09/03/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Selon l'analyse des données de Pôle Emploi à fin 2014, l'effectif de pharmaciens au chômage a progressé de 400 en un an, tous secteurs d'activité confondus, rapportait Isabelle Adenot, présidente de l'Ordre des pharmaciens, dimanche 8 mars sur son compte Twitter. 

En rapportant les données de Pôle Emploi aux statistiques ordinales, 7,07 % des pharmaciens seraient ainsi sans emploi. Un « très triste chiffre », pour la présidente de l'Ordre. 

D'après Isabelle Adenot, les pharmaciens les plus touchés se trouvent en Pays-de-Loire (9,47 %), tandis que ceux exerçant en Bourgogne sont les moins concernés par le phénomène, avec 4,60 % de pharmaciens sans emploi.






Matthieu Vandendriessche

Les dernières réactions

  • 09/03/2015 à 19:56
    pharmacien
    alerter
    Il serait temps d'arrêter les Selas à 5% (soit disant bientôt interdites mais tous les investisseurs vont tout faire pour gagner du temps histoire de faire davantage grimper le chômage) qui enrichissent les investisseurs exploitent les jeunes pharmaciens et mettent les autres au chômage!!!!!!!!!
    Qu'on baisse le prix des officines, qu'on éloigne la menace des supermarchés sur l'OTC et les investisseurs!!!!!
  • 09/03/2015 à 20:12
    bleuette
    alerter
    7% des pharmaciens inscrits à l'ordre sont sans emploi sont ceux qui viennent de perdre leur boulot ! mais combien de pharmaciens sans emploi et non inscrits à l'ordre ?
    parce que pour être inscrit à l'ordre , il faut avoir un emploi !
  • 09/03/2015 à 20:15
    bleuette
    alerter
    7% des pharmaciens inscrits à l'ordre et sans emploi ne représentent que les pharmaciens qui viennent de perdre leur boulot ! parce que pour être inscrit à l'ordre , il faut avoir un emploi !
    alors question :
    combien de pharmaciens sans emploi et non inscrits à l'ordre ?
  • 09/03/2015 à 20:22
    ph
    alerter
    les pharmaciens inscrits à l'ordre et sans emploi bénéficient-ils d'une cotisation ordinale réduite???
  • 09/03/2015 à 20:56
    gilles
    alerter
    Merci Bleuette pour cette précision qui...ne doit pas être évidente pour notre ordre.
    Les chiffres, comme vous l expliquez par rapport à l inscription à l'ordre, sont en fait BEAUCOUP plus important !
    Et cela ne va pas s arranger avec le souhait de nos représentants, de favoriser le regroupement d officine : ce sera des places de titulaires perdu (au sens d adjoints qui auraient pu devenir titulaires) et aussi d adjoints !!
  • 09/03/2015 à 20:58
    ciclette
    alerter
    Plus le taux de chômage est élevé et plus les titulaires sont contents : les salaires restent bas et ceux qui ont un un boulot ont tellement peur de le perdre qu'ils acceptent n'importe quoi ....
    Corum trop élevés : à qui cela profite t-il ?
    Moi j'ai changé de profession ...
  • 09/03/2015 à 21:04
    bleuette
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 09/03/2015 à 21:07
    bleuette
    alerter
    les pharmaciens inscrits à l'ordre et sans emploi bénéficient-ils d'une cotisation ordinale réduite???
    ce n'est pas encore prévu dans les statuts !
  • 09/03/2015 à 21:21
    ulyss
    alerter
    au chômage pour mutation de conjoint, je suis restée multi-employeur en section d (il suffit de faire la demande et pour faire des remplacements on vous demande le certificat d'insription à l'ordre) , ma cotisation était payée pour l'année, et j'ai retrouvé un temps plein, depuis, ma nouvelle titulaire veut me payer (rembourser) ma prochaine cotisation, cela fait 20 ans que je travaille et c'est la première fois que mon titulaire me propose cela! ceci dit j'ai eu de la chance de retrouver si vite.
  • 09/03/2015 à 21:24
    pharmacien chomeur
    alerter
    pharmacien au chomage =impossibilité de validér son DPC (pas de financement possible ...)donc pas de possibilité de retrouver rapidement un emploi .L'ordre a très peu de considération pour les adjoints ,ce qui finira très rapidement par faire fuir ceux ci dans la grande distribution .Il y a longtemps qu'on en parle ...ça finira par arriver plus vite qu'on ne pense .Plus d'avenir dans cette profession !
  • 09/03/2015 à 21:26
    totodu09
    alerter
    C'est la partie émergée de l'iceberg...
  • 09/03/2015 à 21:30
    bleuette
    alerter
    pharmacien au chomage =impossibilité de validér son DPC (pas de financement possible ...)donc pas de possibilité de retrouver rapidement un emploi
    je ne crois pas qu'un pharmacien qui recherche un collaborateur se pose la question si le candidat a son DPC validé !! il s'en fout ! ce qui compte c'est la personne qu'il a devant lui !
  • 09/03/2015 à 21:37
    sg
    alerter
    D'accord avec pharmacien chomeur et avec bleuette, je suis au chomage et inscrite entant que pharmacien multiemployeur, je fais des remplacements en attendant de trouver mieux, mais je dois payer seule , sur mon maigre salaire, ma cotisation ordinale et dernièrement mon DPC (en e-learning c'est le moins cher), pour rester dans la course. Pas de réduction pour chômeur malheureusement.
  • 09/03/2015 à 23:01
    Nico
    alerter
    Effectivement, pharmacien sans emploi signifie: pas d'aménagement financier de la cotisation, pas d'aide au DPC, un cv de moins en moins désirable aux yeux des titulaires... Donc une situation malheureusement très précaire. Au final, pharmacie est devenu peut-être un des pires choix d'études médicales/paramédicales; il n'y a qu'à comparer les salaires d'adjoints officinaux avec ceux des salariés paramédicaux d'établissements de santé. De plus en plus de pharmaciens se reconvertissent vers d'autres métiers; quand est-ce que le conseil de l'ordre va se réveiller et réellement aider la profession?
  • 09/03/2015 à 23:37
    saccarine
    alerter
    Soit le conseil de l'ordre ne comprend pas ce qui est évident pour tout le monde, ce qui veut dire que nos représentants à l'ordre n'y mérite pas leur place, car ils auraient atteint leur propre niveau d'incompétence.

    Soit le conseil de l'ordre est dirigé par des gens intelligents, politiques, qu'ils savent ce qu'ils font , c'est à dire protéger leur situation, en nous proclamant que tout va bien, ça va juste moins bien qu'avant
    j'opte personnellement pour la seconde option:Le conseil de l'ordre s'en FOUT, tant qu'il touche la cotisation obligatoire...payer 230 € pour avoir le droit de travailler, alors que l'on subit le chomage...sans réduction de cotisation, ne serait-ce pas payer plus, pour travailler moins????
    sur le long terme, l'ordre signe son arrêt de mort car il perd tout crédibilité...pourquoi serions-nous les seuls à vivre ou subir la mutation de la pharmacie??? la modernisation de notre profession, si tant est qu'on puisse utilisé ce terme (modernisation n'étant pas toujours synonyme de progrès), le conseil de l'ordre va se muter en un conseil d'éthique, payer par les regroupements de pharmacie....son coup de fonctionnement va fortement diminué, et leur bureau dans les magnifiques locaux du centre de Paris seront déménagés en proche banlieue...
    Collègues pharmaciens, ils sont morts car ils dépendent de nous...on mourra peut être avant , mais nous , au moins on aura essayer de faire quelque chose.
  • 09/03/2015 à 23:39
    saccarine
    alerter
    désolée pour les fautes, je n'ai pas relu en postant...

    humbles excuses
  • 10/03/2015 à 06:39
    wutang
    alerter
    Il ne faut pas oublier le nombre croissant de contrat a temps partiel dans les offres d emploi. Ca devient compliqué.
  • 10/03/2015 à 07:15
    Gérald.
    alerter
    Pour la prise en charge du DPC , Actalians (opca des salariés ) prend en charge les formations sans avance de frais pour les pharmaciens multi-employeurs inscrits aux chômage . Ils ont une liste des organismes avec lesquels cela est réalisable .
    Il faut les contacter .
  • 10/03/2015 à 08:03
    pharmacien précaire
    alerter
    quand on est pharmacien au chômage on est seul : cotisation de l'ordre plein pot et sans délai de paiement, refus d'inscription, complications d'inscriptions pour être multi-employeur (surtout si on est limitrophe de plusieurs départements) et aucune aide de pole-emploi.
    pole-emploi ne sait d'ailleurs pas qui nous sommes : mais vous faites quoi? On est suivis par 2 à 3 structures (antenne locale et antenne des cadres) et des offres d'emploi qui n'ont rien à voir avec notre boulot
    Aucune aide de l'ordre pour chercher un boulot, personne pour orienter
    LA solution c'est la débrouille et beaucoup de patience ca certains titulaires sont très indélicats dans leur réponses (femme en âge d'avoir des enfants..)
    Pour ma part 9 mois de galères
  • 10/03/2015 à 08:15
    pharmacien chomeur
    alerter
    Je suis d'accord avec saccarine :le conseil de l'ordre ne représente que les titulaires .Il commence a se réveiller en ''ecoutant les adjoints'' ,mais il est certainement deja trop tard !il y a de plus en plus de reconversion dans la profession .Ce n'est qu'un début .
  • 10/03/2015 à 08:24
    hertz
    alerter
    On est mort. Stats bidons puisque les chômeurs ne sont pas abrutis pour courir s'inscrire à l'ordre se faire racketter de 260€.... La pharmacie est morte . Y a au moins 20% de chômage ...
  • 10/03/2015 à 08:26
    tuto
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 10/03/2015 à 08:40
    Lucien
    alerter
    Je serai étonné que les pharmaciens sans emploi se tournent massivement vers Leclerc ! Quand ils verront le revenu que la grande distribution leur proposera, ils reviendront vite vers l'Officine !
  • 10/03/2015 à 09:11
    homeopotard
    alerter
    @Lucien : Erreur, mieux vaut payé par Leclerc que par Pole Emploi, on peut survivre chez Leclerc.
  • 10/03/2015 à 09:17
    Marie
    alerter
    Virée sans faute ...Titulaire abjecte ne faisant pas de contrat bien que l'Ordre lui réclame ...Heures démentielles ...Prud'homme dans ces cas là ...Ne pas hésiter ...L'officine avait un gros chiffre ...Elle a perdu cette grande tricheuse et profiteuse ...
  • 10/03/2015 à 09:25
    humif
    alerter
    DIFFICILE à analyser ..il y a tant de situations differentes

    les confreres en grande difficulté ne sont pas toujours les plus jeunes !! et il est plus difficile de s'integrer si on a moins travaillé , on entre ainsi dans un cercle compliqué.Et le ressentiment exprimé ne peut y aider.

    toutefois bien des postes restent assez longtemps vacants quand ils ne sont pas dans des villes attractives .
    le cv anonyme est beaucoup plus bloquant qu'il n'y parait..et les demandes sont souvent très très ciblés geographiquement.

    enfin, au risque de fâcher n'oublions pas les très minoritaires professionnels qui utilisent pôle emploi dans leur choix de carrière...la pharmacie grace à son systeme de "remplacement " permet d'alterner des periodes de plein emploi +++++ avec des periodes d'indemnisation interessantes...
  • 10/03/2015 à 09:34
    pharmamarre
    alerter
    Oui ce chiffre est malheureusement bien en dessous de la réalité.
    Il faut que l'ordre ouvre les yeux sur cette situation catastrophique qui laisse peu de perspectives pour de jeunes pharmaciens fraîchement diplômés ou de moins jeunes dans la galère et la précarité.
    Si j'avais su, j'aurais profité de mes belles années au lieu de passer six ans à potasser des cours pour RIEN!
  • 10/03/2015 à 09:51
    Sexion D'assaut
    alerter
    J'aurais préféré entendre de la part mme adenot autre chose qu'un " triste chiffre" . Aucune proposition pour relancer l'emploi. Comme d'hab ça commente et il ne se passe rien. Et maintenant on fait quoi. On diminue le numerus clausus, on baisse la tranche de CA pour l'emploi d'un adjoint, on traque les mi temps qui ne devrait pas l'être, on libéralise... Il y a du choix. Mais c'est vrai que l'ordre ne regarde que du point de vue des titulaires. L'immobilisme va perdurer. Il faut le savoir.
  • 10/03/2015 à 10:28
    pharmacien chomeur
    alerter
    OUI il faut une seule section de pharmaciens officine :plus de section A et D puisqu'on a le même diplome et les mêmes compétences !c'est la seule chance de survie d'une profession
    qui n'attirera bientot plus personne mais il faudra encore de nombreuses années avant que nos représentants à l'ordre ,comprennent ça et commencent à s'activer au lieu de se contenter de parler pour dire toujours la même chose ...
  • 10/03/2015 à 10:41
    ph
    alerter
    Ciclette: "j'ai changé de profession",
    j'aimerais lire ton expérience, on est de plus en plus nombreux à se poser la question. Intéressant de connaître le nombre de pharmaciens qui chaque année changent de profession malgré des études longues et ardues. Peut-être un article dans le moniteur sur ces pharmaciens floués?
    Peut-on encore conseiller aux amis, à nos enfants de faire de telles études?
  • 10/03/2015 à 10:41
    DD
    alerter
    Moralité, ouvrons le capital à nos adjoints et le personnel, je vais moins prélever, on sauve la profession de tous ces requins qui abusent nos jeunes confrères incrédules qui se font bais.....dsl
  • 10/03/2015 à 12:25
    pharma50
    alerter
    j'entends bien les plaintes des jeunes pharmaciens et j'essaye de les comprendre.
    cependant, ce dont je puis témoigner, c'est que la mobilité des jeunes pharmaciens est quasi-nulle en dehors d'un rayon de 40 km autour des villes universitaires. c'est malheureusement ce que je constate ici en normandie.
  • 10/03/2015 à 13:17
    Miranda
    alerter
    Au vu du nombre de réactions , le malaise des adjoints est criant . Il était grand temps que notre Ordre reconnaisse les faits , bien que le chiffre de 7% ne doit représenter que la partie immergée de l’iceberg , car nombre d'inscrits au chômage ne sont plus comptabilisés (ex:CDD longue durée):
    pour 1 offre d'emploi on estime à minima 10 candidats.
    D'où effectivement une manne pour les employeurs , avec conditions de recrutement à la baisse : coefs minorés ,
    non considération de l’expérience ou formations acquises, horaires dégroupés , surtout en soirée ou samedis et dimanches , offres à temps partiel illégales puisque ne respectant pas la durée minimale de 16h hebdo ( il suffit de regarder les offres d'emploi de cette publication ...) .
    Je confirme qu'un pharmacien chômeur n'accède pas au financement DPC , mais c'est prévu sur la déclaration annuelle à l'Ordre... à chacun le droit de se former selon ses moyens ! Je parle en grande connaissance du sujet , puisque "intermittente" depuis 5 ans (c’est le nouveau statut officiel des chômeurs en activité réduite de fait) , suite à une rupture conventionnelle imposée . Dans une autre rubrique , j'ai fait un appel que je réitère ici : ADJOINTS SYNDIQUEZ VOUS ! (je le suis depuis bien des années) . Lamentable est le taux de syndiqués dans notre activité , maintenant tout le monde pleurniche , faute d'avoir été soutenus par manque de représentativité !! Réveillez vous , renseignez vous , adhérez au syndicat de votre choix, agissez enfin : soyons solidaires et bougeons ensemble avant de subir pire encore...
  • 10/03/2015 à 14:00
    oscillo
    alerter
    Après 15 ans passés en officine et un licenciement soit disant économique avec l'impression d'être un kleenex . A 40 ans passé , je me suis retrouvé CV en main à faire le tour des officines : on ne peut vous reprendre qu'à un coeff de débutant , vous savez les temps sont durs ....
    Dégoûtée , j'ai réfléchi , encore plus de 20 ans à travailler , est ce que j'ai envie de continuer dans ces conditions , pour un boulot qui n'a plus rien a voir avec ce qui me plaisait dans le métier . Bilan , retour sur les bancs d'une fac , concours et je suis prof des écoles depuis 3 ans . Je m'épanouis dans un métier qui n'est pas de tout repos , je bosse beaucoup mais je n'ai pas l'impression de bosser juste pour enrichir mon patron .
  • 10/03/2015 à 14:32
    Nico
    alerter
    A oscillo: félicitations! Ca demande bcp de courage de faire le pas et devoir affronter le regard d'une société peu habituée à voir des individus "mature" sur les bancs des facs. Pour moi, c'est un métier para-médical (3 ans d'école) qui m'attend avec une satisfaction pro (qd patients vont mieux) et un contact physique avec le patient qui n'existent pas en officine... Et un salaire équivalent à un coeff 400 en début de carrière, avec une vraie équipe dans une ambiance sans stress!
  • 10/03/2015 à 14:33
    Marie
    alerter
    Je partage votre déception oscillo ...Moi 33 ans passés à enrichir une patronne qui se fichait de moi ...J'ai perdu mon temps et ma vie privée tellement j'étais épuisée par des horaires démentielles ...Cela ne vaut pas le coup ...
  • 10/03/2015 à 14:34
    pharmacien chomeur
    alerter
    oui oscillo ,il faut être mobile avoir de l'experience etc ...et chaque fois qu'on change d'officine on repart à zéro !cherchez
    l'erreur ?Bravo pour ta reconversion moi j'ai eu moins de chance ...à 57 ans ...je suis venue grossir le tas de chomeurs dont la profession ne sait quoi faire !
  • 10/03/2015 à 14:37
    neige
    alerter
    Bravo oscillo, vous avez eu du courage, je vous souhaite de vous épanouir auprès d'enfants. Les deux métiers que vous aurez exercé ont bien des points communs, donner du savoir, éduquer, apaiser demande beaucoup de générosité. Il est vrai que certains "patrons" ne savent plus ce qu'est la générosité ni même le respect d'autrui. Ils sont incapables de reconnaitre la valeur de leur équipe et surtout pas prêts à partager. Vous avez certainement fait le bon choix, passé 45 ans on devient un boulet cher payé aux yeux de certains...
  • 10/03/2015 à 17:01
    op08
    alerter
    Bientôt ne restera de la rubrique offres d'emploi du MdP que le titre! Même pas 1/2 page dernièrement, y compris les offres préparateur contre plusieurs pages il y a quelques années...
  • 10/03/2015 à 17:38
    MP
    alerter
    A lire tous ces commentaires désastreux....je me sens privilégiée...j'ai retrouvé à 57 ans un poste coefficient 500 (j'étais depuis 6ans à 600 grâce à ma mobilité, mes auto formations, mon dynamisme ..) 30 heures hebdo (au lieu de 35H (voire plus en remplacement ...)
    Conclusions actuelles; je perds donc tous les mois plus de 700 euros...mais quelle chance diraient certains !!!Je bosse !!!pour moins de salaire, effectue des heures démentielles (début 8H30 fin 20H 3 jours par semaine) vois passer 1500 clients/ jour OUI oui Je suis pharmacien en grande surface pas chez Leclerc, un titulaire indépendant !! et suis seulement considérée comme une charge (je coûte, je coûte) Mais une chose me rassure: je souffre de partout hanches jambes pieds (marche rapide forcée 8 km/ jour sans chaise sans pause autre que celle du repas... repos non prévu dans le contrat Ouf Ouf suis vivante.. Ouf je ne suis pas un robot !!!Quelle réalité minable pour un si beau métier !!Allez encore 3 ans et ce sera le repos bien mérité ...Chance ? je vous l'ai dit
  • 10/03/2015 à 18:46
    JF
    alerter
    Je suis titulaire depuis 30 ans et je gagne actuellement beaucoup moins qu'un assistant coef 500 alors que je n'ai plus d'emprunt ,en travaillant 6 jours sur 7 , plus garde de jours et de nuit ...Mon chiffre d'affaire baisse tous les ans ..Ceci pour vous dire que les assistants ne sont pas seuls dans les galères.. Les petites pharmacies sont vouées à disparaitre et leurs titulaires vont venir gonfler les statistiques de l'Ordre qui s'en fout royalement....Amitiés..
  • 10/03/2015 à 22:09
    ciclette
    alerter
    Mon expérience se rapproche "étrangement " de celle d'oscillo ... Après avoir subi plusieurs titulaires (je vous passe les détails croquignolesques), j'ai atteint l'âge auquel on ne croit plus que la situation va s'arranger mais où l'on a encore de l'énergie pour construire un autre projet. Je suis aussi retournée sur les bancs de la fac et dans le rôle de candidate au concours de prof des écoles : cela m'avait toujours plu ! Je suis contente de cette nouvelle "peau".
    Il n'empêche qu'il y a un deuil difficile à faire : celui d'une profession qui me plaisait, de nombreuses années d'études et de revenus potentiellement supérieurs. Je ne reviendrais cependant pas en arrière : j'ai ma liberté pédagogique, je choisis mes projets de travail, je ne perçois pas mes revenus de Pôle emploi et je n'ai pas à accepter de situations ubuesques pour garder mon boulot.... Bref je suis LIBRE.
    J'aimerais répondre à JF : je suis d'accord j'ai essayé d'acheter, j'ai vite abandonné l'idée, cependant cela fait nombre d'années que j'observe des titulaires et la situation économique n'a pas toujours été à l'origine de comportements inqualifiables.
    Pour le Conseil de l'Ordre, qui se lamente à la vue de la pyramide des âges de la profession, je dirai qu'il récolte ce qu'il sème : la fuite des plus dynamiques (les jeunes diplômés) contre des corums trop élevés qu'ils ont cru ingénieux pour mieux contraindre les salariés. Lors d'une conférence, j'ai entendu le président des adjoints critiquer des confrères se dirigeant vers la grande distribution : de quel droit ? Est-ce-qu'il procure une aide quelconque pour l'éviter ? Il se contente de rappeler que la totalité de la cotisation est due !!! La formation continue est impossible pour les chômeurs : ce qui équivaut à "restez dans votre marasme cela ne m'intéresse pas".Il y a également le problème de la mutuelle, eh oui, au chômage on n'en a pas besoin, c'est bien connu ! Autant de problèmes sur lesquels le conseil de l'ordre n'agit pas ...
    Pour conclure, je dirai que la fuite n'a jamais été ma stratégie de prédilection : j'ai exercé de nombreux métiers de la pharmacie (j'avais une spécialisation en industrie au départ), j'ai passé 2 DU en 2011. J'ai tout tenté, mais j'ai besoin d'une liberté professionnelle qui n'est qu'un leurre dans la pharmacie.
    Si vous avez des questions, n'hésitez pas !
    Bon courage à tous, il faut construire un projet et s'accrocher, ne jamais baisser les bras, jamais !
  • 11/03/2015 à 08:27
    Nico
    alerter
    Merci Ciclette pour ton témoignage qui me fait chaud au coeur. C'est qd même sympa de voir d'autres pharmaciens passionnés par leur reconversion. Le danger maintenant est que si suffisamment de diplômés quittent la profession mal rémunérée et stressante, les pouvoirs donnent l'autorisation à des diplômes non UE et ne parlant pas/peu français d'exercer ou créent des spécialisations pour que les préparateurs puissent être responsables de l'officine comme cela existe déjà dans certains pays...
  • 11/03/2015 à 08:33
    Nico
    alerter
    Alternative à la reconversion pro: la mobilité... Certains pays européens rémunèrent bcp mieux leurs pharmaciens (merci les chaînes tant décriées par les français), sans parler de grands pays sur d'autres continents.
  • 11/03/2015 à 09:24
    ppp
    alerter
    à force d'annoncer la disparition d'un tiers des officines, nous sommes en présence, de titulaires désespérés, et d'adjoints paralysés, incapables de sauter le pas de l'installation. La France est un grand pays technocratique, que personne ne nous envie.
  • 11/03/2015 à 13:48
    ciclette
    alerter
    Pour sauter le pas de l'installation encore faudrait -il avoir eu une formation minimum : une agence a tenté de me rouler dans la farine. J'ai été sidérée : elle m'a emmenée en entretien avec un banquier, ils ont commencé à discuter à discuter de MON projet et du prix comme si je n'étais pas là.
    Si il y avait un minimum de formation prévu on ne nous prendrait pas pour des c...
    Effectivement lorsqu'on ne maîtrise pas les données, comment risquer autant d'argent ?
    Encore un outil que le conseil de l'ordre et l'université devraient utiliser pour AGIR.
  • 11/03/2015 à 14:19
    ph
    alerter
    Quand on lit sur ce forum que les titulaires qui n'ont plus d'emprunt à rembourser n'arrivent pas à se servir une rémunération correcte et qu'ils ne peuvent plus compter sur la vente de leur fonds pour leur retraite, comment voulez-vous qu'un jeune pharmacien soit tenté de mettre ses économies dans un tel projet?
    70 heures par semaine, des gardes de nuit, la mort annoncée d'un tiers des pharmacies, une marge fluctuant avec les lois successives et la banque qui vous attend au tournant... il faut être très résistant au stress et croire en sa chance!
  • 11/03/2015 à 15:04
    bleuette
    alerter
    oui merci pour tous ces témoignages sincères qui montrent une réalité pas toute rose , j'espère que le moniteur les signalera à l'Ordre !
    il y a aussi la reconversion dans le secteur hospitalier qui peut
    être intéressante , mais à partir de 2016 il faudra 2 ans d'ancienneté minimum pour exercer en clinique ou en hôpital
    ,normal aussi pour les pharmaciens qui ont fait un DES et qui se retrouvaient en concurrence parfois avec des pharmaciens de la filière officine
  • 11/03/2015 à 15:13
    Mamina
    alerter
    Pharmacien adjoint depuis 7 ans dans la même officine je me suis vu proposer un cumul emploi retraite ....que j'ai accepté et j'ai finalement été éjecté de l'officine comme un vieux kleenex....très dur de terminer sa carrière de cette façon ......déçue et désabusée .
  • 11/03/2015 à 15:53
    ciclette
    alerter
    Oui, j'ai tenté une reconversion vers l'hôpital avec 2 DU adaptés ... ça n'a pas suffi, il faut connaître du monde ...
    De plus, dans les petites structures ils ne proposent que des temps partiels : pour moi cela aurait consisté à faire 2h20 de voiture par jour pour travailler 3 heures par jour car on ne pouvait pas laisser la pharmacie fermée 1 jour sur 2.
  • 11/03/2015 à 16:15
    Kannah
    alerter
    En lisant les commentaires, je suis dubitatif. Je suis moi même un jeune pharmacien (2 ans que je suis diplômé, 6 mois que je suis docteur), et ce que je lis me fait à la fois peur (me serais-je lancer dans un métier qui me plait mais qui va plus exister ?) et à la fois je me sens chanceux. En effet, ça va fait plus d'un an que je suis adjoint en CDI. Et même si j'ai pas la rémunération que certains annoncent ici, j'suis satisfait de ce que je touche car j'ai un boulot, un patron qui est sympa (il paye ma cotisation ordinale, mon abonnement moniteur ...) et une super équipe.

    Et dans ce sens, je comprend pas beaucoup de mes confrère de mon âge (24-26 ans) qui refusent des boulots car trop faible coef ou trop loin (moins de 30 km ....). Ils se plaignent mais ne bougent pas alors qu'avant d'avoir ce CDI, j'ai fait une dizaine de remplace à 50Km + ... Donc bon, y'a beaucoup de jeune pharmacien qui n'ont pas la volonté de trouver un boulot ... Mais je sais que pour beaucoup, ce n'est pas la motivation qui manque ... Courage à ceux là !
  • 11/03/2015 à 16:35
    briard
    alerter
    il faut transmettre à l 'ordre la détresse des adjoints; le cumul emploi retraite qui ne devrait pas exister dans une profession soi disant protégée ; le drame des phiens endettés jusqu'a leur mort sure, les pharmaciens invendables qui ferment alors que le bar à coté est repris par un kebab: quel interet pour la population? on a une politique de MST qui brade la santé et qui se fout du monde ; j ai plus de 60 mais jeunes pharmaciens réagissez ne vous laisser pas rouler ds la farine
  • 12/03/2015 à 16:56
    choupchoup
    alerter
    Pourquoi l'ordre est-il présidé par une titulaire et pas par un adjoint. Adjoints qui représentent le plus gros des "troupes"?
    Il faut par ailleurs se battre pour baisser le Numerus Clausus à l'entrée en Fac.
  • 12/03/2015 à 17:21
    pharmacien chomeur
    alerter
    Pourquoi ?là est tout le problème de la profession :aucune reconnaissance pour les adjoints .On existe PAS pour l'ordre !
    Un seul et même diplome ,mais un adjoint n'existe pas a titre personnel pour l'ordre,il n'existe que par le lien de subordination qui le lie à son employeur !
    Raison pour laquelle au chomage :pas de possibilité de valider son DPC !!!!!!!!!!!!
  • 12/03/2015 à 17:54
    ciclette
    alerter
    désolée j'ai utilisé le terme de "corums" à la place de "numerus clausus" dans mes posts précédents.
    Il y a une section D au conseil de l'ordre avec un président pour les adjoints ...
  • 12/03/2015 à 18:31
    Aconitum
    alerter
    Vous parlez de reconversion mais avec notre doctorat, vers quoi pouvons nous nous orienter ?
    Merci de m'éclairer
  • 12/03/2015 à 18:52
    Nico
    alerter
    A Aconitum: doctorat ne voulait malheureusement pas dire grand chose ds mon cas. Il m'a fallu prouver que j'avais un BAC + 3 pour entrer en école para-médicale sans devoir passer les concours. Mais après, c'est trois ans d'études comme tout le monde avec, certes, des dispenses ds certaines matières. Pour une reconversion ds le médical/para-médical, il faudra reprendre des études car le doctorat de pharmacie est trop spécialisé pour mener vers d'autres professions.
  • 12/03/2015 à 20:12
    ciclette
    alerter
    A Aconitum : avec notre doctorat
    -nous avions (de mon temps !!) des équivalences avec un certain nombre d'années d'autres filières comme par exemple une équivalence avec la 4è année de médecine (à confirmer au Centre d'Informations et d'Orientation), et probablement d'autres possibilités.
    -j'ai pu passer le concours de prof des écoles par dérogation (il faut un master de n'importe quelle filière).

  • 13/03/2015 à 09:11
    ph trop vieille!
    alerter
    Pharmacienne de 50 ans ....trop vieille pour être embauchée (je me suis entendue dans une pharmacie du réseau Lafayette que ce n'était pas une pharmacie pour les "mémés")...pas assez riche pour intéresser les négociateurs afin de trouver un outil de travail....aucun soutien du conseil de l'ordre question financement de la cotisation ordinale et financement DPC....mais tout va bien dans le meilleur des mondes!!!!!
  • 13/03/2015 à 10:25
    ppp
    alerter
    au vu des commentaires, tous les signes d'une profession en déliquescence.
    D'un coté des milliers d'entreprises a vendre pas chères, avec des taux d'intérêts pas chers.
    de l'autre des jeunes qui renoncent.
    La chanson des enfoirés semble justifiée.
  • 13/03/2015 à 11:10
    Kannah
    alerter
    Faut quand même pas charrier ppp ... Comment veux tu accéder à ces entreprises pas chères à partir du moment où t'as zéro apport ? Les banques prêtent plus facilement et au vu de la situation actuellement, j'préfère investir dans un logement plutôt que dans quelque chose d'aussi risqué.

    Et par rapport aux enfoirés, les "vieux" paraissent bien jeunes.
  • 13/03/2015 à 11:30
    Nico
    alerter
    A ppp: félicitations à toi qui, peut-être, te bats tous les jours pour garder ton commerce vivant et/ou le faire fructifier.
    Mais il faut qd même ouvrir les yeux! J'ai de jeunes et moins jeunes titulaires parmi ma famille et mes amis qui n'ont cesse de répéter qu'ils n'auraient jamais investi ds des pharmacies s'ils avaient su, même pour ceux qui ont acheté des outils pas chers, qu'ils seraient menacés de mettre la clé sous la porte qq. années plus tard... Tout ça après avoir perdu une bonne partie de leur jeunesse pour certain. Car quelle autre profession médicale/para-médicale en france peut se targuer de perdre de l'argent, et même ses biens propres pour certains, en travaillant 70 heures par semaine? Il est clairement préférable de reprendre des études!
  • 13/03/2015 à 11:46
    franck
    alerter
    Pas cher, pas cher. il faut le dire vite. Pour ma part c'est refus de banque et retour a la case pole emploi.
  • 13/03/2015 à 12:07
    Miranda
    alerter
    "adieu veau, vache, cochon, couvée ...
    ...Quel esprit ne bat la campagne ?
    Qui ne fait châteaux en Espagne ? ...
    ...Autant les sages que les fous ? ...
    ...Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même ;
    Je suis gros Jean comme devant." !!!!!

    Hip hip hip hourra : ici la rubrique du troupeau d'adjoints jetés chez Pôle Emploi . Déception quand tu nous tiens ,tu as au moins le mérite d'éveiller l 'esprit de la révolte , si ce n'est celui du dégoût . Tant d'efforts pour ce résultat , merci les études de Pharma !
  • 13/03/2015 à 20:13
    marie
    alerter
    d'accord avec tout le monde! réalisez vous que la seule solution est de vous fédérer et d'alerter le ministère; je l'ai fait à titre personnel sur les cotisations à l'Ordre:réponse: aucune autre protestation connue!manifestez vous en masse,exposez avec force la situation des adjoints en espérant qu'on vous entende et que le rapport Ferrand(d'une rare indigence ou émanant directement du CNO) ne soit pas seul pris en compte.vous avez mis beaucoup de temps avant de réaliser l'étendue des dégâts!
  • 13/03/2015 à 20:47
    jaki
    alerter
    alors que faire
    etre titulaire investir travailler h24 crouler sous les charges les impots au nom dun outil de travail et risquer de tout perdre
    ou etre lassistant ladjoint meprise le souffre douleur du titulaire mal lune de la jeunette stresse qui vient de sinstaller en sel le larbin des bp si te le dernier arrive
    que faire....
    le metier a change les marges rognees et a part qq petits malicieux personne ny trouve plus vraiment son compte
    quand aux banques les taux dinterets sont certes tres bas mais leur risque est quasi nul quand elles financent un dossier
  • 13/03/2015 à 22:12
    ciclette
    alerter
    Miranda et Marie ont raison : syndiquez-vous !
    Vous pourriez aussi envoyer une pétition au Conseil de l'ordre : ils ne pourraient plus dire qu'ils n'ont pas de plaintes ...
  • 14/03/2015 à 14:27
    Miranda
    alerter
    Suite au témoignage de Marie :
    au delà de mes blablas dans cette rubrique , j'ai écrit également à notre CNOP et à notre président de la section D pour souligner notre appel à visibilité , aussi bien sur notre précarité , que sur la cotisation plein-pot et les problèmes d'accès au financement des formations/DPC .
    Il est grand temps que nous soyons enfin entendus et que les "galériens de CDD en CDD" ou les "temps partiels imposés" soient considérés comme membres à 100% de notre profession .
    Alors , comme Marie , je fais un appel pour que , comme nous , chacun(e) se manifeste directement et individuellement à nos instances suprêmes.
    Par avance ,merci à tous..
  • 14/03/2015 à 16:49
    pharma50
    alerter
    Si je peux me permettre, je ne pense pas que en s'adressant à ceux qui sont responsables de la situation actuelle ( Ordre et Ministère en tête ) vous aurez des résultats. Je pencherai plutôt pour Twitter, Facebook, le Monde et Médiapart.
    bien à vous
  • 15/03/2015 à 10:03
    Nico
    alerter
    D'accord avec toi Pharma50; le public doit être sensibilisé aux conditions de l'emploi des docteurs en pharmacie! Tout comme on ns rabache les oreilles à chaque journal de 20 heures à propos de CAP/BEP qui perdent leurs emplois... Il faudra que les diplômés français soient autant victimisés et plaints que les peu/pas diplômés.
  • 15/03/2015 à 10:56
    ciclette
    alerter
    Il y quelques années je suis allée voir la députée de ma région : on m'a répondu que la question du numerus clausus ne serait posée au gouvernement que si la question faisait le buzz !

    Je pense aussi que le CNOP connaît le problème mais ne souhaite pas réagir. Je persiste à penser que la situation les arrange : diplômés prisonniers du système, aux abois et donc compliants pour subir leur bon vouloir.
  • 15/03/2015 à 11:22
    wutang
    alerter
    Il faut pas non plus oublier la précarité engendrée sur nos collaborateurs préparateurs qui commence a 1080 euros. C ce prix de vente qui pose problème.
  • 15/03/2015 à 20:09
    jaki
    alerter
    pour repondre a wutang
    ou as tu trouve des bp a 1080 euros perso moi jai toujours vu 1500 au plus bas et plutot 1800 1900
    beaucoup sont meritantset femmes et hommes a tout faire hyperpolyvalents
    par contre ils souffrent beaucoup moins du probleme de lembauche que nos confreres pharmaciens
    precarises suite a un licenciement et ou a une vente un peu forcee de leur officine surtout si ils ne sont pas arrives a lage de la retraite tres souvent les ventes laissent peu de capital une fois limpot plus value et limpot revenu paye
  • 16/03/2015 à 14:24
    Marie
    alerter
    Tout vient du prix d'achat des officines ...trop cher ...et répercussion sur le salaire prépa. ou pharma..L'avenir devant ces situations désespérées ...est de supprimer le numérus clausus d'installation ...davantage d'officines en concurrence pour faire monter les enchères des prix d'embauche du personnel .Le systéme libéral où certains se gavent -à dîplôme égal - pendant que d'autres souffrent ...c'est anormal donc bientôt fini ...justice tout simplement ...
  • 16/03/2015 à 14:42
    Moi Président
    alerter
    La Présidente de la commission des affaires sociales est une pharmacienne titulaire.
    La femme du Président de la commission des Finances est pharmacienne titulaire, un président, par ailleurs, qui confond les murs de l'officine avec sa résidence principale pour échapper à l'ISF.
    Tout projet de loi portant sur l'officine ( liberté d'entreprendre, etc ) passera par l'une de ces commissions. Il sera donc vider de sa substance.
    C'est un vrai système mafieux!
  • 16/03/2015 à 16:49
    ppp
    alerter
    Marie le problème ne vient pas du prix des officines, mais de la politique gouvernementale.
    T u verras que les commerces de proximité subissent une vague de fermeture, lié à des loyers excessifs, des taxes nombreuses et diverse, un RSI catastrophique. D'autre part la liberté d'installation ne résoudrait aucun problème bien au contraire. Les officines les mieux placées, se vendront toujours a prix d'or. Cherche une officine moyenne, que tu achètera 60% et qui te permettra dans douze ans de vivre correctement. Car ne t'en déplaise, dans l'immédiat, la seule solution pour les titulaires endettés de s'en sortir, est de limiter la masse salariale.
  • 16/03/2015 à 17:29
    ph
    alerter
    " la seule solution pour les titulaires endettés de s'en sortir, est de limiter la masse salariale "
    Est-ce en adéquation avec les nouvelles missions qui demandent justement plus de disponibilité?
    La situation actuelle n'est pas ignorée de notre ordre, que compte t-il proposer aux centaines de pharmacies qui ne pourront pas s'adapter au changement?
    Comptabiliser les morts et se réjouir de la concentration des points de vente qui améliorant leur rentabilité contribueront mieux à l'impôt?
  • 16/03/2015 à 19:22
    Moi Président
    alerter
    Les titulaires ne forment pas une catégorie homogène.

    Il y a d'un côté les trayeurs de l'assurance maladie, ceux nés juste après-guerre, installés une ou plusieurs fois, parfois suite à une création quand cela était encore possible, qui partent aujourd'hui à la retraite et qui ont bien siphonné le système de protection sociale. Ce sont des rentiers qui ont vécu à l'abri de fortes barrières à l'entrée sur le "marché" et dont le seul souci maintenant, vu que le "marché" est encore verrouillé, est de vendre leur fond de commerce au plus fort. Vous les trouverez en général aux commandes de L'Ordre des Pharmaciens ( à propos, savez-vous que l'Ordre a été créé par Vichy ?)

    Il y a les candidats à la traite, ceux qui ont acheté au prix fort, car c'était la volonté des trayeurs, et qui se
    sont endettés fortement alors que l'environnement évolue. Certains sont dans le pétrin. Il faut attendre un peu plus pour la Porsche !

    Il y a aussi les ruraux. Ils ont cultivé patiemment leur jardin et aujourd'hui ils aimeraient partir, d'autant plus que les pouvoirs publics font tout afin que les français s'entassent dans les grandes villes et quittent ces territoires.

    Il y a probablement encore d'autres singularités et il est toujours difficile de généraliser.

    Mais autour d'eux, il y a les parasites. Les banquiers et les agences de négociation.

    Les banquiers n'ont aucun intérêt à ce que le prix des officines s'effondrent. Un bon prix du fonds de commerce reste une garantie si l'emprunteur vient à avoir des difficultés. Ils financent le rachat d'officines par d'autres officinaux afin de les fermer et font mourir des licences dans le seul but de raréfier l'offre et maintenir ainsi le prix des officines relativement élevé, un prix qui est complétement déconnecté de l'économie de l'officine. Ainsi les " Anciens" peuvent toujours continuer à vendre leur fonds à bon prix!

    Quant aux négociateurs, c'est la " fluidité" du marché qui importe. Vendre une officine au même client tous les 6 ou 7 ans est leur "fonds de commerce". Alors ils s'agitent. Avec les banquiers, les notaires et l'administration fiscale qui se sucrent à chaque cession, ils ont tous intérêt à maintenir les choses dans l'état.

    Dans le Moniteur des Pharmacies et de Laboratoires en date du 14 et 28 janvier 1948, les pharmaciens criaient déjà leur ruine. Dans l'histoire de l'humanité, ils sont probablement les malades dont l'agonie a duré le plus longtemps. Cela devient coûteux pour l'Assurance maladie et il est temps de mettre fin à leur souffrance. Les pouvoirs publics doivent débrancher le système!
  • 16/03/2015 à 23:12
    Nico
    alerter
    C'est clair! Débrancher le système, moins traire le contribuable et que le français s'habitue à payer pour ses médocs!
  • 17/03/2015 à 09:35
    Marie
    alerter
    Rien à voir avec ce gouvernement cela fait plus de 30ans que les titulaires se plaignent ...et que le personnel trinque ...que les vendeurs,intermédiaires ,et surtout notaires se gavent ...Il ya bien un système malsain à revoir ...Casser le numérus clausus à l'installation ,les jeunes diplomés valeureux pas fils à papa pourront s'installer ...et ne pas dépendre d'un pair exploiteur ...Macron a raison il faut casser un petit peu ce système libéral qui aujourd'hui est as been ...ce sera plus sain et plus JUSTE .
  • 17/03/2015 à 10:12
    pharmacien chomeur
    alerter
    Tout a fait d'accord ,valoriser le travail et mettre de l'ordre dans cette profession, qu'il n'y ait plus les ''nantis ''d'un coté et le personnel qui trinque de l'autre ,trimbalé de petits remplacements en situations plus stables mais sous payé !
    Une plus grande liberté d'installation assainira la profession et profitera aux patients ...
  • 17/03/2015 à 12:32
    pharma50
    alerter
    Liberté d'installation, pourquoi pas, mais n'oubliez pas que ce sera pour tout le monde, et pas seulement pour les jeunes....donc est-ce que se sera si différent ?
  • 17/03/2015 à 15:13
    Marie
    alerter
    Oui pharma50:jeunes et biensûr séniors très honorables devront trouver une accession moins chère à l'installation ...Car à diplôme égale même droit quand on n'est pas fils à papa ;urgent de s'attaquer à ces privilèges d'un autre temps ..plus JUSTE c'est ce qui importe ...
  • 17/03/2015 à 15:33
    ppp
    alerter
    Marie arrête de t'énerver tu devras comme tout le monde acheter ton officine, le temps des dérogations est terminé. De plus les quotas ont été renforcés, et non libérés. Regarde les dégâts de l'installation libre des médecins, ils sont concentrés au soleil et dans les villes, maintenant dans des dispensaires à la solde des mutuelles. La concentration s'accélère.
  • 17/03/2015 à 16:26
    Marie
    alerter
    ppp on peut être juste et calme ...ppp accepte la contradicion ..mieux pour ta santé...Les maisons de santé vont être en plus grand nombre dans les déserts médicaux ,les pharmaciens pourront s'installer et quitter ainsi des titulaires qui les ont déçu ...Les médecins gagnent bien leur vie et ne sont pas à plaindre et isolés viendront rejoindre ces structures ...Rationnel et JUSTE ...
  • 18/03/2015 à 09:01
    briard
    alerter
    quand j 'étais étudiant on nous a demandé si on voulait un systéme étatique ou le drugstore à l 'américaine; on a voté pour le 1er à 60 p100; en 2015 on a le systéme étatique MST tiers payant généralisé contraintes SECU et MUTUELLES débiles , et on a le drugstore pharmacie discount LAFAYETTE, benattan buchinger bradeurs de la profession , quel désastre!!!
  • 18/03/2015 à 19:16
    Boss
    alerter
    benattan buchinger bradeurs de la profession

    bien dit !! franchement !!
    des pharmaciens qui veulent jouer les leclercs pas étonnant que celui ci veut jouer a la pharmacie.....
  • 18/03/2015 à 19:51
    Zacchita
    alerter
    Je constate n'être pas la seule a m'inquiéter de l'avenir de notre profession en tant qu'assistant.
    Ciclette et Oscillo, j'envisage à mon tour le crpe, est il possible de se contacter en mp? j'ai plein de questions, et il est vrai qu'il n'est pas facile de faire le deuil d'un métier que j'ai aimé mais qui devient de plus en plus commercial, et de plus en plus loin de mes convictions... Merci :-)
  • 18/03/2015 à 20:52
    yanikooos
    alerter
    le pharmacien est FORMATE

    il ne sait pas se RECONVERTIR

  • 18/03/2015 à 21:19
    ciclette
    alerter
    Avec plaisir Zacchita, comment te contacter en mp ?
  • 18/03/2015 à 23:54
    bachpalm
    alerter
    A PARTIR DE 50 ANS LES PHARMACIENS NE TROUVENT QUE DES REMPLACEMENTS DE 1 a 2 mois par an car les patrons preferent les jeunes plus malleables et rapides ATTENTION LES PHARMACIENS SENIORS NE DEMISSIONNEZ PAS FAITES DES ARRETS MALADIES ET SYNDIQUEZ A LA CFDT SYNCASS POUR QUE LES TITULAIRES RESPECTENT LES LOIS ET ARRETER DE LICENCIER LES SENIORS DURA LEX SED LEX HOMO HOMINI LUPUS NE FAITES PAS DES CADEAUX AUX PATRONS QUI PENSENT A LEUR INTERET PERSONNEL
  • 19/03/2015 à 10:48
    ph50
    alerter
    Quand on a 50 ans, on a l'expérience... on a acquis la confiance du patient... si on est encore là, c'est qu'on aime son métier...
    Mais quand on a 50 ans on est moins rapide certes, moins ambitieux, moins malléable, plus exigeant sur la rémunération...
    Alors les patrons cherchent à se "débarrasser" des séniors avec le soutien des jeunes embauchés pensant que la jeunesse est longue...
    Quand on a 50 ans, il nous reste encore 15 ans à travailler, ce ne sont pas les années les plus agréables...
  • 19/03/2015 à 11:03
    Bachpalm
    alerter
    Oui on aime notre métier à 50 ans mais les patrons préfèrent les jeunes dociles comme certains hommes qui préfèrent les jeunes filles .Je conseille à tous les pharmaciens salariés de vous syndiquez (CGT ou CFDT..) pour vous protéger et toucher un gosse indemnité en France car les patrons craignent les syndicats et la médecine de travail (pharmacien syndiqué )
  • 19/03/2015 à 12:04
    Miranda
    alerter
    Merci à Bachpalm de me soutenir à propos mes remarques dans cette rubrique (10/13/14 Mars) , en ce qui concerne l'appel à nos confères adjoints pour se syndiquer .
    Se syndiquer c'est connaitre ses DROITS , mais aussi ses DEVOIRS .
    J'ai toujours rempli mes devoirs , souvent au delà du professionnel , par respect humain , envers les patients et envers mes collègues .
    Mais que sont devenus mes droits , mis à part celui de m'inscrire à Pôle Emploi et de subir la sclérose du CNOP ?
    Donc oui pour l'appel à se syndiquer , mais il faut arrêter de dire n'importe quoi (!!) :
    En effet , ça me scandalise de lire ici un appel aux pharmaciens seniors pour faire des arrêts maladie , ou de se syndiquer pour toucher une grosse indemnité .
    Donc pas d'accord pour ça avec Bachpalm ... Les syndicats ne sont pas faits pour ça , mais pour nous soutenir et défendre nos droits . Et malgré le sort qu'on nous réserve , n'oublions pas nos devoirs , il en va de notre crédibilité , c'est le pendant de nos exigences .
    Autre remarque : sans vouloir ouvrir un conflit de génération, j'ai constaté jusqu'ici des arrêts de travail plus souvent chez les + jeunes que chez les "anciens".... Les séniors ont encore beaucoup d'énergie et de conscience professionnelle : dommage pour les titulaires qui nous tournent le dos , car ils ne savent pas ce qu'ils perdent au profit du moindre coût et de la malléabilité .
  • 19/03/2015 à 12:51
    Bachpalm
    alerter
    Merci à Miranda de sa remarque concernant les arrêts maladies je pense que si les séniors sont harcelés de partir ou démissionner et ils sont déprimés il vaut mieux un arrêt que de commettre l'irréparable et il vaut mieux un licenciement et Jamais la démission et être syndiqués car je connais des confrères résistants suite à un licenciement,ils ont touchés une prime de licenciement et d'autres confrères ont démissionnés et pas de prime et ni pôle emploi voilà la vérité
  • 19/03/2015 à 14:26
    Miranda
    alerter
    ... pour bémol sur ma remarque concernant les A.T chez nos juniors , sincères remerciements à nos jeunes consœurs qui font des bébés , et qui permettent à quelques séniors disponibles de mettre le pied à l'étrier pour une courte durée , en vue de les remplacer .
    Merci les jeunes ... faites des bébés , savourez votre maternité (ce n'est pas ironique , ne vous méprenez pas !)
    ... bon courage pour l'avenir
    .... et SYNDIQUEZ VOUS SVP.
  • 19/03/2015 à 16:33
    Marie
    alerter
    Bachpalm ,Miranda :ne souffrez surtout pas à cause du boulot ...Syndiquez -vous ...et Médecins du travail .. Prud'hommes au pire.plus faites le savoir ...Et aux jeunes qui complotent soyez aussi pervers qu'eux ...leur tour viendra en pire ...Courage .
  • 19/03/2015 à 17:45
    Miranda
    alerter
    erreur Marie : Miranda ne souffre pas , même pas et surtout pas à cause du boulot , il ne manquerait plus que ça ! J'avance à ma façon , rien ne sert d'être passéiste , je m'adapte , comme bien d'autres .... Syndiquée oui, depuis longtemps , mais nous sommes tellement peu à soutenir nos syndicats qu'il faut profiter de cette tribune pour réactiver
    l' appel au jeunes et moins jeunes à venir rejoindre les troupes...
    Quant-à compter sur médecins du travail , ou Prud'hommes , autant se faire materner... et être très patient pour espérer un résultat ! Je bouge , j'agis , je réagis . Donc : souffrance non , amertume oui , et inquiétude aussi pour nos jeunes et l'avenir du métier.
  • 19/03/2015 à 19:47
    Alfonso
    alerter
    Par expérience dans plsrs pays ds lesquels j'ai bossé, les syndicats (ou unions) ne m'ont jamais aidés ds les coups durs. Il faudrait créer un nouveau syndicat qui ne s'occupent que de nos professions ou apparentées, qui connait nos problèmes et respecte nos diplômes; qui ne soient pas arrogants envers les diplômés "bourgeois", comme certains appellent les pharmaciens.
  • 19/03/2015 à 20:48
    Zacchita
    alerter
    Merci ciclette!
    J'ai créé une nouvelle adresse mail juste pour l'occasion :-)

    À très vite j'espère!
    zacchita@inmano.com
  • 19/03/2015 à 21:53
    MP
    alerter
    le syndicat autonome des cadres pharmaciens existait mais les adjoints étaient peu intéressés Lors d'une réunion avec un journaliste du moniteur des pharmacies, nous étions 4 pour discuter .... Conclusion il a fallu se mettre derrière une bannière Le SYNCASS CFDT
    Je voulais être représentant du personnel de la pharmacie de grande surface ou je travaille car en tant que sénior, j'ai le poids de l'expérience du vécu il me reste peu d'années à faire ...Malgré cela on m'a déconseillé vues les pressions et difficultés encourus ...Conclusion: on accepte presque tout sans broncher dans cette profession pour garder son emploi
  • 19/03/2015 à 22:02
    ciclette
    alerter
    Pour nous c'est trop tard.
    Comment prévenir les générations futures que cette profession est un piège ?
  • 19/03/2015 à 22:58
    MP
    alerter
    Moi je le dis aux 3 étudiants qui bossent dans la pharmacie souvent employés à la place d'un pharmacien adjoint ...Ils n'ont pas d'espoir d'avenir mais engagés depuis 2/ 3/ 4 années ils n'ont pas l'envie ni le courage d'arrêter et de faire autre chose ( mais quoi me demandent ils) Peut être au fond espèrent ils un miracle!!!!
    Nous c'est sur c'est mort et en plus on aura une retraite minable faute d'avoir cotisé au plafond supérieur des cadres et en ayant fait tourner une ou plusieurs affaires rentables ...de mon temps Mais faut il croire tous ces pharmaciens titulaires qui se plaignent? Depuis 37 ans que je travaille j'entends les mêmes rengaines mais vois le niveau de vie qu'ils affichent 'entre maisons principale et secondaire, véhicule de luxe bateau voyages et autres petits riens ....Allez j'attends les prochaines plaintes ...
  • 20/03/2015 à 09:39
    marie
    alerter
    Diagnostique :peu d'avenir pour le moment ...Alors réagir ,l'éducation nationale recrute ...et si vous vivez de l'injustice les prud'hommes j'attestent et cela marche contrairemenr aux dires futuristes de Miranda ...cela marche ...plusieurs exemples positifs ...Les professions libérales sont en pleine mutation ...jeunes et plus anciens il ne faut pas se laisser faire ...
  • 20/03/2015 à 13:16
    bleuette
    alerter
    un pharmacien installé qui gagne bien sa vie tant mieux !
    rancoeur , jalousie n'aident pas à appréhender l'avenir sereinement !
  • 20/03/2015 à 15:48
    Marie
    alerter
    Plaisir de voir enfin quelqu'un d'heureux ...Moralité : installez -vous si vous pouvez ...Pas besoin d'être atteint de jalousie ...les banques prêtent ...Il faut simplement avoir l'esprit entrepreunarial ...pas donné à tout le monde ...
  • 20/03/2015 à 20:03
    Alekc
    alerter
    Moi j'avais une autre notion du chômage actuellement.
    Le chiffre s'élève à 12,6 % en 2014 (Pharmacien de France n°1260, Mai 2014 !!! alors les 7% ils viennent d'où ?!

  • 21/03/2015 à 07:20
    Dan59
    alerter
    Alekc, c'est de l'intox! Tt va bien est le leitmotiv des pouvoirs politiques en place...
  • 23/03/2015 à 23:20
    Fleur
    alerter
    Alors, finalement, c'est 7% de quoi ? Ensemble des diplômés pharmaciens, ensemble des salariés, ensemble des officinaux ? ? On parle de quoi ?
  • 24/03/2015 à 13:36
    Kannah
    alerter
    Ensemble des pharmaciens inscrits à l'ordre.
  • 24/03/2015 à 15:01
    sehitovic
    alerter
    Étant étudiant en 3ème année en pharmacie à Strasbourg je commence sérieusement à avoir peur pour mon avenir après toutes ces réactions.
    L'année prochaine je vais devoir faire un choix (difficile?) concernant les filières, si j'ai bien compris l'avenir de la filière officine n'est pas net, serait-il plus judicieux de s'orienter vers l'industrie ou l'internat? Qu'en pensez vous chers futurs confrères?
  • 24/03/2015 à 15:39
    MP
    alerter
    Si vous avez l'intention et les moyens financiers de vous installer seul ou à plusieurs ( plus favorable car achat d'une plus grosse pharmacie avec plus de passage car plus de prix bas ) , la branche officine peut être encore attractive ...sinon comme adjoint et homme !!!je déconseille l'officine Pour l'industrie il faut être mobile car peu en France Sinon continuez encore des études pour un intégrer un labo d'analyses médicales aux salaires double de l'officine et la possibilité d'être directeur, associé d'avoir de belles fonctions et de belles perspectives
  • 24/03/2015 à 19:12
    briard
    alerter
    étant en fin de carriére je suis trés pessimiste sur l 'avenir de l 'officine: lire le dernier moniteur et l 'interwiew de l 'autorité de la concurrence: seuls les loups vont survivre ; les moutons vont mourir; oui à la biologie à l 'agro alimentaire à d 'autres débouchés en dehors de la pharmacie d 'officine et que font nos syndicats, ils se battent pour des cacahuétes
  • 24/03/2015 à 19:22
    ciclette
    alerter
    Pour sehitovic, personnellement je regrette de ne pas avoir tenté l'internat ...
  • 25/03/2015 à 08:17
    Alfonso
    alerter
    A sehitovic: il ne faut pas s'inquiéter! Si tu en as l'opportunité, fais un MBA après les études les plus courtes que la fac de pharmacie te propose; le mieux, en alternance avec poste de manager dans grande chaîne de pharmacies étrangère. Quand tu reviendras ds le pays, les chaînes pourront peut-être exercer et là, tu pourras prétendre à un poste de cadre sup. Pour commencer, apprend l'anglais...
  • 31/03/2015 à 16:02
    wakator
    alerter
    Le problème de la pharmacie c'est les pharmacien le jour où nous arrêterons de vivre sur un modèle qui n'est plus d'actualité à jouer les apprenties amz*on , carre*our et autre
    ( avoir le moins de stock , vendre le plus vite , fonctionner a flux tendu ) on deviendra de vrais professionnel de santé .

    -En 2015 il n'y a toujours pas de pharmacien qui ouvre des structures de conseil et d'informations pour les patients oui des endroits où un patient peut venir acheter notre savoir faire sans repartir avec une boite de médicament

    -En 2015 il n'y a toujours pas de pharmacien qui ouvre de magasin spécialisé dans les DM et les médecine alternative

    -En 2015 il n'y a toujours pas de pharmacien avec de solide formation en droit médicale pour aider les victime a être indemnisé et régler certains problème ( liste de médicament interdit dans certains pays , traitement alternatif )

    ............
  • 02/04/2015 à 08:39
    vachette
    alerter
    Bonjour Ciclette,

    Je suis pharmacienne. J'ai passé 2 ans à faire des remplacements de toutes durées après l'obtention de mon diplôme. Puis, une agence d'interim m'a proposé un cdi dans une PUI. J'y suis restée 3 ans et demi. J'ai beaucoup hésité car j'aime beaucoup l'officine mais je me suis dit vu le contexte, je n'allais pas rester plusieurs années à être payée pas le pôle emploi. En fait, il faut être au bon endroit au bon moment. La direction n'arrivait pas à trouver un pharmacien titulaire du DES de pharmacie hospitalière. J'ai appris beaucoup de choses notamment sur la démarche qualité et j'ai la possibilité d'exercer en PUI à compter du 1er septembre 2016 jusqu'en 2024. Il faut savoir qu'en PUI, ce n'est pas tout beau tout rose car l'ARS n'accorde un financement de 0.5 ETP par PUI dans les établissements. oui, la rémunération parait élevée mais en réalité beaucoup de pharmaciens sont payés à mi temps et bosse à temps plein. Dans beaucoup de PUi, on retrouve également, un couple pharmacien à mi-temps et préparateur à temps plein, une pharmacie ouverte à temps plein en l'absence du pharmacien. Au final, beaucoup de pharmaciens sont payés autant qu'un infirmier avec des responsabilités à temps plein alors que le salaire est à mi-temps et un préparateur qui fait de l'exercice illégal de la pharmacie. L'ordre ferme les yeux et l'inspection aussi!!! Une consoeur a reçu une visite du pharmacien inspecteur qui a fermé les yeux sur cette situation.
    De mon côté, j'avais de la chance car ma préparatrice bossait sur mon temps de présence. Malheureusement pour moi, je suis partie pour mutation de conjoint et en ville, les pharmaciens d'officine me font payer le fait que je n'ai pas bossé pendant 3 ans en officine. Bah oui, je préfère être pharmacien dans une PUI au lieu de pointer pendant 3 ans au pôle emploi!!!
  • 06/04/2015 à 13:11
    titu77
    alerter
    les adjoints ne devraient pas être salariés, mais toujours associés, comme dans toutes les professions médicales, médecins, kinés, dentistes...la rémunération des adjoints est une honte pour la profession, leur place dans l'officine sans distinction réelle par rapport aux préparatrices est une aberration..la seule chose qui importe aux titulaires c'est le prix de vente de leur officine...tant que les officines appartiendront aux pharmaciens, la cupidité l'emportera sur tout autres considérations.....
  • 06/04/2015 à 14:56
    Marie
    alerter
    tout juste titu 77 qui décrit exactement la situation actuelle dans les officines ...A deconseiller absolument si on ne peut ou veut s'installer ...
  • 06/04/2015 à 22:47
    Bernard29
    alerter
    Tout à fait d'accord titu77!
    Vivement l'alternative des chaînes ds lesquelles, comme ds les autres pays, les pharmaciens seront managers et rémunérés comme des professionnels de la santé et pas des sous-employés de PME.
  • 07/04/2015 à 08:58
    Marie
    alerter
    Bachpalm,Bernard29,titu77 vous avez raison d'exiger qu'un diplôme se rémunere correctement ...et non comme ses sous hommes et femmes en plus soumis à leurs caprices ...au rythme du C.A.de leurs officines ...
  • 23/04/2015 à 23:41
    tunisie révo
    alerter
    en Tunisie(post revolution), l'ordre a déclaré en 2013, 1400 docteur en pharmacie sans aucune activité tout en sachant que le nombre d'officinaux total est de 2000. sans tenir compte de ceux qui travaillaient en assistance et comme délégués médicaux. vive le chomage vive la revolution
  • 24/04/2015 à 15:49
    Lili
    alerter
    Bonjour, le 23 Avril 2015

    En tant que pharmacien adjoint, à temps partiel, la cotisation de l'Ordre est TROP ELEVEE et l'Ordre ne veut pas comprendre!

    Que fait l'Ordre pour les Pharmaciens Adjoints Salariés, vraiment?

    Nous ne sommes que des vendeurs des épiceries sophistiquées où nous sommes contraints à vendre sans mesurer l'efficacité et la bonne utilisation des médicaments et surtout pour plaire aux titulaires augmentant, ainsi, leur CA!

    Nous avons tous fait des études de plus de 5 ans, voire 7 ou 10 ans et qu'apportons nous réellement à la Société?

    De nombreux patients meurent, chaque jour, de l'iatrogénie; pourtant, pendant toutes nos études, les facultés nous mettent en garde, mais nous n'avons aucun moyen pour faire valoir nos points de vue, étant des assistants ou adjoints dépendants du bon vouloir des personnes détenant les pharmacies et qui n'ont d'autre préoccupation que la rentabilité, payer leur entreprise rapidement et augmenter leurs propres ressources, sans aucune considération des autres employés qu'ils soient adjoints, préparateurs ou autres,...!

    L'Ordre des Pharmaciens a fait asseoir toute sa ressource financière, depuis plus de 40 ans, sur ces bases et nous, les salariés adjoints ne représentent aucun poids face à cela.

    Les salaires des adjoints ou d'autres n'augmentent pas et stagnent à des niveaux très bas, depuis de nombreuses années et comment l'Ordre peut il augmenter autant le montant des cotisations?

    Tous les pharmaciens salariés doivent réfléchir, ensemble, d'une manière pertinente et profonde à cela et doivent demander au Ministère de la Santé d'intervenir afin que nous sortions de ce piège, engrenage!

    Pourquoi nous sommes les seules professions en tant que pharmaciens adjoints salariés, alors que dans les autres Ordres comme Ordre des Médecins, des Avocats,...ils sont partenaires ou vrais collaborateurs avec le réel exercice indépendant sans être soumis et gagnent en fonction de leurs compétences et art.

    Il est temps d'envisager une REFORME TOTALE de l'Ordres et élaborer une autre Charte nous permettant de travailler, ensemble, en bonne conscience et d'une manière indépendante, sans être soumis aux diktats financiers.

    Mobilisons nous, dès à présent, par le biais des facultés, d'autres instances gouvernementales et faisons EVOLUER Notre Profession, pour l'intérêt de tous et NON pour une seule catégorie des gens nantis!!!

    Bien Confraternellement à Vous:


  • 24/04/2015 à 16:24
    74 Anne
    alerter
    Lili a parfaitement raison ...Les professions libérales ont besoin d'être déréglementé ...assistants ,préparateurs en pharmacie ,notaires salariés se disent exploités ...la fin du Monopole approche ...car cela ne peut pas continuer à être si injuste ...
  • 08/05/2015 à 15:51
    Fleur
    alerter
    Tout à fait d'accord avec Lili. Les pharmaciens adjoints constituent pratiquement la moitié des pharmaciens d'officine, mais sont complètement ignorés par l'Ordre, sauf pour leur rappeler leurs devoirs de compétence et de formation (comme s'ils étaient incompétents !) et la cotisation, pleine et entiėre bien sûr, quelquesoit leur rémunération. Tout est fait pour maintenir un prix des fonds des "anciens" beaucoup trop élevé par rapport à la rentabilité actuelle, ce qui induit forcément une pression énorme sur l'emploi.
  • 09/05/2015 à 08:31
    Jean47
    alerter
    C'est vrai! L'adjoint est le seul docteur dans un sujet médical qui partage des conditions de travail de citoyens non-diplômés tels des vendeurs de vêtements ou de téléphones portables. Passe encore pour des préparateurs (cf. BAC + 2 force de vente), mais pour des thésés en matière médicale, le rapport aux patients est complètement biaisé. Encore une preuve d'études inadaptées à la réalité du monde du travail!
  • 07/06/2015 à 00:00
    rose
    alerter
    bonjour

    je voudrais poser une question à ciclette, comment fait-on pr devenir prof au collège avec un diplôme de pharmacien ? y-a-t-il une limite d'âge ?
    j'ai 41 ans et je trouve moi-aussi le métier d'officine trop stressant (et surtout mon patron) et je me pose de plus en plus de questions sur mon avenir professionnel, et finalement la fuite me parait le mieux !!
    merci pr vos réponses
  • 07/06/2015 à 00:12
    ciclette
    alerter
    salut Rose
    pour être enseignant au collège il faut passer le concours du CAPES. On peut s'y inscrire en étant titulaire d' un master (ils acceptent un diplôme de pharmacien) ou en étant parent de 3 enfants (!)
    J'ai choisi le primaire mais on peut en parler en privé si tu veux. As-tu une adresse mail à communiquer ici ?
    A bientôt
  • 07/06/2015 à 22:01
    rose
    alerter
    bonjour Ciclette

    merci pr ta réponse si rapide, je ne préfère pas communiquer une adresse mail sur le site, en fait.
    pr l'instant l'idée de devenir prof au collège est récente mais j'ai de plus en plus de mal à supporter les pressions ds l'officine où je travaille, et j'ai l'impression que ce sera pareil ailleurs (ds une autre officine), alors j'essaye de trouver une autre voix. Je travaille ds une grosse pharmacie de centre commerciale où il faut aller très vite, et tout en servant les clients il faut répondre au téléphone, gérer le reste de l'équipe (si qqn ne sert pas alors que des clients attendent, c'est la faute du phien qui doit gérer). Plus beaucoup de charge de travail, le tiers payant...et pas de temps suffisant pr le faire, et un patron qui peut se mettre à piquer des colères alors qu'on n'a pas une seconde de répit. Je ne suis pas encore certaine de ce que je veux mais quand j'ai lu ton parcours, et la liberté que tu ressens ds ton nouveau métier, je me dis que c'est ça qui me manque.
    Mais beaucoup de questions...quel est le niveau demandé, comment reprendre une formation tout en continuant à travailler et à gérer tout le reste car j'ai justement trois enfants.
    je te remercie encore pr ta réponse et je me dis que tout est possible puisque certains l'ont fait
  • 07/06/2015 à 22:44
    Ciclette
    alerter
    Mais bien sûr que c'est possible : nous ne sommes pas prédestinés pour une fonction déterminée dans notre vie !!!
    Je te comprends, j'ai mis des années à prendre la décision et je regrette d'avoir tant attendu.
    Le concours du secondaire est un concours national : en général les premiers postes sont en région parisienne, sauf peut-être en faisant jouer un rapprochement de conjoint. Pour la difficulté de réussir le concours je ne me rends pas compte pour le CAPES cela dépend de tes compétences dans la matière que tu choisiras, du temps que tu peux consacrer à la préparation : renseigne toi sur le programme et sur les préparations proposées dans le privé ou à l'université, ainsi tu pourras te faire une idée de ce que l'on attendra de toi.
    J'ai été étonnée de la quantité de personnes qui deviennent enseignants après avoir eu un métier et des études inattendus (ingénieur BTP, informaticien, sage femme, infirmière, psychologue et plusieurs pharmaciens homme et femme) : pourquoi pas toi ?
    Courage !
  • 23/06/2015 à 15:24
    Koala
    alerter
    Bonjour Ciclette,
    Bravo pour ta reconversion, je t'admire ! Je suis également dans cette optique là, au stade où il faut sauter le pas...Quelle préparation as tu faite pour le CRPE ? As tu des conseils ou des ouvrages à me conseiller ? Comment s'est passée ta première année ? On peut en discuter en privé si tu es d'accord. Merci d'avance
  • 23/06/2015 à 20:59
    ciclette
    alerter
    Bonjour Koala,
    avec plaisir si tu peux me transmettre une adresse privée.
    A+
  • 23/06/2015 à 23:47
    Tagada78
    alerter
    Franchement c 'est déprimant , on nous a bien mentit...A tout ceux qui on choisit la pharmacie pour unique motivation de devenir riche car c'est le juste retour du système capitalisme.. Personne n'est à l'abris , le concours , les études de 6eme année, ne garantisse rien...En France, on nous a vendu la méritocratie, le concours républicains , on est tous égaux...Ben non la pharmacie d 'officine est un système capitaliste ,ou l'organisation bourgoise " titulaire"exploite le salariat"pharmacien adjoint et les préparateurs..donc c'est un systeme qui capitalisme ou la concentration du capital est entre les mains d'un petit nombre de personnes.Donc comme les pharmacie coutent trop chere, la pharmacie n'est plus une profession libéral qui permet d'acceder à la propriété..Les études de pharmacie, apres un concours difficile, 6ans d'années d'étude, peu ou pas de passerelle medicale, amènent au prolétariat...Je pense d'ailleurs que les 6années d'études et la rédaction de la these sont un moyens de diminuer le chomage de la profession ...
  • 24/06/2015 à 08:26
    Jean93
    alerter
    Tagada78: pourquoi tt ramener à la lutte des classes et se tourner vers des idéaux politiques qui ont amené au pouvoir les plus grands tyrans du XXème et pour l'instant du XXIème; eh oui, presque tous issus du socialisme/collectivisme!
    Le capitalisme est loin d'être un système idéal mais ce qui est le plus dérangeant est que "la Pharmacie" en France est soit, comme vous l'avez dit, motivée par une promesse (non tenue pour la majorité) de bien gagner sa vie dès la thèse passée, soit le résultat d'une réorientation suite à un échec en première année de Médecine (sujet qui, par ailleurs, est extrêmement mal gérée par nos dirigeants politiques et professionnels cf. retraite des babyboomers / numerus clausus).
  • 24/06/2015 à 12:21
    Koala
    alerter
    Merci Ciclette, voici une adresse mail avec laquelle on pourra communiquer : yasmine_82@hotmail.fr
    (C'est bien un souligné et non un tiret, la touche du 8 sur un clavier d'ordinateur).
  • 30/06/2015 à 18:56
    Myly
    alerter
    Bonjour,
    J'ai pourtant souvent fait des recherches Google "pharmacien reconversion" mais c'est la première fois que je tombe sur ce sujet...
    Je viens de passer 30 min à lire toutes les réponses et déjà, je me sens rassurée de voir que je ne suis pas la seule à me sentir... démunie avec mon diplôme de pharmacien d'officine.
    Diplômée de 2010, je me souviens quand la question du choix de la filière s'est posée et qu'on nous a gentiment dit (je parle des profs de la fac) qu'en officine, il y aura toujours besoins de pharmaciens, choisir industrie, par exemple, c'est choisir de devenir chômeur...
    Après avoir enchainé les CDD et remplacements, dans diverses régions de France, j'ai fini, pour raison personnelle, par me retrouver dans une région où je ne trouvais rien, et où une simple annonce pour un petit remplacement était prise d'assaut par des dizaines et des dizaines de CV. Après avoir tenté de compléter mon diplôme avec un BTS commercial pour tenter de trouver une porte d'entrée vers l'industrie, qui ne trouve aucune utilité à un "simple" pharmacien d'officine, je me retrouve aujourd'hui à 300km de mon conjoint, manager de parapharmacie dans la grande distribution. Chacun voit midi à sa porte comme on dit, mais je n'ai pas honte de dire qu'entre la pression des patients (voire même les insultes au comptoir)/des génériques/ de la sécu, avoir trouvé ce poste de manager m'a déjà permis de revivre un peu, professionnellement parlant. J'avais peur, initialement, du grand méchant loup de la grande distri, car dans le monde de l'officine, on en parle comme étant des voleurs, des faiseurs de CA au détriment des patients/clients etc, et j'ai quand même des principes et une certaine éthique. Et finalement, je ne parle que de mon enseigne, soit Ca**efour, on est bien loin de ce tableau noir. où je suis devenue le patron de mon rayon, où je gère mon équipe, mes stocks, mon compte d'exploitation et où je me sens toujours pharmacien en faisant du conseil client et en formant mon équipe, sans avoir la pression du chiffre ou des marges ou de quoique ce soit d'autre.
    Pour autant, je sais que ce n'est pas un métier que je ferai jusque la retraite, et je continue à chercher comment un pharmacien peut se reconvertir, comment choisir une nouvelle voie en toute connaissance de cause, comment valoriser mes compétences et non pas juste un diplôme durement acquis mais qui, apparemment, ouvre très peu de portes.
    Ciclette, je suis très admirative de ta reconversion, moi qui aime l'enseignement, la formation etc, je serais très heureuse de pouvoir communiquer avec toi sur ta démarche de reconversion. Egalement, si d'autres pharmaciens ont franchi le pas de la reconversion, n'hésitez pas à me contacter aussi, je suis preneuse de toute idée de reconversion.
    Voici mon email : mylynou@hotmail.fr
  • 01/07/2015 à 13:24
    JP47
    alerter
    De même Ciclette stp, mon adresse nicgino@msn.com
  • 23/07/2015 à 03:15
    Lelong
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 20/10/2015 à 14:00
    zou
    alerter
    C'est la gauche qui va tout libéraliser, chambouler dans l’intérêt des grands pour les grands. Bonjour encore le chômage de nos jeunes soit disant docteur et dont les parents se sont fortement endettées pour offrir à leurs enfants un niveau correct d'études.
    Ces super-puissants vont encore tirer le salaire vers le bas ou vont les chercher en Europe de l'EST ou chez les réfugiés. (Travaille ou dégage et va habiter chez tes parents).

    La France a besoin d'un DE GAULLE II. Il est plus qu'urgent!
  • 20/10/2015 à 16:46
    Marie
    alerter
    Zou...alors pourquoi pas vous...vous avez fait le diagnostic ...et maintenant cher pharmacien donnez votre remède ......nous attendons .....
  • 20/10/2015 à 20:33
    jack
    alerter
    C'est maintenant 12% (pour les recensés) des adjoints au chômage!
    Plus que la moyenne nationale, toutes professions confondues... La classe le conseil de l'ordre français!
    A une époque, je voyais des pharmaciens espagnols et italiens aller chercher du travail en Angleterre par manque de poste et à force de bas salaires dans leurs pays d'origine. Désormais, les français iront rejoindre les rangs...
  • 21/10/2015 à 09:05
    Marie
    alerter
    Un monopole surrané ...Nos voisins européens n'ont pas ce système...qui créent 2 classes de pharmaciens les entrepreneurs installés et les salariés futurs chômeurs alors il serait bon de supprimer ce monopole un vivier évident pour pôle emploi...Tout le monde s'y retrouverait sauf les nantis qui louent grassement leur mur ...Tout cela mérite d'être revu car tout le monde dîplômé doit pouvoir travailler ...Le monde change et le curseur doit se déplacer ...
  • 21/10/2015 à 18:21
    Jack
    alerter
    C'est clair! Trop de conservatisme social dans un pays réac a tué le vrai 'social'; le fait de simplement pouvoir travailler et gagner honnêtement sa vie, comme dans les vrais pays libéraux.
  • 22/10/2015 à 09:37
    Marie
    alerter
    Bonjour Jack nous partageons cette idée juste où tout le monde pharmacien avec ce beau diplôme doit pouvoir travailler et ne pas être sous le joug ...d'un autre diplômé qui n'a rien de plus que lui ...et se retrouver souvent sans motif à pointer à pôle emploi ...Quel gâchis ...il faut se réveiller ...car cela est injuste et anormal ...Oui le monde change et le temps des privilèges c'est fini ...
  • 04/02/2016 à 07:28
    ppp
    alerter
    Vieux commentaires,
    A quand une révision de la convention collective signée au temps des vaches grasses.
    A quand une révision réelle de code du travail.
    A quand une revalorisation des marges, ou des honoraires de l'officine.
    Sans cela le chômage continuera a augmenter, et les titulaires s'appauvrir.
  • 04/02/2016 à 07:47
    rab74
    alerter
    marie, les entrepreneurs installés peuvent aussi se retrouver à la rue (vois le nombre de cession de licences qui augmente), sans alloc d'aucune sorte. D'autre part, chers adjoints, n'oubliez pas que vous êtes notre volant de liberté et , pour ma part, je ne demanderais pas mieux que d'avoir un(e) adjoint(e) temps plein coef600 pour enfin profiter un peu de la vie...vu les baisses de marge négociées par nos syndicats, pas possible donc 60 h par semaine mini, hors gardes. Quant à Vachette, pour en avoir fait l'expérience, les pharmaciens qui sortent de PUI sont complètement out sur la législation de délivrance et le comportement au comptoir, ils sont donc à reformer et encadrer comme des débutants, même s'ils ont de sérieuses compétences sur le médicament lui-même...Quant à tous ceux qui se plaignent d'horaires démentiels, eh bien, il y a un droit du travail, faites vous respecter!(j'en parle à l'aise: j'ai été responsable AQ dans l'industrie en2 et 3/8, assistant multi employeurs aux 4 coins de France et DOM avant de m'installer et j'ai donc une certaine expérience à ce point de vue). moi aussi j'ai couiné avant de comprendre que personne ne me prendrait par la main pour avancer, n'ayant ni parents dans le sérail, ni fortune personnelle, ni carnet d'adresse....mais là, c'est vrai, économiquement, c'est plus que tendu alors réfléchissez et bougez au lieu de reconstruire le mur des lamentations!
  • 04/02/2016 à 08:10
    Pharmacien 95
    alerter
    J'espère que l'article fera état egalement du nombre d'officines qui cherchent un adjoint !!!
    Le montant total des cotisations perçues par l'ordre aura double en 10 ans du fait des SEL. C'est un fait !
    Pourquoi ? On ne sait pas comment est utilisé cette manne supplémentaire.
    CQFD : les adjoints doivent payer une somme modique genre 50€ et pas plus
  • 04/02/2016 à 10:57
    D
    alerter
    Bonjour Pharmacien 95,
    Pour info, la cotisation des adjoints était de 274€ en 2015 et non 50.
    N'ayant pu trouvé un temps complet, je suis à temps partiel et touche un salaire de 1394€ par mois.
    Je trouve donc cette cotisation très importante proportionnellement à mon salaire.
  • 04/02/2016 à 13:21
    Lexo40
    alerter
    11% et combien sur un siège éjectable pour les remplacer par des temps partiels ?Les pharmacies cherchent des adjoints mais combien à temps plein ce qui permet de vivre sans rien demander à personne ?
    J'ai été adjoint plus de 12 ans au même endroit et j'ai gardé mon emploi quand la pharmacie a change de titulaire .Une chance c'est sur .
    -1er jour , l'employé sans diplôme est propulsée assistante et sert au comptoir sans contrôle .
    -15 jours après , la préparatrice de l'autre pharmacie (CA 1/3 du notre ) vient en 1/3 temps .Véritable bras droit , elle vient passer nos commandes directes et organiser devant . Il faut la supplier pour avoir les produits demandés par les clients en direct .Plus tenue au courant de rien , aucun mot à dire dans aucun domaine contrairement à ce qui est dit ,officiellement ,par le titulaire.
    Je ne me plains pas , j'ai mon salaire ,ma prime d'ancienneté .C'est mieux que beaucoup de pharmaciens. Je compte juste le temps qui me reste jusqu'à 59 ans en priant le ciel que les lois ne changent pas d'ici là et que j'aurais une sorte de "sécurité" financière si ....ou quand ?
    Je suis....employée pharmacien. J'adorais mon travail et je crois que je n'y étais pas trop mauvaise .
  • 04/02/2016 à 14:14
    ns11
    alerter
    suite au départ lointain de mon assistante j'ai recherché un assistant 35h CDI ET j'ai eu beaucoup de mal à trouver

    les jeunes ne veulent pas quitter les villes universitaires quitte à rester au chomage et c'est tres agaçant
  • 04/02/2016 à 14:14
    ns11
    alerter
    suite au départ lointain de mon assistante j'ai recherché un assistant 35h CDI ET j'ai eu beaucoup de mal à trouver

    les jeunes ne veulent pas quitter les villes universitaires quitte à rester au chomage et c'est tres agaçant
  • 04/02/2016 à 21:05
    Canari59
    alerter
    Bonsoir,
    C'est un chiffre plus élevé qui m'a été donné par la section D de l'ordre! Comptent-ils les adjoints qui font quelques remplacements de temps en temps entre 2 pointages à pôle emploi? Une chose est sûre il y a une précarisation de l'emploi!
    D'autre part un adjoint au chômage même s'il ne trouve qu'une semaine de remplacement de temps en temps aura la même cotisation à l'ordre (et je confirme les 274 euros de 2015), et le DPC devra être payé de sa poche!
    Je sais bien que de nombreux titulaires galèrent aussi, quel constat amer......
  • 04/02/2016 à 21:43
    Newlife
    alerter
    10 ans dans la même officine presque à la suite de mon diplôme , des promesses d'association vaseuses pour conserver la "motivation" d'une jeune diplômée naïve! Mais une fois le masque tombé, on se rend compte que le secteur est sinistré, que retrouver un poste ailleurs est peu probable, alors bye bye pharmacie (un métier que j'ai aimé) et direction le bâtiment où je rejoins la boutique familiale, un choix osé qui plus est pour une femme mais aussi voulu car tjs été l'autre passion!
    Il y a 20 ans quand j'ai commencé pharma, c'était un métier d'avenir (mdr) mais aujourd'hui je trouve juste honteux qu'on laisse aller au casse-pipe autant de gamins chaque année! Que fait le conseil de l'ordre, que font les pouvoirs publics? Ben ils se tapent sur le ventre en se disant qu'on est bien con!
  • 04/02/2016 à 22:06
    Alain64
    alerter
    Comme l'ont dit certains: "Quel constat amère!"
    Un métier va disparaitre, un métier dont la fonction vieillissante et l'encadrement archaïque ne permettront pas sa survie.
    Peut-être qu'effectivement le rachat des pharmacies par des grandes chaînes de santé internationales est inéluctable. Afin que la transition se passe bien, peut-être que nos autorités pourraient encadrer ces chaines et ne permettre qu'à celles qui ont des structures adaptées aux professionnels de santé d'acheter des pharmacies, ce qui permettrait d'éliminer de la liste les vendeurs de yaourts tels la grande-distribution.
    Auquel cas, de grâce Ordre des Pharmaciens ouvrez le marché aux entreprises qui permettront l'embauche de tous les diplômés produits par la France.

  • 04/02/2016 à 23:58
    Xixi château
    alerter
    Alain64 tu rêves , la grande distribution ou ... Ne feront qu'amplifier le phénomène . Regarder les laboratoires d'analyses Medicale.
    Aujourd'hui l'état s'attaque au déficits de la santé comme elle s'attaque au chômage . Elle fait du cours terme .
    Le métier de la pharmacie change , il est important de devenir des super technicien vendeur, il est important de comprendre qu'aujourd'hui il n'est pas possible avec les marge actuel de payer quelqu'un pour donner des boîtes.
    Nous devons devenir des cadres supérieurs avec objectif du poste de directeur général .
  • 05/02/2016 à 08:15
    Pharmacien 95
    alerter
    Quel pessimisme !
    8000 pharmaciens titulaires partiront en retraite dans les 10 ans qui viennent , au moins 4000 d'entre eux préfèreront céder leur officine pour une bouchée de pain plutôt que la fermer. Que d'opportunités pour les jeunes !
    Si vous êtes pharmacien ET motivé, dans les 4 ou 5 ans, vous trouverez un projet qui vous redonnera le plaisir de faire ce beau métier .
  • 06/02/2016 à 20:10
    Canari59
    alerter
    Attendre 4 ou 5 ans, c'est bien long quand il faut payer ses factures tous les jours! Le réalisme risque de l'emporter sur la motivation!
  • 07/02/2016 à 08:35
    Xixi chateau
    alerter
    L'aventure est belle mais dure comme pour tous. Les artisans et commerçants doivent subirent la loi du RSI, Urssaf...
    Mais nous nous avons l'ordre , qui sous le couvert de nous protéger n'est qu'une charge supplémentaire au service de l'industrie . J'ai apprécié les pistes données par certains mais actuellement rien n'est possible . Nous n'avons même pas le droit de faire une formule de plante sans ordonnance nous qui détenons le monopole de plusieurs plantes .
    Pour les cotisations il faut calculer pour 24000 pharmacie nous sommes à plus de 1,3M€ ne pas oublier que les sociétés paient double et le ou les associés en plus , avec un rapide calcule nous dépassons 3M€ de cotisation par an, sans pouvoir évaluer les cotisations adjoints....personnellement je paie 3 cotisations titulaires ( 2 associés et 1 pour Societe et 2 d'adjoints pour 1 pharmacie merci de me dire ou est l'erreur .
  • 08/02/2016 à 00:08
    Xixi Chateau
    alerter
    Pardon 13 M€
  • 09/02/2016 à 08:43
    Chômeuse
    alerter
    Quand les officines seront vendues à 50/100 de leur CA, il y aura moins de faillites et de l'emploi pour tout le monde !!

    la libre installation permettrait aussi à de nombreux jeunes sans apport de peupler nos villages sans officine
  • 09/02/2016 à 09:34
    JeanItur
    alerter
    Chômeuse: d'ici-là, les diplômés les plus audacieux se seront fait une place au soleil à l'étranger et les autorités auront été chargées d'aller recruter des pharmaciens formés hors d'Europe. Les pousse-papiers français, ministres inclus, ne sont pas des visionnaires sinon le pays ne serait pas dans l'état (sans jeu de mot) dans lequel il est. Cf. bas numerus clausus des études médicales dans les années 90 vs nombre de recrues étrangères en hôpitaux.
  • 29/03/2016 à 10:26
    alex59
    alerter
    J'ai la malchance d'être concerné par ce probléme également.
    ...c'est la galère pour enchaîner les remplacements .
    Pour le dpc, il est possible de le faire financer par Pôleemploi...

    Pour ce qui est des pharmacies vendues à 50%, on en est encore trés loin. Ce qui fait qu'un nombre non negligeable de reprise se font avec un départ de l'assistant...le nombre de pharmaciens chomeurs n'est pas prêt de diminuer.
  • 29/03/2016 à 14:52
    Canari59
    alerter
    Bonjour,
    A Alex59, comment as tu fait pour le DPC auprès de pôle emploi? Pour moi, ils ont refusé.
    Bon courage à tous ceux qui se trouvent dans cette même galère!
  • 30/03/2016 à 14:44
    alex59
    alerter
    à Canari59.
    Toute personne inscrite à Pôle emploi a le droit à des formations.
    En fournissant un devis personnalisé, en justifiant l'intêret des formations et en s'y prenant à l'avance, le dpc peut être pris en charge.
    Je l'ai obtenu 2 fois sur 2 centres Pôle emploi différents.
    Par contre, pas de remboursement à posteriori.
  • 30/03/2016 à 16:53
    Canari59
    alerter
    Merci, mais dans mon cas ils ont donné comme raison que ce n'était pas prioritaire!
  • 31/03/2016 à 12:23
    Kev47
    alerter
    C'est clair Canari59!
    On a fait des études pour sécuriser un parcours pro donc ds certaines agences Pôle-emploi, ns ne sommes malheureusement pas "prioritaires".
    En plus, avec un gouvernement qui assure son électorat futur en aidant surtout les non-diplômés... Pharmaciens aux oubliettes! Tout juste bon pour payer des impôts.
    Qu'ils ne viennent pas pleurer ds qqs années qd la moitié des diplômés aura quitté le pays!

  • 26/09/2016 à 14:03
    alex75
    alerter
    bonjour a tous , en activité depuis 1980 situé dans un centre commercial , impossible de trouver des pharmaciens ASSISTANTS bien rémunéré . j'ai aidé deux de mes anciens adjoints a s'installer , sans apport en me portant caution
    aujourd'hui , je dois chercher dans l'union européenne
    des pharmaciens inscrit a l'ordre , je passe des annonces dans le moniteur sans succés
    confraternellement
    pharmacieducentrebasilique@wanadoo.fr
  • 29/11/2016 à 23:51
    Stefanie Desoete, Pharmacien adjoint
    alerter
    A Ciclette,
    Bonjour, je souhaiterais vous poser des questions sur votre reconversion car j'envisage la même!! Seulement je ne sais pas trop comment m'y prendre, à qui m'adresser... Serait-il possibe d'en discuter par mail?

    Ci-joint mon mail!
    Cordialement
    Stefanie
    stefanie.desoete@gmail.com

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...