08/08/2014 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Gilles Bonnefond, président de l'USPO, qui a lancé un appel à l'union le1er août, interviewé ce jour, confirme avoir échangé jeudi 7 août avec les différents syndicats de la profession, l'association des étudiants, le Conseil de l'ordre et les collectifs de groupements. Lors de cette première étape, chacun a pu exprimé sa position et son analyse de la situation. Gilles Bonnefond déclare: « je n'ai pas caché ma vive inquiétude ». En l'état actuel, chacun va livrer séparément ses réflexions en réponse aux sollicitations de Bercy, chacun ayant été reçu indépendamment des autres...Une nouvelle réunion est programmée jeudi prochain 4 août pour proposer des modes d'action communes et évaluer leur pertinence.

Pendant ce temps, des ébauches d'action de pharmaciens se mettent en place comme cette initiative émanant de deux jeunes titulaires installés dans l'Oise : Antoine Darras et Jérémy Beucler ont élaboré un questionnaire qu'ils soumettent à leurs patients-clients. « Pendant que nous préparons leur ordonnance, nous leur proposons un jeu de vrai/faux sur l'aspirine et le Doliprane. A la fin, ils doivent dire si ces médicaments courants peuvent être mis en vente en supermarché sans danger» explique Antoine Darras. Interrogé sur ses motivations, il répond : « C’est une façon d'ouvrir le dialogue sur le sujet de la vente hors pharmacie des médicaments et les patients sont contents de refaire le point sur ces médicaments qu'ils croyaient connaître. Enfin, le plus souvent, ils cochent non à la vente hors officine. Quant à ceux qui, avant la correction du test, avaient coché oui, ils changent majoritairement d'avis lorsqu'ils se rendent compte que la plupart de leurs réponses étaient erronées ».

Une réponse à l'intervenant qui hier à l’émission C dans l'air sur France 5 déclarait « s'être toujours demandé pourquoi on ne pouvait acheter son aspirine en supermarché ».






Les dernières réactions

  • 09/08/2014 à 13:59
    Anonyme
    alerter
    La perte du monopole n'est que le début d'un processus d'évolution de la profession au bout duquel les pharmaciens n'ayant pas les moyens de devenir titulaire pourront enfin négocier un salaire de cadre dans des chaînes de pharmacies avec, je l'espère, la disparition des conventions de salaires et autres outils archaïques qui n'existent que dans les pays à la traine économiquement.
  • 09/08/2014 à 16:03
    Anonyme
    alerter
    Il faut demander la liberté totale d'installation, seul moyen permettant aux collaborateurs de s'installer à moindre coût.
  • 09/08/2014 à 17:48
    mato
    alerter
    la manif: l'installation pour tous
  • 09/08/2014 à 21:11
    Anonyme
    alerter
    Bonne idée, si on organisait une action pour obtenir la liberté d'installation afin de sauvegarder les emplois des collaborateurs ?
  • 10/08/2014 à 07:54
    Anonyme
    alerter
    Vive la liberté d'installation ! On gagnera tous le SMIC en bossant seul sur un coin de comptoir, faute de clientèle suffisante. Vive la concurrence que les labos puissent nous sponsoriser avec un badge sur la poitrine et un logo dans le dos...Oui vive la fin du monopole, qu'enfin les pharmaciens puissent être payés au SMIC dans des grande chaines de distribution (et également en officine il n'y a pas de raison....) ! Enfin du progrès c'est pas trop tôt, Vive la modernité ! Bravo aux ignorants qui ne seront jamais titulaires et c'est tant mieux !
  • 10/08/2014 à 11:48
    Anonyme
    alerter
    Belle réponse corporatiste de fin de règne...
  • 10/08/2014 à 12:36
    Anonyme
    alerter
    Savez vous combien gagne un pharmacien dans une chaîne américaine??? Allez je vous aide, c'est plus qu'un assistant....
  • 10/08/2014 à 13:03
    Anonyme
    alerter
    on est pas au usa
  • 10/08/2014 à 13:11
    Anonyme
    alerter
    à 07:54, encore un beau specimen d'opposant à toute réforme qui mérite qu'on se batte pour obtenir la liberté totale d'installation...
  • 10/08/2014 à 14:18
    Anonyme
    alerter
    Marre des collaborateurs frustrés !!!!
  • 10/08/2014 à 19:44
    Anonyme
    alerter
    Dommage, mais je suis titulaire et pourtant favorable à la libéralisation des professions réglementées
  • 11/08/2014 à 07:50
    Anonyme
    alerter
    Qu'entendez-vous par libéralisation cher confrère, l'anarchie, l'ouverture du capital? L'ouverture du capital, serait peut-être favorable aux 8000 pharmacies condamnées par les confrères qui en espère une augmentation de leur propre capital. Mais l'anarchie surement pas.
  • 11/08/2014 à 10:45
    Anonyme
    alerter
    Je vous renvoie à ce que demande la Commission, ouverture du capital, fin du monopole et liberté d'installation.
    L'autre solution si on refuse de satisfaire au Traité étant la sortie de l'Union et là c'est le chaos.
  • 19/08/2014 à 12:26
    MP
    alerter
    Si les pharmaciens adjoints étaient mieux considérés et mieux rémunérés , sur que la guerre de clochers que l'on voit s'engager n'aurait pas lieu Comment soutenir un titulaire qui vous rabaisse au rang de préparateur (parfois même pas) conteste votre légitimité et votre droit au refus de vente, vous impose ses vues et ses critères sans tenir compte de vos propositions, et qui vous fait faire les jours et le travail qu'il ne veut pas ou plus faire J'ai 36 ans d'expérience et environ une vingtaine d'officines à mon actif , j'ai peut être le droit de dire mon avis L'union fait la force, il y a longtemps que c'est plus le cas Je n'ai connu qu'un pharmacien qui avait de la considération pour moi et mon travail c'était mon maitre de stage Madame Escande et c'était il y a 36 ans <....
  • 19/08/2014 à 21:19
    Anonyme
    alerter
    Idem pour moi,après 34 ans de bons et loyaux services: un salaire de misère jamais réévalué et une retraite de coef 500 qui s'annonce plus que médiocre...
    Pendant ce temps les titulaires se promènent et se gavent... en pleurnichant... et en plus nous méprisent...
    Liberté d'installation et liberté d'utilisation du diplôme
    fini les "bouses blanches"!!!
  • 22/08/2014 à 10:45
    Anonyme
    alerter
    @MP
    Merci pour" rabaisser au rang de préparateur, "cela fait plaisir de voir la considération des pharmaciens pour les préparateurs.Bon tu me diras , ils n'ont déjà pas de considération entre eux , alors avec les bouseux qui bossent avec eux , on en parle pas.
  • 24/08/2014 à 15:31
    MP
    alerter
    Rabaisser n'est pas un mot péjoratif, cela est juste un échelon de connaissances et de compétences liées aux années d'études et de suivis des traitements et des molécules Je respecte les préparateurs et préparatrices qui ont travaillé et travaillent avec moi, et je passe beaucoup de temps à leur expliquer les pathologies, l' anatomie, et les différences de traitements lors d'ordonnances complexes ou intéressantes Et croyez moi tous m'aiment bien et se fient à moi Je continue d'ailleurs à aller d' officine en officine les voir et même déjeuner Je ne comprends pas votre animosité Chacun à son niveau apporte une pierre à l'édifice pharmacie et c'est très bien ainsi

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...