20/01/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Le e-commerce constitue un relais de croissance timoré pour l'officine.

D'après une étude réalisée par Celtipharm pour l'Afipa, le chiffre d'affaires, par site, en 2014, est de 65 000 euros, tous produits confondus.

En douze mois, le chiffre d'affaires moyen mensuel est passé de 2 256 euros en janvier à près de 9 000 euros en décembre.

L'essentiel des ventes en ligne est réalisé sur les produits hors-médicament, et notamment l'hygiène et la cosmétologie deux segments qui engrangent à eux seuls 49 % du chiffre d'affaires.

Les médicaments d'automédication (de prescription médicale facultative non prescrits, non remboursés) représentent, en effet, moins de 8 % des ventes sur la Toile.

Il faut dire que, sur les 209 sites autorisés à vendre des médicaments sur Internet, seule la moitié (soit 111) est opérationnelle.






François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 20/01/2015 à 17:55
    Jean-Patrice Folco, Pharmacien titulaire
    alerter
    Est ce que sincèrement on pouvait penser qu'il en serait autrement. C'est à croire que le pharmacien est comme le taureau qui fonce quand on lui présente un chiffon rouge, sauf que dans notre cas on nous prend pour des boeufs.
  • 20/01/2015 à 19:49
    Docteur
    alerter
    C'est aussi en raison de la crainte de tomber sur un site piraté proposant des médicaments de contrefaçon que les patient préfèrent se rendre dans leur pharmacie. Ils sont sûrs, en France, de la traçabilité et de la qualité des médicaments proposés par leur pharmacien.
    D'ailleurs, Laurent Fabius vient de déposer en janvier 2015 un projet de loi pour lutter contre les médicaments de contrefaçon sur internet qui tuent plus de 200 000 personnes par an selon l'OMS.
    Il y a suffisamment de pharmacies en France, de surcroît bien réparties sur le territoire national, pour assurer une dispensation de qualité du médicament sans créer des problèmes et des dangers là où il n'y en avait pas.
  • 20/01/2015 à 20:02
    B. Thomé
    alerter
    La notion de moyenne s’applique très mal à la vente en ligne car il y a une très grande disparité entre les sites. Selon notre panel Median Net, 5 sites représentent 35% du marché du médicament, et les 37 premiers sites 86%.
    Il faut regarder les moyens et grands sites, qui sont justement ceux qui constituent notre panel Median Net (www.median-net.com).
    Pour ne citer quelques chiffres, la moyenne des sites de notre panel en septembre 2014 était de plus de 70 k€ HT, hors frais de port, dont 55% de médicament, sur un seul mois… On est très loin des chiffres de cette étude !
  • 21/01/2015 à 04:10
    Bruno
    alerter
    Chiffres de Celtipharm! MDR!
  • 21/01/2015 à 09:24
    B. Thomé
    alerter
    Le site de l’Afipa donne un peu plus de détail sur les données. De toute évidence, elles ne reflètent pas la réalité. 300 k€ pour le médicament vendu en ligne en 2014 ? 8% des ventes d’un site de pharmacie ? Ce n’est pas la réalité, nous sommes très loin du compte.

    Sur la base de données de vente réelles qui nous sont transmises régulièrement par les sites, nous confirmons notre précédent communiqué de presse : la part du médicament vendu en ligne se rapproche de 1% du marché total du marché de l’automédication en tendance, soit 22 mio TTC, hors frais de port. Plus d’information sur www.median-net.com
  • 21/01/2015 à 11:32
    GUITOU
    alerter
    j'aime bien l'image du taureau/boeuf ! les seuls qui veulent des medicaments par internet ne sont pas malades ! ceux qui le sont nous veulent dans nos officines bien réparties près de chez eux. Notre maillage et notre "côte" auprès des clients sauvera le service pharmaceutique. Nous sommes parmi les rates "bac+6" disponibles sans rendez-vous et gratuitement !!! distribuons de conseil à chaque vente...
  • 21/01/2015 à 12:03
    Jean-Patrice Folco, Pharmacien titulaire
    alerter
    Arrêtons de vendre avec conseils, dispensons tout simplement, cet acte est maintenant reconnu et donne lieu à la perception d'un honoraire pris en charge par l'assurance maladie et les mutuelles.
  • 21/01/2015 à 13:19
    lucien
    alerter
    Difficile de s'appuyer sur ces chiffres quand on sait que ceux qui les produisent ont tout intérêt à gonfler les statistiques. Le médicament en ligne restera marginal, car un patient qui a mal au crâne ne va pas attendre 24h - 48h la livraison de son paracétamol !!!
  • 21/01/2015 à 13:26
    Emile
    alerter
    Bien vu Guitou : les seuls qui veulent les médicaments sur le net ne sont pas malades ! Car ceux qui le sont, savent pourquoi ils viennent en pharmacie.
  • 21/01/2015 à 16:19
    FMA92
    alerter
    Je ne suis pas pharmacien d'officine, mais pharmacien retraité de l'industrie pharmaceutique.
    Mon avis est que les clients qui commandent sur internet ne viendront pas à l'officine pour acheter ces médicaments déremboursés ou OTC. Vous avez donc là une clientèle potentielle supplémentaire. Mon raisonnement vous choque ?
    Je m'intéresse à ces nouvelles techniques de ventes et de conseil et je souhaiterais en parler avec vous. J'habite dans le 92.
    Merci de votre attention
  • 21/01/2015 à 18:01
    Marie
    alerter
    Tout comme Folco ,je pense qu'un Pharmacien digne de ce nom est un Diplômé qui dispense un médicament qui peut faire bcp de bien et peut-être un peu de mal donc donne des conseils pour guider ses patients...Oui au respect de l'éthique et méfiez - vous de l'internet qui fait bcp de mal aux faibles sans esprit critique ...
  • 22/01/2015 à 11:39
    millenofx
    alerter
    C'est toujours amusant de voir la certitude dans les propos de ceux qui ne connaissent rien au sujet!
    Ceux là même qui d'ailleurs, suivent l'affaire internet avec la frustration de ne pas y avoir participé et l'espoir que rien ne marche de peur d'avoir raté le train.
    Je suis propriétaire d'un site de vente en ligne depuis aout 2013 et vous invite à considérer les chiffres celtipharm avec beaucoup de prudence et à revoir vos à prioiri sur les e-consommateurs de médicaments!
    bonne journée
  • 23/01/2015 à 10:16
    lucien
    alerter
    Dans quel sens les chiffres de Celtipharm s'orientent-ils, millnofx ?
  • 23/01/2015 à 15:37
    14
    alerter
    Quand les chiffres sont "de l'epaisseur du trait", il faut prendre ça pour ce que ca vaut. 2 ans apres le demarage, moins de 1% du marché .A l'etranger,Doc machin,et autres,ca n'a pas l'air de faire peter les compteurs non plus.Voila l'impression que ca laisse....

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...