31/07/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Philippe Gaertner, président de la FSPF DR

Après analyse des chiffres IMS-Health Pharmastat du semestre passé pour l'officine, Philippe Gaertner, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), persiste à constater « sans le changement de mode de rémunération, nous serions dans une situation aujourd'hui bien plus difficile ».

Même si, selon lui, l'introduction des honoraires de dispensation à la boîte (0,82 euro) et pour ordonnance complexe (0,50 euro) « ne compense pas les décisions de baisse de prix industriel des médicaments prises depuis cette réforme ».


En réponse à ceux qui voudraient voir la réforme abolie ou bloquée, il alerte : « L'officine se priverait de plusieurs dizaines de millions d'euros dont elle ne peut absolument pas se passer ! » Philippe Gaertner regrette même de n'avoir pu passer d'emblée à l'étape un euro, souhait initial de la FSPF. « Le passage par l'étape intermédiaire l'a été à la demande du deuxième syndicat (l'USPO, NDLR) lors du protocole d'accord, ce qui aujourd'hui pénalise très fortement l'officine ». 

La volonté d'aller plus loin

Aux pharmaciens qui enverraient une lettre à la CNAM pour tenter de relancer les négociations, incités par « un autre syndicat » (l'USPO, NDLR), Philippe Gaertner adresse une mise en garde : « Bloquer la réforme entraînerait de facto une diminution de rémunération pour l'officine et l'abandon de l'honoraire à la boite ne signifierait pas la mise en place d'une autre forme de rémunération. Dans un système tripartite, conventionnel entre Assurance-maladie et profession, avec intervention de l'Etat au travers de l'arrêté de marge, il faut trouver les personnes volontaires et en capacité de signer. » Bien que les honoraires à la boîte ne détachent pas suffisamment la rémunération de l'officine des prix et des volumes pour Philippe Gaertner « la volonté politique va très clairement dans ce sens. C'est une étape prévue dans la convention vers l'introduction de l'honoraire à l'ordonnance, souhait que la FSPF partage depuis le début. »

Un observatoire de la nouvelle rémunération

Il précise qu'avec ce nouveau système est prévu un paramètre d'ajustement qui n'existait pas auparavant : l'Observatoire sur la rémunération mené par les syndicats et les représentants de l'Assurance maladie, qui doit se réunir fin septembre. Il va permettre de faire des adaptations en fonction de ce qui a été réalisé. L'analyse se fera à partir des tableaux qui ont servi à la fixation des honoraires qui sous-estimaient l'impact des baisses de prix. En guise de conclusion, le président de la FSPF martèle que  « l'honoraire ne change pas tout mais faire marche arrière serait catastrophique ».






Les dernières réactions

  • 01/08/2015 à 14:33
    14
    alerter
    La Securite Sociale,qui n'est plus au service de rien d'autre que sa survie,oblige nos entreprises a faire tout le contraire de ce que doit faire une entreprise normale:
    Alors que les autres centrales d'achats type Leclerc ,(qui matraquent aussi les gens qui dependent d'elles), essayent au moins d'augmenter leur chiffre d'affaires,la notre,la Secu,elle,considere que toute augmentation de nos ventes ou de notre rentabilité est une agression inacceptable.Et donc,en situation de monopole et de deficit,elle nous fait supporter ses problemes par des montages financiers de plus en plus fragilisant.Toujours pour nous,jamais pour elle.Elle trouve toujours un complice sous controle parmi les "negociateurs" de notre profession pour valider ses accrobaties a nos depens.De plus,elle se met au service de la nouvelle ligne politique: faire crever le maximum de professionnels de Santé.LE MINORITAIRE GAERTNER est allé signer l'armistice a Rethondes,alors que c'est d'un de Gaulle dont la Pharmacie et la Medecine ont besoin.
  • 03/09/2015 à 07:31
    rab74
    alerter
    ce n'est même pas le probleme. M Gaertner vient de comprendre, enfin, que les accords signés par son syndicat vont à l'encontre de ce qui était, soit disant, recherché: nous détacher de la vente pour affiner le "technique", c'est à dire recentrer sur le patient et éviter les dérives commerciales. Je l'avais dénoncé il y a un an, ce mode de rémunération favorise les "gros vendeurs" et pénalise les pharmacies techniques (sortie d'hôpital, cancero, produits chers). Que la FSFPF assume et rouvre des négociations intelligentes et ouvertes, en tenant compte des avis de la base et pas seulement des "gros" représentants (pour qui, évidemment, la faillite des petits représente une opportunité de grossir encore plus, jusqu'au jour ...où le système éclatera et où ils n'auront plus qu'à s'intégrer dans des structures type leclerc qui seront les seuls capables de les racheter pour leur départ en retraite)
  • 03/09/2015 à 07:34
    rab74
    alerter
    encore 1 chose: il n'est pas question de faire marche arrière sur l'honoraire, il faut juste que ça devienne un vrai honoraire, rémunérant un acte médical vrai (prise de tension, dépistage diabète, conseil nutritionnel sur les pathologies courantes tels que diabète, cardio, crohn) à sa juste valeur, et pas juste un "bonus" minable accordé pour une vente de boite de doliprane!
  • 03/09/2015 à 10:17
    flib
    alerter
    "sans le changement de mode de rémunération, nous serions dans une situation aujourd'hui bien plus difficile ».
    certaines choses ne changeront jamais ................
  • 03/09/2015 à 10:21
    Wiwi
    alerter
    Ma réflexion :
    Mr Gaetner est bien naïf , l'idée était intéressante de détacher une partie du prix du médicament et de rémunérer l'acte . Mais un acte se doit d'être valorisé !!!
    L'histoire de la valeur du médicament est une arnaque : comment Mr Gaetner accepte l'achat d' un produit cher et on facture 0€ Par rapport à une boîte de Doliprane valeur 1€94. Je ne savais pas que les banques prêtent leur argent ( le notre ) au citoyen à 0% !!! Même mettre notre argent sur un livret À rapport 0,75% net .
    Un produit frigo qui sera perdu car rare et le patient ne peut venir le chercher !!!! Impossible de le retourner ?
    Un toxique idem ....
    La meilleur au sujet de l'ordonnance complexe , la politique de santé étant d'un maximum de 4 médicaments par ordonnance Mr Gaetner accepte 5 ?
    (...)
  • 03/09/2015 à 10:29
    Wiwi
    alerter
    Sourire Mr gaetner nous dit : la marche arrière serait catastrophique .

    Ma constatation : la marche avant actuelle est catastrophique et le mur n'est vraiment pas loin.


    Chez nous on dit : mourir peut être dans la logique des choses , mais je ne me lève pas le matin pour prendre des coups et dire oui oui j'aime , ou faire l'agneau surtout quand nos bergers ......

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...