09/10/2014 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Le dispositif national de Nutrivigilance piloté par l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a enregistré en plus de 3 ans 1 565 signalements d’effets indésirables, qui ont conduit à l’émission de 9 avis et recommandations de la part de l’Anses.

Des résultats satisfaisants, mais pas suffisants pour l’organisme. Face à l’ampleur que prennent ces produits dans les habitudes alimentaires des Français, la Nutrivigilance a besoin de plus de remontées de terrain. Aujourd'hui, les pharmaciens sont à l’origine de seulement 3 % des déclarations, contre 52 % pour les industriels.

L'organisme demande ainsi aux professionnels de santé de s’impliquer davantage dans le signalement des effets indésirables

Comment ? En pratique : intégrer les compléments alimentaires (76 % des déclarations) ou les aliments enrichis (boissons dites énergisantes, 16 % des signalements) comme potentiellement à risques pour certains patients aux profils particuliers (hypertension, diabète...) ou d’interactions médicamenteuses, questionner davantage les patients sur ces consommations et déclarer le maximum d’effets indésirables observés.

Télédéclaration et formulaire de déclaration disponibles sur le site internet de l’Agence.

 






Anne-Hélène Collin



Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...