23/02/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
« Par rapport à son contrôle antérieur, la Cour constate plusieurs avancées mais aussi la persistance de difficultés, dont certaines déjà signalées dans son précédent rapport. Cela l’amène à assortir de réserves sa déclaration de conformité des dépenses de la Ligue nationale contre le cancer aux objectifs poursuivis par l’appel à la générosité du public », peut-on lire dans un rapport de la Cour des comptes rendu public lundi 23 février et portant sur les exercices 2008 à 2012.

Deux contrôles de l’association ont déjà été effectués par la Cour des comptes en octobre 1999 (exercices 1993-1995) et en octobre 2007 (exercices 2000-2005).


Des améliorations relevées

La Ligue nationale contre le cancer a sécurisé en partie le traitement de ses ressources en se dotant, en ce qui concerne les legs, d’une procédure de gestion et d’un logiciel spécifique, et en renforçant sa procédure d’ouverture du courrier.

-Elle s’est fortement impliquée dans la préparation et la mise en œuvre du Plan Cancer II (2009-2013) et a formalisé la plus grande partie de ses relations avec l’Institut national du cancer à travers plusieurs conventions.

Les frais de collecte de la générosité du public ont été sensiblement réduits par rapport aux ressources collectées : alors que ce ratio atteignait 12,7 % en 2005, il s’élève à 9,6 % en 2012.

Des difficultés nouvelles ou persistantes

- Bien que le suivi des réserves se soit globalement amélioré, près d’un tiers des comités a des réserves excessives, non conformes aux préconisations du siège et traduisant une sous-utilisation des dons et legs.

- Alors que les libéralités (legs et assurances-vie) représentent près de la moitié des ressources issues de la générosité du public, la gestion des patrimoines légués n’est pas optimale. Les estimations initiales de la valeur des biens peuvent manquer de rigueur et le montant final des biens se situe trop souvent en dessous de ces évaluations. Enfin, si la Ligue respecte globalement la volonté des donateurs, elle peut s’en écarter parfois sur des actions très délimitées et précises.

- L’émission des reçus fiscaux doit être mieux sécurisée.

L’organisation de la recherche peut être améliorée. Les évaluations indépendantes menées par le comité d’audit scientifique sont partielles et trop épisodiques. Les conflits d’intérêts ne sont pas systématiquement prévenus ou gérés au cas par cas. Plus généralement, le contrôle des activités de recherche doit être accru.






Laurent Lefort

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...