22/01/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Tout en prônant un renforcement du dialogue avec le gouvernement, Patrick Errard, président du Leem (Les Entreprises du médicament) a égratigné la politique française du médicament, ce jeudi 22 janvier, lors de ses vœux à la presse.

Instabilité fiscale, manque d’attractivité et de compétitivité, déficit en réformes structurelles : le représentant de l’industrie pharmaceutique déplore une nouvelle fois les insuffisances françaises en la matière.

Pourtant, l'industrie pharmaceutique tient la route. Selon le Leem, 182 médicaments sont préenregistrés pour une mise sur le marché en 2015, notamment des anti-infectieux, des antiviraux et des traitements en oncologie (lymphomes, cancer du pancréas…). De même, les traitements des troubles métaboliques, des maladies autoimmunes et les vaccins connaissent actuellement des avancées.

Au plan des critiques, Patrick Errard considère qu’il faut revoir le principe du financement de la Sécurité sociale, qui fait peser 50 % des efforts d’économies sur le médicament, à l’origine de 15 % des dépenses d’assurance maladie. « Il faut avoir une vision à long terme, évaluer les bénéfices et la restitution des gains », estime le président du Leem. Selon lui, une fois votée et appliquée, la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) devrait faire l’objet d’une mesure approfondie de son impact budgétaire.

Le président du Leem dénonce également les récentes décisions en matière de santé. « On tord la définition de RTU (recommandation temporaire d’utilisation) pour en faire un outil commercial, de compétitivité des prix », s’insurge Patrick Errard, en référence au recours à la RTU pour le médicament Avastin. Il regrette de même l’application récente d’une demande d'entente préalable par le prescripteur pour les médicaments Crestor, Inegy et Ezetrol.

Patrick Errard a également adressé des critiques à l’encontre de l’initiative de la députée européenne EELV Michèle Rivasi prônant une « opération mains propres sur la santé » qui cible notamment l’industrie pharmaceutique. « Les détracteurs professionnels qui jettent l’anathème sur notre métier nous trouveront en travers de leur route, prêts à nous battre pour que cette forme de jugement idéologique ne soit pas la règle », a t-il affirmé.






Matthieu Vandendriessche

Les dernières réactions

  • 23/01/2015 à 10:56
    bidule
    alerter
    T'as raison
  • 28/01/2015 à 02:05
    Potard
    alerter
    Le médicament, c'est plus de 20% du budget maladie..... et les salariés de l'industrie, c'est 40.000 et non 100.000. Commencez par dire la vérité ! Qt à la décision sur Avastin, elle arrive avec des mois de retard sur l'Italie dont l'antitrust a d'ailleurs évincé Novartis (Lucentis) et Roche en leur infligeant 182 M€ d'amende pour entente en fév dernier, et ce n'est pas fini puisque l'action se poursuit au pénal par le procureur de Rome. Notre facture Crestor est aussi un scandale, et les Gé des autres statines sont toujours 2 fois plus chers qu'ailleurs.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...