29/05/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Nouvelle rémunération, argent, FSPF, USPO © D. R.

Le bilan de la nouvelle rémunération se corse au vu des résultats d’avril 2015 communiqués par IMS Health. La rémunération du réseau sur le médicament remboursable (prescrit et non prescrit) s'élève sur ce mois à 452,8 M€ contre 468,3 M€ un an plus tôt, sans la réforme. Soit une perte de plus de 15 M€, alors que le recul enregistré sur le premier trimestre 2015 n’a été que de 5 M€ du fait notamment des pathologies hivernales.

En avril, ces effets compensateurs n'existent plus et la pharmacie subit maintenant de plein fouet les baisses de prix. On peut donc parler de mois « référence » pour la suite. Sans réforme, la marge du réseau serait tombée à 446,8 M€ en avril.

Dans son suivi, IMS Health a introduit un nouvel élément dans les comparaisons des résultats avec et sans l’introduction des honoraires de dispensation : si la proposition du syndicat USPO de revaloriser le forfait à la boîte de 0,53 € à 0,6 € avait été mise en place, la marge aurait été de 451 M€, soit légèrement moins que l’actuelle rémunération. 








François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 29/05/2015 à 22:22
    pierredulot
    alerter
    Il faut absolument obtenir une revalorisation de l'honoraire pour compenser en partie ces baisses de prix.
    L'honoraire sert aussi à cela : être une variable d'ajustement en cas de trop forte baisse de la rémunération du Réseau.
    Sinon on va dans le mur.
    La FSPF doit demander en urgence une revalorisation de l'honoraire, sinon on va vers une nouvelle vague de dépôts de bilans.
  • 29/05/2015 à 22:41
    christophe
    alerter
    Un nouveau pas en avant vers le nouveau modèle de la pharma française. Par ailleurs, grand merci aux syndicats qui refusent de soutenir le débat de la régulation de l' installation des médecins, pensez donc aux pharmacies rurales doc qui n' ont pas la possibilité de bouger.
    certains d'entre nous vont grossir énormément et d' autres s'écrouler sans pouvoir se battre.
    quitter le navire avant qu' il ne coule
  • 30/05/2015 à 07:18
    ppp
    alerter
    Quel serait l'intérêt de la CPAM et du gouvernement de revaloriser l'honoraire? Le piège est refermé. La messe est dite.
  • 30/05/2015 à 07:21
    Wiwi
    alerter
    Il est tellement bon de se réveiller le matin en sachant que
    Nous allons droit vers le dispensaire , mort de la santé libérale ......
    Nos politiques :
    Leur crainte : le désert médical
    Leur objectif : acheter la paix sociale et être réélu
    Nos syndicats :
    Leur crainte : aucune ils sont confiant et fier de leur nego
    Leur objectif : ? , serrez la main des ministres
    Avec ce type d'objectif le mur n'est pas loin
  • 30/05/2015 à 07:22
    Wiwi
    alerter
    Il est tellement bon de se réveiller le matin en sachant que
    Nous allons droit vers le dispensaire , mort de la santé libérale ......
    Nos politiques :
    Leur crainte : le désert médical
    Leur objectif : acheter la paix sociale et être réélu
    Nos syndicats :
    Leur crainte : aucune ils sont confiant et fier de leur nego
    Leur objectif : ? , serrez la main des ministres
    Avec ce type d'objectif le mur n'est pas loin
  • 30/05/2015 à 08:45
    Marco75
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 30/05/2015 à 09:33
    Lao Tseu
    alerter
    On va payer moins d'impôts! Tant pis pour le gouvernement!
    Le Professeur Touraine, parait il, frère de Marisol se ferait payer 150,00 Euro la consultation pour 20 remboursé, ça c'est de l' honoraire! Appliquons le nôtre, sans tenir compte des syndicats! Alors, combien?
  • 30/05/2015 à 09:41
    ouf
    alerter
    et en plus on gagne des sous par rapport a la proposition de l'USPO : elle n est pas belle la vie !?
  • 30/05/2015 à 09:48
    lanlan54
    alerter
    Je ne comprends cette politique de régulation des dépenses de santé qui va dans le même sens depuis la suppression du SHP et qui ne voit pas la difficulté croissante des pharmacies à maintenir leur niveau de trésorerie au point de devoir débaucher et réduire drastiquement toutes les charges pour survivre . A quand la prise de conscience du gouvernement pour augmenter la rémunération faute de quoi de nouveaux dépôts de bilan surviendront.....
  • 30/05/2015 à 10:48
    coco
    alerter
    Il est urgent d accentuer la part d honoraires dans notre rémunération.
    Les baisses ne s arreteront pas. Il faut que bonnefond se calme et se taise et laisse ceux qui savent négocier en paix. Revenir toujours en arrière c est la mort assuré. mais peut etre que ses amis d univers pharma souhaitent la perte des autres pour mieux récupérer les clients....
  • 30/05/2015 à 12:48
    merci lesgars
    alerter
    les moutons c'est fait pour être tondus. nos représentants sont tous aussi nuls les uns que les autres et l'ordre ne sert plus à rien. Nous sommes en plein milieu d'une grosse bataille économique et nos organisations syndicales ne sont pas à la hauteur pour y répondre efficacement. Il y aurait pourtant des axes d'attaque mais nos représentant n'y pige rien. C'est la pharmacie à la papa qui mène la profession. Les hommes et les moyens sont trop faibles.
    Maintenant c'est chacun pour soit. Le meilleur moyen de survivre c'est qu'un voisin ferme !
  • 30/05/2015 à 12:50
    merci lesgars
    alerter
    en fait je n'ai rien compris à vos chiffres : on gagne ou on perd de la marge en valeur absolue ?
    c'est pas clair du tout !
  • 30/05/2015 à 16:28
    Jeune titulaire
    alerter
    Le levier : ne pas remplacer le personnel en partance ( retraite ou autre) mais augmenter sans cesse le volume de clientèle en débordant d'idées et en tirant sur le personnel restant. CQFD. Les entretiens ? Qui les fera ?
  • 30/05/2015 à 16:41
    14
    alerter
    et on en arrive donc a la conclusion logique: au debut et jusqu'en 75 environ,la Secu a solvabilisé des gens qui n'auraient pas acheté de medicaments sans cela,et la Profession a été gagnante.Mais progressivement le positif a été diminué par les contraintes de tous ordres que la Secu nous impose en abusant de son monopole .Et maintenant,nous sommes largement perdants.Les lois du commerce et de l'economie nous demandent donc de CESSER les echanges avec cette "centrale d'achat",sans cela nous finiront comme les autres pme aux prises avec ces structures: le depot de bilan. Le scenario a appliquer commence par une propagande dans les lycees pour dissuader les bacheliers de choisir un secteur qui les fera vivre dans la mediocrité materielle.Là,nous auront réellement une Vraie greve,qui gene qui doit etre géné.Objectif: -20% d'etudiants a la rentrée.Et il y a une suite possible.....que je garde pour moi pour le moment.
  • 31/05/2015 à 09:22
    Philippe13
    alerter
    Et mai va être bien pire! Il serait temps que les syndicats s'unissent pour une action forte et mobilisatrice.
  • 31/05/2015 à 09:31
    Wiwi
    alerter
    Nombreuses réactions, tout à fait d'abord avec merci les gars on se fait tondre et nous alors faire payer une partie de la note à notre personnelle. Dans l'industrie on licencie les personnes de 50 ans trop cher ....
    Nos syndicats doivent arrêter de parler pharmacie de papa, on parle santé au global, économie globale de la santé . Aujourd'hui le constat est simple l'enveloppe santé augmente et nous on nous laisse sur le bord de la route , pardon nos syndicats et l'ordre nous obligent à rester sur le bord de l'autoroute attention temps de survie est très faible .... Et leur délivrance sera l'ouverture du capital ....
  • 31/05/2015 à 10:25
    Wiwi
    alerter
    Philippe13 arrêtons de penser que les syndicats vont faire quelques choses , prenons notre destin en main
  • 31/05/2015 à 10:42
    Philippe13
    alerter
    Fin 2014, j'ai procédé à une rupture conventionnelle avant que ma trésorerie soit complètement exsangue.
    Travailler plus pour gagner de moins en moins.
  • 31/05/2015 à 12:00
    Wiwi
    alerter
    Oui Philippe 13 voilà ce qui nous attend pour essayer de
    Sauver notre trésorerie mais pas notre outil de travail .
    L'état veut ouvrir la concurrence , ok mais alors on libéralise le global, on supprime l'ordre , nos conventions salariale, nos spécifications seul façon de faire reculer l'état quelques pistes:
    Supprimer l'ordre des pharmaciens
    Supprimer nos obligations niveau qualification de notre personnel et grille salariale.
    Supprimer le 1/3 payant systématique , laisser les patients saturer la Cpam .
    Autoriser la vraie concurrence
  • 31/05/2015 à 13:20
    Philippe13
    alerter
    Tu as raison. C'est facile de dire de tout libéraliser comme ce pauvre Arnaud Montebourg. Mais, à ce moment la, on accepte de libéraliser les licenciement on met en place les contrats zéro heure à l'anglaise, etc....
  • 01/06/2015 à 09:33
    Adjoint ?
    alerter
    Depuis quand êtes vous installé, Philippe13 ?
    Pour quelles raisons avez vous fait une rupture conventionnelle ? Plutôt qu'un licenciement si vous avez des difficultés économiques ?
    Je comprends que les charges de personnel sont trop élevées par rapport à la rentabilité actuelle, c'est surtout la seule " variable d'ajustement", mais vos employés n'y sont pour rien dans cette évolution économique : ce n'est pas à eux qu'il faut s'en prendre.
    Les prix de cession des officines sont aussi restés bien trop élevés, c'est cela qui étrangle aussi la profession.
  • 01/06/2015 à 09:36
    Adjoint?
    alerter
    A wiwi, que veux-tu dire par "vraie concurrence" ?
  • 01/06/2015 à 11:22
    ludo
    alerter
    Que serions nous s'il n'y avait pas le remboursement SS?...
    Des chômeurs !
    Alors ne nous plaignons pas !
  • 01/06/2015 à 11:59
    pierrick45
    alerter
    Merci à nos chers représentants syndicaux et au conseil
    de l'ordre!!!!! Arrêtons de cotiser pour ces instances inefficaces....
  • 01/06/2015 à 13:57
    merci lesgars
    alerter
    Il y a des moyens très simples réalistes et basés sur des circonstances et des faits précis pour nous dégager de l'image déplorable que nous traînons depuis des années et qui est à l'origine des "sanctions" que l'on nous inflige en permanence sous prétexte que nous sommes des "nantis" et que nous vivons sur une rente.
    Il faut casser cette image, rétablir la vérité des chiffres et renvoyer chaque partie devant à ses responsabilités: les labos, les négociateurs de la sécu qui négocient les prix des médicaments remboursés depuis 1945, les politiques, etc....
    De quoi pouvons nous être accusés alors que nos revenus sont directement administrés par l'état depuis la nuit des temps ??
    Il y a des moyens mais faut il encore les mettre en oeuvre. Nos représentants n'y sont pas prêts.

  • 01/06/2015 à 19:20
    Wiwi
    alerter
    Ludo
    Tu n'es pas fier de ton métier
    Moi je ne pense pas être un mendiant. Tu prends le problème par le mauvais bout
  • 01/06/2015 à 19:28
    Wiwi
    alerter
    Si je te comprends Ludo
    Nous devrions peut être nous excuser que nos aînés est bien gagné leur vie .
    Nos députés ont beaucoup moins de complexe que toi eux avec 8000€ Net par mois d'argent de poche , ils n'hésitent pas à aller à Roland Garros....
  • 02/06/2015 à 22:51
    Bravo_la_fede
    alerter
    Par son obstination à signer seule une réforme qui va nous achever, la fédé fait le jeu de Marisol.
    "Moins perdre que si on avait gagné encore moins", quelle superbe négociation ambitieuse arrachée de haute lutte !
    Si cela ne se traduisait pas par une qualité de vie au travail exécrable, des licenciements, des lendemains douloureux...ce serait risible !
    Seul moyen de renégocier : bien voter aux prochaines élections URPS et entamer l'épreuve de force : grève du tiers payant pour dossier < 20 €
  • 03/06/2015 à 08:08
    Soyons sérieux
    alerter
    Après la grosse bourde dans l'huma , l'uspo se prend les pieds dans le tapis avec sa proposition qui nous ferait perdre encore plus...
  • 03/06/2015 à 08:24
    Wiwi
    alerter
    Nos syndicats sont des enfants , car eux pensent que nous gagnons trop, et que nous devons faire un effort pour la collectivité .
    Nous sommes dans le même scénarios que les impôts .
    Tu ne peux pas pour avoir la paix sociale et pour une question de facilité continuer à prélever et dépenser sans compter.
    Tu dois rationaliser , diminuer les pertes, en gros optimiser le globale.
    On rajoute toujours une feuille , des dépenses pour ?
    Cpam, ars ....les économies sont faites pour augmenter la dépense administrative .
    Une négociation est un échange, tu fais un effort et ensuite on fera peut être un effort..... Nos syndicats n'ont rien compris des enfants ....

  • 03/06/2015 à 08:50
    Philippe13
    alerter
    La Fédé négocie et le fait mieux que vous ne le pensez. Personne ne pense que les pharmaciens gagnent trop surtout qu'une partie de leurs revenus ne dépendent heureusement pas de la Sécu sinon nous serions tous en faillite!!! Vos réactions sont épidermiques et font preuve d'un sens primaire de la négociation. Ce sont les pouvoirs Publics qui mènent la danse et je n'ai vu aucun syndicat proposer un grand mouvement de révolte. Le seul qui est venu est arrivé de la base et a été relayé par les structures syndicales (le syndicat affilié à la FSPF dans le 13). Vos propos sont antisyndicalistes car, comme une minorité, ça vous ne viendrait pas à l'idée de payer une cotisation annuelle à un organisme de défense professionnelle. C'est plus confortable (lâche?) de s'attaquer à ses pairs qui font ce qu'ils peuvent. Perso, si je devais "être à Paris", je ferai appel aux conseils d'un cabinet spécialisé en économie qui ferait travailler des "têtes d'oeuf" style polytechniciens et HEC pour trouver des solutions proposables aux Pouvoirs Publics. Mais, pour faire dans le pessimisme, je pense que, quelque soit le mode de rémunération, la tendance reste encore à la baisse de tout (sauf le MAD et HAD qu'on se fait prendre). Le calcul de marge pour le générique nous est globalement extremement favorable avec des marges, remises incluses, assez énormes mais vous pleurez encore car les baisses de prescriptions, les baisses de prix, la perte de prescripteurs, la concentrations des prescripteurs sur des plateaux techniques, l'inexistence mondiale de nouvelles molécules type "blockbuster", la crise économique française, tout concoure à assécher l'économie du médicament. Je doute que tous ces paramètres puissent être redressé par un seul honoraire à la prescription. Je pourrai vous tenir un langage qui vous ferait croire qu'on va s'en sortir en ne passant pas de 0.80 à 1€ l'honoraire/boite mais je ne sais pas raconter ce genre de choses.
  • 03/06/2015 à 14:18
    Reality
    alerter
    Bon,plutôt que de s'étriper entre nous ,avec les mois d'été qui vont être de plus en plus catastrophiques ...ne pourrions nous pas RÉAGIR tous UNIS et tirer la sonnette d'alarme,combien faut il de fermetures et de licenciements pour que les pouvoirs publics se rendent compte que le système n'est pas viable ??Appuyons tous sur le bouton Stop,il faut renégocier et VITE!
  • 03/06/2015 à 14:27
    candide
    alerter
    Une perte de 15 M€ en rémunération signifie combien de perte de CA ? Les tranches pour avoir un assistant vont elles rester au même niveau? Mais je n'ai rien dit,il paraît que la courbe du chômage va s'inverser...dans quelle branche?
  • 03/06/2015 à 15:11
    merci lesgars
    alerter
    Philippe 13 vous tenez typiquement un type de propos hors sujet qui ne mène nulle part au final. Peut être avez des responsabilités syndicales?
    Le pire c'est que vous avez par moment dans vos propos une partie du problème d'énoncé mais qu'au final vous passez à côté. Quand vous dites "surtout qu'une partie de leurs revenus ne dépendent heureusement pas de la Sécu sinon nous serions tous en faillite!!" effectivement vous avez soulevé une partie du lièvre : NOUS FINANCONS UNE BONNE PARTIE DE LA DISTRIBUTION DES MEDICAMENTS DE NOTRE POCHE EN VENDANT UN TAS D'AUTRES CONNERIES A COTé. C'est bien là une grosse partie du problème: çà veut dire que la marge dégagée par la vente des médicaments sécu n'est plus suffisante pour exercer notre métier de base. Tout est dit. Le compte n'y est pas. C'est simple à comprendre. Honoraire ou pas c'est pareil. Voilà déjà un exemple d'angle d'attaque qui n'est pas utilisé par les syndicats qui sont si bons que ça : on globalise tout nos revenus pour nous massacrer sur le marges du remboursé ! Et d'une. Je ne vais pas reprendre ici tous les points sur lesquels on se fait défoncer sans aucune réaction, il faudrait plusieurs heures. Mais des éléments à remettre à plat ce n'est pas ce qui manque! Mais personne n'écoute la base d'où parfois monte des idées. Les syndicalistes sont en train de régler leurs comptes personnel et nous on trinque.
    A suivre.
  • 04/06/2015 à 09:41
    homeopotard
    alerter
    Qui a très bien profité de l'endettement des pharmacien ?

    Il y a encore deux générations le financement bancaire n'existait pas beaucoup et hormis les familles, le vendeur assumait le crédit lui même et une officine était remboursé en 5 ans.
    J'oubliais.........................à un prix de vente raisonnable...
  • 04/06/2015 à 10:38
    Philippe13
    alerter
    @merci lesgars: j'ai énoncé le "hors ordonnance" dans le sens ou tu l'a signalé. Je pense aussi que nous devons vendre pas mal de produits à la frontière pour vivre et que ce n'est pas à notre honneur. Mais il y a aussi des produits d'hygiène ou de phytothérapie qui ont bien leur place dans nos officines. Cela prouve aussi que les réductions de dépenses sur la pharmacie font que nous devenons la seule profession de santé à ne plus pouvoir faire vivre nos petites entreprises de la seule sécurité sociale à la différence des médecins, kiné et infirmiers et bien d'autres paramédicaux ou médicaux qui vivent exclusivement du remboursable. :-(
  • 04/06/2015 à 10:40
    Philippe13
    alerter
    C'est toujours le "fight" dans le courrier des lecteurs du Moniteur? :-)
  • 04/06/2015 à 10:44
    PHARmindus
    alerter
    ah lala la complainte des pharmaciens officinaux, ça vous savez bien pleurer, pas de doutes.
    les titulaires d'officines gagnent en moyenne plus de 129000 annuels, ce qui les place dans le peloton de tête des professions médicales avec les radiologues et autres chirurgiens.de plus à la revente de leur officines c'est en moyennne 1,5 à 2 Millions d'euros de parachutes dorés et tout ça grâce à un monopole d'état très, trop, largement généreux mais jusqu'a quand?
    alors oui vous achetez vos fonds trop chers de façon abusive, déconnectés de toute logique économique, à cause de vos quotas et quorum qui maintiennent artificiellement les prix à la hausse, tout allait bien quand vos CA augmentaient mécaniquement à 2 chiffres chaque année, mais maintenant que l'état régule, contrôle et encadre, vous redescendez sur terre, il y a encore du gras à prendre sur l'officine, l'état le sait très bien
  • 04/06/2015 à 15:22
    merci lesgars
    alerter
    PHARMindus, vous travaillez dans l’industrie ?? Vous êtes pharmacien salarié d’un labo ? Combien vous gagnez en tant que salarié ? Ben oui c’est compliqué d’avoir un diplôme de profession libérale et de se retrouver cadre dans l’industrie. C’est plein de paradoxes tout ça et il faut assumer. Quelle torture. Un pharmacien c’est une profession libérale avant tout pas un chef d’industrie. C’est pas la même mentalité, la même formation, la même conscience professionnelle, pas la même caste sociale, pas mieux ou pas pire, c’est comme ça il faut le comprendre. Personnellement je l’ai compris à 50 ans. Depuis ça va beaucoup mieux dans ma tête : j’ai fini de me prendre le choux avec tous ces concepts économiques à la petite semaine pour étudiant de 1° année d’école de commerce (payante). Ca commence à pulluler ;
    1,5 à 2 millions d’euros ça représente quoi ? La valeur d’un appartement de plus ou moins 150 m2 à Paris en gros. Voulez parler d’une fortune, au bout d’une vie de travail. Vous troquez votre boutique de 150 m2 contre un appartement pas plus grand en gros. C’est une image, mais ça permet de relativiser les choses.
    Les cadres supérieurs des grands labos ils habitent dans des deux pièces à Saint Denis ou dans des apparts dans le 16° ou à Neuilly quand ils bossent à la Défense ?
    Il faudrait bien que l’état régule les hausses de prix imposées par les labos tous les ans : environ 25 % sur l’OTC sur les 5 dernières années ! Les produits déremboursés jusqu’à 174 % d’augmentation. Qui est ce qui provoque ces hausses, les officinaux où les industriels ?! Et pourquoi quand la DGCCRF ou 60 millions de consommateurs font des relevés de prix ils viennent chez nous en cachette plutôt que de demander les grilles de tarifs des labos chaque 1° janvier pour savoir de combien les prix vont augmenter ? Qu’est ce que les officinaux ont à voir dans le lobbying des labos anglo-saxons, allemands et suisses pour la plupart ?? Les hausses de prix que nous pointe du doigt Leclerc, qui en est responsable : les labos. Et qui trinque derrière : les officinaux. Ben oui c’est la réalité.
    C’est quoi la logique économique d’un laboratoire pharmaceutique ??? Savez-vous ou pouvez vous répondre à cette question ?
    Bien cordialement.
  • 08/06/2015 à 09:43
    Lao Tseu
    alerter
    Pharmindus, il y a ce que l' on déclare et ce que l'on prélève!
    la trésorerie doit permettre de financer les travaux, renouveler l' informatique et absorber les variations de stock etc.. il en faut! Par contre les impôts et charges portent sur ce que l'on déclare! Et si tu as emprunté pour acheter ton entreprise, tu serres les fesses plus souvent qu' à ton tour! Reste bien au chaud, frileux et jaloux!
  • 08/06/2015 à 14:09
    THE BIG BOSS
    alerter
    Pourquoi tant de haine de souffrance de stress d' émotions et de peur???
    L' honoraire de dispensation pharmaceutique est la !! Grâce à lui votre officine ne coulera pas!
    Grâce à lui vous serez toujours rémunéré a votre juste valeur!
    Grâce à lui vous savez que sur chaque boite de médicament (de plus de 20€ ) vendu vous perdez de l'argent!! Mais l' honoraire compense et rassure!!

    RAPPEL ;
    Pour avoir la chance d'obtenir un honoraire de 82 centimes d'euros (Taxe inclues) le pharmacien doit respecter l'article 9 de Arrêté du 4 mai 2012 portant approbation de la convention nationale ....(etc) .....soit :

    " ARTICLE 9 :

    Le pharmacien doit, conformément aux textes réglementaires en vigueur, assurer dans son intégralité l'acte de dispensation du médicament, associant à sa délivrance :
    ― l'analyse pharmaceutique de l'ordonnance médicale si elle existe ;
    ― la préparation éventuelle des doses à administrer ;
    ― la mise à disposition des informations et les conseils nécessaires au bon usage du médicament.
    Il a un devoir particulier de conseil lorsqu'il est amené à délivrer un médicament qui ne requiert pas une prescription médicale.
    Il doit, par des conseils appropriés et dans le domaine de ses compétences, participer au soutien apporté au patient.
    Les partenaires conventionnels confirment leur volonté de poursuivre la recherche permanente de la qualité de la pratique pharmaceutique pouvant conduire à la délivrance des produits de santé. Ils soulignent les principaux éléments concourant à cette qualité :
    ― favoriser l'observance des traitements ;
    ― prévenir les incidents ou accidents iatrogènes ;
    ― participer à des actions de prévention définies par les autorités sanitaires rentrant dans le champ de compétence du pharmacien ;
    ― développer l'éducation thérapeutique du patient ;
    ― exercer en coordination avec les autres professionnels de santé sur les champs où la prise en charge optimale du patient l'impose.
    A cette fin, les parties signataires reconnaissent l'intérêt de développer d'un commun accord, et conformément à la volonté du législateur, des outils favorisant la prise en charge optimale du patient et garantissant la bonne assimilation et la bonne observance par le patient des traitements prescrits. Ces outils sont élaborés par les partenaires conventionnels conformément aux dispositions de l'article 50.
    S'agissant de la prescription de dispositifs médicaux qui répondent à des critères de délivrance souvent spécifiques, l'exigence de qualité implique que le pharmacien respecte non seulement les textes réglementaires relatifs à la formation, à la compétence et à l'exercice professionnel dans ce domaine, mais aussi les modalités de délivrance particulières définies à l'annexe I.1.
    Les parties signataires considèrent que l'analyse pharmaceutique de la prescription effectuée par le pharmacien au cours de l'acte de dispensation est un facteur essentiel contribuant à la qualité de cet acte. Elle le conduit plus particulièrement à :
    ― vérifier la validité de l'ordonnance ;
    ― contrôler, le cas échéant, la durée légale du traitement et la possibilité du renouvellement du traitement prescrit ;
    ― vérifier l'adéquation de la posologie prescrite avec celle mentionnée dans l'autorisation de mise sur le marché du médicament ;
    ― s'assurer du respect des conditions réglementaires de prescription et de délivrance des médicaments prescrits ;
    ― s'assurer de l'absence d'interactions entre les médicaments prescrits sur l'ordonnance qui lui est présentée ainsi qu'avec les médicaments qui ont pu être prescrits antérieurement et dont le pharmacien a connaissance ;
    ― apporter aux assurés sociaux les informations et les conseils nécessaires à la bonne compréhension et à l'observance des traitements, notamment au bon usage des produits de santé ;
    ― opérer un suivi de l'utilisation des produits de santé pour chaque assuré qui recourt régulièrement à ses services, notamment en veillant à ce que les quantités délivrées à l'occasion de dispensations successives soient en adéquation avec le ou les traitements prescrits ;
    ― rechercher, si nécessaire, la concertation avec les prescripteurs ainsi que les autres acteurs du champ de la santé.



    FSPS: Vous nous prenez vraiment pour des CONfrères?
  • 13/06/2015 à 08:24
    rab74
    alerter
    reparlons on en de l'honoraire "taxe incluse"! depuis quand un honoraire, dans sa definition légale, est-il assujetti à TVA? depuis que nos syndicats ont signé... M ême sur ça l'état en récupère. Et ça, l'Huma ne l'a pas vu. Mais bon, d'un honoraire à la boite, et non pas à la qualité de l'acte, que pouvait-on attendre? Quant aux nouvelles missions, vu que notre dernière variable d'ajustement hélàs est le temps de personnel...moins d'heures disponibles donc, logiquement, moins de possibilités d'exécuter correctement ces tâches. Je l'ai déjà dit, le travail pour zero revenu est le fait des esclaves ou des bénévoles (qui seraient bien en peine de financer les frais de fonctionnement d'une officine :investissement matériel, formations, stocks). peut-être devrait-on revenir à un modèle étatisé et établir les officines dans l'enceinte des caisses de sécu (économie d'échelle, de moyens, que sais-je), nous nous poserions moins de questions:embauche 8h, débauche 18h, accueuil du public le matin seulement, gardes de nuit et de férié à débattre, valeur des stocks négociée directement par le ministère...Faut voir! en tous cas, c'est sûr, ça spéculerait moins et les banques ne nous e... comme elles le font en ce moment.
  • 26/08/2015 à 19:19
    NT
    alerter
    FAUT SAVOIR? LE CICE C'EST POUR RELANCER LA COMPETITIVITE ET L'EMPLOI OU C'EST POUR COMPENSER LA PERTE DE MARGE DU PHARMACIEN????
    ON AVALE DES TRUCS JE TE JURE....
    LES AUTRES SECTEURS CA VA LEUR DONNER UNE BULLE D'AIR POUR "THEORIQUEMENT EMBAUCHER" MAIS NOUS C'EST DANS LE FILET GARNI....ET PERSONNE NE DIT RIEN...

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...