23/06/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Teva, génériques, patients âgés, médicament © D. R.
Lorsqu’ils oublient de prendre leur médicament, les patients âgés ne pensent jamais à prendre contact avec leur médecin ou leur pharmacien.

Ce constat est l’un des enseignements de l’étude IPOP, menée par Teva Laboratoires avec le partenariat scientifique du service ICAR* du groupe hospitalo-universitaire de la Pitié-Salpêtrière.

L’objectif de cette étude est d’évaluer les risques iatrogéniques potentiels chez les patients âgés polymédiqués de plus de 65 ans autonomes et vivant à domicile. Les résultats intermédiaires de cette étude, présentés ce mardi 23 juin, portent sur 493 dossiers de patients émanant de 50 officines adhérentes aux groupements de pharmaciens PHR ou Rhône Vallée Pharmacie. L’enquête portera à terme sur l’analyse d’un millier d’ordonnances de patients de plus de 65 ans.

Une méconnaissance du traitement

Les patients inclus ont 77 ans en moyenne et sont également répartis entre hommes et femmes. Ils reçoivent en moyenne 7 médicaments par ordonnance. Ainsi, 30 % des patients indiquent qu’ils ne savent pas pourquoi sont prescrits leurs médicaments et 59 % sont en quête d’informations sur leurs prescriptions.

La moitié des patients recherchent des informations sur la notice des médicaments. 88 % des patients prennent et préparent seuls leurs médicaments. Par ailleurs, 4 patients sur 10 reconnaissent avoir déjà oublié de prendre leurs médicaments au bon moment. Et même 12 % disent n’avoir pas pris leur traitement car ils avaient l’impression que celui-ci leur faisait plus de mal que de bien.

De leur côté, les pharmaciens sont une majorité à indiquer qu’ils signalent verbalement les interactions possibles entre médicaments aux patients. Mais une minorité de pharmaciens indiquent qu'ils donnent des conseils aux patients sur les horaires de prise.

Faire de l'ordonnance un vecteur d'informations

Mais selon les officinaux, dans 60 % des cas le type de pathologies ne leur est pas connu de manière précise.

« Cela fait 2 siècles que le modèle de l’ordonnance n’a pas changé. Il faut aujourd’hui qu’elle ait un rôle de liaison entre professionnels de santé. Il doit y être indiqué l’âge du patient et le type de pathologie dont il est atteint, par exemple cardiaque, rénale ou hépatique. Ceci notamment afin de pouvoir vérifier à l’officine les adaptations de posologie », estime le Pr Gilbert Deray, chef du service de néphrologie au CHU de la Pitié-Salpêtrière et fondateur du service ICAR.

Selon l’étude en cours, 96 % des patients ont sur leur ordonnance au moins un médicament nécessitant une adaptation de dose.

*ICAR est un service de conseil et d’aide à la prescription des médicaments chez le patient insuffisant rénal.








Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...