13/02/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Structures interprofessionnelles regroupant des professions différentes, structures qui encaissent les revenus des activités interprofessionnelles, structures réceptacles des nouveaux moyens de rémunération, structures de moyens, les SISA (sociétés interprofessionnelles de soins ambulatoires) sont « une révolution juridique» selon les avocats du cabinet Fidal.

Lors de la conférence « Coopération professionnelle : pharmaciens, devenez dès maintenant un acteur de santé incontournable », organisée mercredi 11 février à Paris par le cabinet d’avocats, en partenariat avec Le Moniteur des pharmacies et son service de renseignements personnalisés Moniteur Expert, Maître Paul Dabat, avocat associé spécialisé en droit des sociétés, a commencé par rappeler les finalités et l’intérêt de ce type de sociétés pour les pharmaciens :

- La mise en commun de moyens pour faciliter l’exercice de l’activité professionnelle de chacun des associés de la SISA ;

- L’exercice en commun, par ses associés, d’activités de coordination thérapeutique, d’éducation thérapeutique ou de coopération interprofessionnelle ;

- Des liens entre activités en commun et activités propres des sociétés.

La SISA est une société civile ne requérant aucun minimum pour son capital social. Elle est en revanche assez restrictive en matières d’associés pouvant entrer dans la structure. Il s’agira obligatoirement de personnes physiques exerçant une profession médicale, d’auxiliaire médicale ou de pharmacien (dont au moins 2 médecins et un auxiliaire médical ou pharmacien). Toute personne morale associée est interdite.

Lors de la constitution de la société, des aménagements statutaires sont possibles (droit de retrait, exclusion…) et la SISA offre une relative souplesse d’organisation qu’il s’agisse d’assemblées générales, de gérance, de répartition des bénéfices…

Quant à la responsabilité, elle est indéfinie, les associés étant solidaires. Autrement dit, si l’activité de la SISA devait mal tourner, cette responsabilité pourrait être amenée à excéder le montant de l’apport initial. « C’est le petit bémol du dispositif », concède Paul Dabat.






Laurent Lefort

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...