entre confrères. Je premier qui agit s'en sort très bien.
    On verra la prochaine étape, la déliquescence des maisons de santé qui de fait constituent des investissements importants dans des zones qui continueront de toute façon à être peu attractive!
  • 08/08/2015 à 09:52
    Lao Tseu
    alerter
    et comme beaucoup de français, les médecins viennent habiter en campagne ou plutôt en périphérie des villes, pour travailler en groupe dans ces mêmes villes! Et d' avoir des clients avec 15 médecins différents! Pire que de ne pas en avoir!
  • 08/08/2015 à 14:41
    14
    alerter
    oui,Lao tseu,ils se regroupent ,de preference dans les zones franches fiscalement interessantes,en banlieue.Si bien qu'ils s'eloignent de leurs clients et qu'ils repondent a une mamy de 90 ans au fond de son lit"qu'ils ne se deplacent plus"....Laquelle me telephone,paniquée,pour que j'arrange ça... .Mais la repartition des medecins est aussi un probleme du au secteur professionnel qu'ils choisissent: sur 10 jeunes,9 ne veulent pas faire de liberal, et la ou le dixieme fait tout pour eviter d 'etre generaliste.CAR aucune autre profession ne se deplace plus pour 25 euros.Il va falloir que les Francais et la SECU acceptent de payer decemment des bac+6 pour maintenir la proximité du binome medecin+pharmacien '.SANS CELA ce sera la baisse ineluctable en qualité et quantité.
  • 08/08/2015 à 18:33
    alerte
    alerter
    rien n'a été fait pour anticiper et corriger les dérèglements prévisibles aboutissant à une telle situation !! nous ne recevons que des CV de médecins européens (non inscrit à l'ordre, avec des diplômes non validés en France)
    Mais où sont les médecins français !!!

    faites-vous connaitre sinon nous irons plus rapidement à notre dernière demeure (humour noir !)
  • 10/08/2015 à 07:43
    ppp
    alerter
    Le but des gouvernants, était de casser le système de santé jugé trop cher. C'est fait.
    Maintenant la remise en état de type stalinien, dispensaire, médecins salariés, pharmacies concentrées, va coûter une fortune, car pour l'instant cette opération s'opère dans l'anarchie.
    Combien de pharmaciens ruinés, de Mairies endettées pour un centre de santé déserté?
  • 10/08/2015 à 08:12
    Wiwi
    alerter
    Et oui , vive la cote d'azur .
    Et viva, bientôt nos dispensaires sur le reste du territoire . Des fonctionnaires nouvelle génération , 35h. Sincèrement pourquoi les jeunes médecins devraient se sacrifier . Le problème est global sauf pour la cote d'azur.
    Même autour de Paris , le manque de médecin est énorme seule différence il y a des hôpitaux. Par contre le niveau des médecins de ces hôpitaux hors service de pointe est très bas et même dangereux . Je vous laisse imaginer en province !!!
    Votre stratégie cher Ministere va vous revenir en boum rang
    Ca va faire très mal ....

    Ne pas oublier que Xavier Bertrand n'a pas fait mieux , mais là on touche le fond

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...