09/10/2014 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Le lancement effectif de l’expérimentation de la dispensation d’antibiotiques à l’unité ne va plus tarder. Un arrêté paru au Journal officiel ce jeudi 9 octobre confirme qu’elle sera conduite dans 4 régions : Ile-de-France, Limousin, Lorraine et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Cette expérimentation comporte 4 axes d’évaluation :

- l’observance des patients et l’utilisation postérieure d’antibiotiques par le patient lui-même ou par d’autres membres du foyer ;
- le nombre d’unités non consommées à recycler ou rejetées dans l’environnement, à l’origine de résistances bactériennes ;
- la charge de travail du pharmacien et l’organisation des officines ;
- les volumes d’antibiotiques dispensés en comparaison d'une délivrance habituelle, et de ce fait l’impact sur les finances de l’assurance maladie.

Concernant l’équipe officinale en particulier, il s’agira de recueillir par un auto-questionnaire ou un questionnaire administré par téléphone la modification de l’organisation du travail à l’officine, les craintes ou bénéfices ressentis par les pharmaciens et l’expérience vécue par le dispensateur.

L’équipe officinale sera informée, par oral ou par le biais de la notice d’informations que toutes les informations les concernant seront collectées, saisies, conservées et analysées de façon anonyme et qu’ils ont droit de consulter et modifier ces informations.

A noter que le premier mois de l’expérimentation sera consacré à la formation des pharmaciens sur la démarche d’évaluation. L’arrêté paru ce jour mais daté du 3 octobre précise que cette période préalable doit se dérouler en octobre 2014.






Matthieu Vandendriessche

Les dernières réactions

  • 09/10/2014 à 19:51
    billydjo
    alerter
    Je ne suis pas de la profession mais je m'interroge sur deux points:-Pas convaincu qu'il s'agisse de l'opération du siècle pour la "sécu".-Absolument convaincu que les pharmaciens perdront du temps donc de l'argent. On attend et on verra bien...
  • 09/10/2014 à 20:04
    kalsef
    alerter
    Il y a dans chaque boîte de médicament une notice, parfois très prolixe sur les effets decondaires, intolérances possibles etc…
    Comment le pharmacien fera t-il pour faire tenir à chaque patient une telle notice s'il est obligé de déconditionner les emballages ?
  • 09/10/2014 à 20:55
    denis10300
    alerter
    Tout le monde sait que c'est totalement inutile et chronophage.
    Que si une personne ne prenait pas ses antibiotiques délivrés á la boite, il n 'y a aucune raison qu ' il le fasse en délivrance á l'unité.
    Que s'il y a bien une catégorie de médicaments où les conditionnements sont multiples et donc adaptés au plus juste á la prescription, c'est les antibiotiques.
    Que les problèmes pratiques (notice par ex) sont quasiment insurmontables.
    Que le bénéfice très éventuel est plus qu'absorbé par la rémunération du temps passé (très très éventuel, lui aussi)
    Mais bon, expérimentons pour avoir un joli document qui nous confortera dans ce que nous savons tous déja.
    La seule chose que l'on en déduira, c'est que cette initiative est certes louable dans l'idée mais que sa réalisation pratique est contre productive.
    Par contre, retirer les quelques comprimés surnuméraires lors d'une délivrance pourrait - eventuellement - éviter leur réutilisation chez le patient ou ses proches et les rejets dans les déchets ménagers.
    Solution simple á appliquer, sans problèmes logistiques exubérants.
    Pour quelque(s) euro(s), cela pourrait être proposé par le pharmacien lors de la délivrance et facturé en tant que nouvelle mission.
    Simple, facile, efficace, novateur, économique.
    Non ?
  • 09/10/2014 à 21:38
    preparatrice depuis 25ans
    alerter
    Encore une fause bonne idée,qui ne réduira pas le trou de la sécurité sociale.par compte perte de temps pour le pharmacien.demain arreté le tiers payant systématique qui n'a fait qu'agraver le deficite de la sécu et la ,les patients qui feront l'avance des frais de santé ne feront plus de gachis...car la santé a un cout et les gens ne connaissent pas ce cout..
  • 09/10/2014 à 21:51
    desperate
    alerter
    Très bien denis , y'a rien à ajouter , 100 % d'accord....Il faudrait qu'il n'y ait pas un pharmacien pour expérimenter une telle imbécilité ....
  • 09/10/2014 à 23:27
    Tintin
    alerter
    Bravo Denis de 20H55, j'applaudis aussi votre commentaire.
    J'ajoute que je suis très surpris qu'il existe des pharmaciens qui se lancent dans une expérimentation aussi bête qu'inutile, dont tout le monde connait déjà l'évidente conclusion... l'expérimentation serait-elle rémunérée ?...
  • 10/10/2014 à 07:22
    shamy45
    alerter
    +1 Denis
  • 10/10/2014 à 07:55
    sceptique
    alerter
    Bravo Denis, Le problème: les décideurs sont des politiques, hors de toute réalité totalement obnubilés par leur idéologie.
  • 10/10/2014 à 08:53
    elpadre78
    alerter
    Bien Denis,
    j'ajoute que ce sont surement ces mesurettes qui feront réaliser le 1,5 milliard d'économie sur le dos des pharmaciens. N'importe quoi!
  • 10/10/2014 à 09:13
    ph nord
    alerter
    peut être qu'il faudrat commencer à déconditionner qu'à partir de la 2eme boite
    et interdire de délivrer une boite supplémentaire pour 1 cp de plus dans certaines familles
    il faut pas rejeter les idées d'entrée de jeu car une idéee peut en amener une autre ...
    cordialement
  • 10/10/2014 à 09:47
    chris62
    alerter
    Totalement bête et inutile, les conditionnements sont appropriés et ne serait ce pas plutôt au médecin d'adapter sa posologie en fonction.
    Démagogique, et je ne comprend pas que certains confrères se lancent dans cette opération alors que ce même gouvernement va bientôt nous sacrifier sur l'autel de la grande distribution.
    pour augmenter le pouvoir d achat des français, on ferait mieux de s'attaquer aux dépassements d honoraires l'hôpital.
  • 10/10/2014 à 09:49
    ingola
    alerter
    Il faut espérer que cette expérimentation va être mise à mal par les pharmaciens testeur.
  • 10/10/2014 à 11:03
    jl
    alerter
    La dispensation d’antibiotiques à l’unité est l exemple type d'une expérimentation débile, caprice d'un ministre, et réalisée par une profession servile..
  • 10/10/2014 à 11:03
    lanlan1954
    alerter
    RIDICULE car cette mesure pour éviter les problèmes de résistances bactériennes soit disant devrait impérativement s'accompagner de la dispensation obligatoire des antibiotiques destinée aux animaux de boucherie ,pour notre consommation,par les seuls pharmaciens et impérativement sous leur contrôle car ce sont les seuls habilités à dispenser de telles molécules.Les abus sont ENORMES dans ce domaine!!!!!Pour cela il faut encore une volonté politique et je crains malheureusement qu'il n'y en ait plus . Maintenant si ce n'est qu'un soucis financier mieux vaut mourir du tabac à 54 ans car,comme dit,les caisses de retraite feront l'économie de nous verser notre dû en fin de carrière .
  • 10/10/2014 à 14:28
    olivier91
    alerter
    Completement d'accord.
    Mais je n'ai encore vu aucune réaction d'un pharmacien
    - dans les gros médias - allant dans ce sens!
    Les reportages entrevus présentent des pharmaciens dociles ouvrant leurs petites boites...
    Et il suffit de regarder dans nos cartons cyclamed: rares sont les retours d'amoxicilline en quantités...logique, les conditionnements sont des multiples de 6, en phase totale avec les RMO des prescripteurs.
  • 10/10/2014 à 19:30
    cs
    alerter
    Les pharmaciens en question doivent suspendre l'expérimentation jusqu'à ce que l'on connaisse le projet interministériel prévu fin octobre . Les syndicats doivent les soutenir . Il faut geler ce type de coopération car cela nous met en position de faiblesse
  • 11/10/2014 à 03:25
    sophie
    alerter
    Bravo à Denis de 20h55. Evidemment que ca ne sert a rien surtout sur les antibiotiques... vu les conditionnements actuels. Mais quelle discrétion dans les commentaires des pharmaciens.....
  • 11/10/2014 à 10:08
    elpadre78
    alerter
    Tout à fait d'accord avec vous, absence de réaction et réunions au ministère, en toute discrétion bien sûr. que sont en train de négocier nos syndicats, mystère. Je pense que nous n'avons quà monnayer notre degré de soumission dont cette "expérimentation" fait partie.
  • 21/10/2014 à 07:31
    adj
    alerter
    Face aux nombre considérable de boites à moitié utilisées (entre autres bien sûr ..)que nous glissons dans le carton cyclamed,car le traitement nécessitait 2 ou 3 comprimés de plus pour observer correctement le traitement...je suis favorable à la dispensation à l unité pour éviter ce gaspillage et cette pollution et le risque d'automédication des patients!!
    Mais à l'industrie pharmaceutique de s'adapter et nous faciliter cette dispensation sans avoir à découper le blister aux ciseaux...
    ILS ONT TOUS LES MOYENS ET PEUVENT S Y PENCHER de SUITE!

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...