28/07/2014 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Le rapport de l'Inspection générale des finances (IGF) sur les professions réglementées n'est toujours pas rendu public mais le journal les Echos du 28 juillet détaille les « pistes de modernisation» envisagées pour l'officine. Déjà évoquées dans son édition du 15 juillet dernier, les pistes ont des perspectives vertigineuse pour la profession.

  • l'ouverture du capital des officines à des investisseurs extérieurs,

  • la liberté d'installation totale pour les pharmaciens.

  • la fin du numerus clausus à l'entrée des études de pharmacie

  • la levée du monopole officinal sur tous les médicaments ne nécissitant pas de prescription médicale qu'il s'agissse des non remboursables en libre accès ou non et des remboursables à prescription médicale facultative (PMF).

Pour justifier sa proposition, le rapport souligne que les prix des médicaments non remboursables ont augmenté deux fois plus vite que le coût de la vie depuis 1998. Selon le rapport « les pharmaciens ont augmenté progressivement les prix des médicaments non remboursables afin de maintenir leur niveau de rentabilité face à la baisse des prix des médicaments remboursables» . Un rattrapage de marge jugé disproportionné avec des écarts de un à quatre suivant les officines. Toujours selon l'IGF, une baisse de prix pourrait être obtenue en autorisant la vente de ces médicaments en GMS. Une autorisation qui pourrait être asssortie d'une « exigence de maintien d'intervention d'un professionnel qualifié par les pouvoirs publics» .

Quant à la marge brute systématiquement comprise entre 20 et 50 % du prix TTC (selon des relevés de prix de la DGCCRF en décembre 2012) pour les médicaments remboursables à PMF, elle serait elle aussi trop élevée. Et le rapport d'envisager à terme, « une diminution des tarifs réglementés pour ceux de ces médicaments qui sont remboursables, et donc une diminution des remboursements de l'Assurance-maladie ». Des prix actuellement fixés par l'Etat...

Malgré ce rapport accablant le monopole devrait résister, le ministère de la Santé ne désirant pas pousser à la consommation de médicaments d'autant que, même moins chers, ils ne génèrent aucune économie pour l'Assurance-maladie puisque non-remboursés.

Des arguments que Michel-Edouard Leclerc, sur son billet de blog daté d'aujourd'hui, tente de démonter chiffres d'évolution des dépenses de médicaments par habitant en Europe à l'appui en regard de l'annnée de libéralisation. Il assure « qu' il n'y a pas de surconsommation du simple fait de l'autorisation donnée aux parapharmacies de vendre des médicaments sans ordonnance» .






Marjolaine Labertoniere

Les dernières réactions

  • 28/07/2014 à 20:26
    Anonyme
    alerter
    de combien est supérieure à la variation du coût de la vie l'augmentation des timbres, de l'électricité, du gaz, des impôts locaux etc....
    il ne va rester qu'une solution baisser la masse salariale afin de pouvoir continuer à rembourser ses emprunts

    bien sûr taper sur les pharmaciens réjouit le bon peuple assoiffé de "pas cher" . nous sommes dans l'arène des jeux antiques seuls quelques uns survivront
  • 28/07/2014 à 20:45
    Anonyme
    alerter
    Si l'ordre n'avait pas fais pression pour augmenter scandaleusement le numerus clausus il y a dix ans le problème des médicaments en GMS ne se poserait pas car ceux sont les nombreux pharmaciens qui sont aujourd'hui au chômage qui iront bosser dans ces nouvelles structures!
  • 28/07/2014 à 21:30
    Anonyme
    alerter
    SCANDALE
    SCANDALE
    SCANDALES
  • 28/07/2014 à 21:48
    Anonyme
    alerter
    Et le salaire de nos ministres va diminuer?
  • 28/07/2014 à 22:05
    Anonyme
    alerter
    D accord on marge sur le doliprane mais quid des anticancéreux, des lancettes ou bandelettes pour diabétiques et j en passe!
    Mon dieu qu'elle hypocrisie!
    Enlevez nous tout ce qui nous fait gagner notre vie et laissez nous les produits sur lesquels on ne gagne rien!!!!
    Les mesures envisagées nous ferait perdre plus de 50 % de la valeur de nos fonds
    Comment l état peut il décider de changer à tel point la donne et par la même de ruiner des milliers de familles. Qui de surcroît en ont souvent bavé de nombreuses années


  • 28/07/2014 à 22:07
    Anonyme
    alerter
    Et michel edouard, c'est pour quelle motivation? Le bien des français ou sa soif d'argent?
    Quand il nous aura tous etouffés, il augmentera ses prix comme à chaque fois!!!
  • 28/07/2014 à 23:32
    Anonyme
    alerter
    quelles sont les plus grosses fortunes départementales?
    Les propriétaires de grandes surfaces, qui sponsorisent le monde politique ...CQFD
    Facile de faire passer le potard du coin pour un nanti avec 9000€ par mois
    en France il faut tout niveler par le bas pour que quelques uns en profitent , pendant ce temps notre conseil de l'ordre nous demande de raconter de belles histoires , cherchez l'erreur bien confraternellement
  • 28/07/2014 à 23:51
    Anonyme
    alerter
    Très juste anonyme ! Faut qu'on se mobilise !!! Signé : un pharmacien au chômage...
  • 29/07/2014 à 00:07
    Anonyme
    alerter
    1.les malades réclament toujours le médoc vu à la télé que nous sommes obligé de commander au prix fort chez le grossiste au lieu de prendre l 'équivalent moins cher que nous avons.
    2.une patiente travaillant chez leclerc me dit que sous les toles dans les hangards il fait 45°c donc bonjour la conservation des futurs medocs
  • 29/07/2014 à 03:19
    Anonyme
    alerter
    je ne suis pas de votre profession (d'une autre réglementée) mais je rejoins vos idées (comme quoi les consommateurs ne sont pas que assoiffés de "pas cher"). Plus on a laissé de place aux grande surface, plus le commerce (et les emplois en terme de qualité ou de rémunération) en ont ressenti les effets...bref, nous vendre la "pilule" du pouvoir d'achat est grossier !! Il est vrai que le doliprane représente une part significative du budget de chaque famille (humour).
    Courage, attendons que la valeur travail soit définitivement anéantie et regretter nos années d'étude. 8 ans d'étude pour nous dire que gagner 3 à 4 fois le smic / mois est exagéré, alors qu'ils refusent de toucher à leur indemnités, c'est compréhensible !
    Aaah, si seulement il était possible de militer contre le monopole de la bêtise et leur apprendre la signification de la simple notion de gestion responsable...
  • 29/07/2014 à 08:04
    Anonyme
    alerter
    Une cliente me disait hier a quel point c était important pour elle d avoir un conseil personnalisé de son pharmacien, une écoute également. Je ne comprends pas que les politiques qui écrivent les rapports ne prennent pas en considération tout l aspect relationnel et humain du pharmacien de proximité. Qu ils fassent un sondage et ils seront surpris de voir que les gens préfèrent un conseil avisé plutôt que d aller acheter leurs médicaments au supermarché...
    Injustice totale également compte tenu des longues années d études , de l investissement tant financier que personnel au regard des plages d ouverture et du métier lui même.
  • 29/07/2014 à 08:10
    Anonyme
    alerter
    Bonjour, une petite réflexion sur les incohérences entre finances et santé publique. La Haute Autorité de Santé demande aux HAD sans PUI -dont les patients viennent chercher leurs médicaments auprès de leur pharmacien "de famille"- de renforcer encore et toujours plus le circuit médicamenteux. Je vise en particulier le contrôle du stock de médicament au domicile des patients, qui ne peut se faire que par l'aide de VOUS et uniquement VOUS. Comment arriver à remplir ces objectifs de santé publique de plus en plus drastiques et répressifs vis à vis des établissements de santé si ME Leclerc vend du Doliprane et autres médicaments par palettes entières sans aucun contrôle aux familles angoissées des patients sous soins palliatifs? Il y a fort à parier que la si belle réussite du DP ne serve plus à grand chose d'ici quelques années. Et les Roc Eclerc vont pouvoir se frotter les mains avec le taux d'hépatite fulminante qui va augmenter (volontaires ou non).... Signé d'un pharmacien qui se désolé de voir partir un si beau système de santé en c....
  • 29/07/2014 à 08:40
    Anonyme
    alerter
    L'incompétence des Politiques-technocrates est corrélé à la courbe du chômage, et je ne vois aucun signe d'amélioration.
  • 29/07/2014 à 08:47
    Anonyme
    alerter
    Pourquoi pleurer sur un système qui est en désintégration depuis des années(environ années 90)? Pourquoi ne pas prendre le problème à bras le corps plutôt que de se laisser bouffer :accepter certaines conditions qui sont inévitables au vu de la conjoncture et demander des contreparties significatives qui permettraient de sauver la profession. Arrêtons de se saborder nous-même, à vouloir tout garder pour soi on nous assassine!!Arrêtons de vouloir à tout prix conserver une pépite qui n'est plus d'or!!
  • 29/07/2014 à 09:34
    homeopotard
    alerter
    Comme l'a dit "Pourquoi pleurer..." j'ai milité il y a longtemps pour une refonte de la profession officinale, je plaidais pour un décrochage de la rémunération entre une acte du pharmacien et la rente fournie aux banquiers.
    C'était "de gauche" vingt ans se sont écoulés et le navire coule. Depuis les années 90', la dénomination des médicaments dans le législation européenne s'est faite sur un consensus : Médicament de prescription obligatoire et facultative, la frontière était tracée: monopole, hors monopole. A avoir trop fait attendre un changement de paradigme, la profession s'est mise la tête sur le billot. Personne dans le monde réel n'a que faire du monopole des pharmaciens puisqu'ils ont choisi de travailler avec les techniques de la GMS, qu'ils acceptent de la vraie concurrence, pensent-ils et ils ont raison. Avant de céder à l'attirance capitalistique des années 70-80, les pharamacies se cédaient avec un crédit vendeur, à un prix si honnête que les banques s'en désintéressaient. Les pharmaciens gagnaient leur vie et ne révaient pas de rachats "pour survivre". Les pharmaciens ont fait le choix de la concurrence interne sous la protection du monopole, cela engendrera automatiquement une réaction de leurs amis libéraux au nom de la liberté de concurrence, place aux chaînes de pharmacies.
    D'ici 10 ans les médicaments seront en vente partout et les pharmaciens n'auront toujours pas lu la première page de la Pharmacopée Européenne qui pourtant est la première pierre de notre identité.
    A banaliser le médicament, on a tué notre profession.
  • 29/07/2014 à 10:31
    Anonyme
    alerter
    mon dieu, enfin une bonne nouvelle. Hâte d'aller bosser pour la grande distribution et de voir minable petit salaire d'ajoint grimper en fleche. yesssss we can.
    A mort ce monopole et ses pathétiques positions injustifiées et injustifiable. Qu'on tue enfin le mamouth !
  • 29/07/2014 à 10:47
    Anonyme
    alerter
    La pépite n'est plus d'or ça c'est sur! Installée depuis quelques années seulement, d'entendre tout ça, ça sape le moral, si j'avais su...
    Si on nous enlève le peu qu'on a il nous reste quoi?? on ferme? On n'a même pas droit au chomage... négocier? nos syndicats passent le temps à négocier et on a quoi, pas grand chose. Avec la nouvelle rémunération, certains vont être très peu gagnants d'autres perdants... Moins de marge, moins d'argent pour payer les frais et le personnel d'où licenciements...économiques...Une pharmacie c'est aussi une entreprise qui doit faire des bénéfices pour payer ses salariés, ses frais et se rémunérer comme n'importe quelle autre profession.
  • 29/07/2014 à 11:21
    Anonyme
    alerter
    je ne suis pas de votre profession (d'une autre réglementée) mais je rejoins vos idées (comme quoi les consommateurs ne sont pas que assoiffés de "pas cher"). Plus on a laissé de place aux grande surface, plus le commerce (et les emplois en terme de qualité ou de rémunération) en ont ressenti les effets...bref, nous vendre la "pilule" du pouvoir d'achat est grossier !! Il est vrai que le doliprane représente une part significative du budget de chaque famille (humour).
    Courage, attendons que la valeur travail soit définitivement anéantie et regretter nos années d'étude. 8 ans d'étude pour nous dire que gagner 3 à 4 fois le smic / mois est exagéré, alors qu'ils refusent de toucher à leur indemnités, c'est compréhensible !
    Aaah, si seulement il était possible de militer contre le monopole de la bêtise et leur apprendre la signification de la simple notion de gestion responsable...
  • 29/07/2014 à 11:26
    Anonyme
    alerter
    Pffff grand n'importe quoi
  • 29/07/2014 à 11:30
    ailethé
    alerter
    tout cela est dans les tuyaux depuis longtemps ; au moins depuis l'instauration du "libre accès" fait pour habituer le client à se servir lui-même (on nous a utilisé comme on utilise les salariés pour apprendre leur métier aux chinois avant d'être licenciés par leur propriétaire qui délocalise ensuite) ; je l'avais dit à Kreit, c'est à croire que lui et son syndicat sont naïfs ou nuls.

    les financiers et la gms veulent capter la marge des pharmacies (9Mds d'EUR/an)
    -> la finance, parce que le monde croule sous les liquidités en mal d'emploi ( en attendant le grand crash qui volatilisera nos économies en EUR )
    -> la gms, parce qu'elle est insatiable et bien organisée.

    bien entendu, la gms ne se contentera pas du nurofen ; dans un 1er tps tout les "compléments" partiront avec l'otc et ensuite, ils obtiendront le vignetté.

    l'avenir le plus probable est donc la constitution de chaines dans et en dehors de la gms
    les prix clients, après quelques manoeuvres de com, ne changeront pas, et la concurrence sera plus faible qu'aujourd'hui, à l'image de ce qui se passe dans la téléphonie.

    pour parvenir à leurs fins, (évincer les indépendants pour les spolier de leur marge) finance et gms ont besoin de main-d'oeuvre, d'où la proposition de faire sauter le quota à l'entrée dans le diplôme, ce qui aura aussi comme conséquence la baisse des salaires (tjs bonne à prendre pour les financiers).

    mais c'est à tous les niveaux que l'offensive est menée : ainsi, les ARS ont déclaré, comme par hasard il y a 2 mois, "nous fonctionnaires" n'avons plus les moyens de contrôler les
    pharmacies, donc nous préconisons la mise en place d'une "certification" de celles-ci ; l'ordre a appuyé ; tout ceci n'est pas innocent : la certification sera le moyen pour les chaînes et financiers de tenir sous leur joug les salariés qui travailleront ds leurs boutiques et sera utilisée comme preuve que leur travail est bon.
  • 29/07/2014 à 11:35
    pourquoi pleurer
    alerter
    Il est surtout nécessaire de se repositionner sur le coût de l'outil de travail :STOP à la spéculation sur ce dernier! qui peut s'installer aujourd'hui? est-il normal de continuer à envoyer des jeunes étudier pour un diplôme aussi incertain!
    toutes les bases sont à revoir mais que font nos pairs ?
  • 29/07/2014 à 12:09
    The Captain
    alerter
    Arrêter de vous engueuler ! préparer plutôt les cimetières, embaucher des croque-morts, investissez dans les pompes funèbres parce qu'on va ramasser les cadavres !!! même les petits malins qui mettent leur trésorerie dans le rouge pour en tirer des avantages vont couler !
  • 29/07/2014 à 12:10
    The Captain
    alerter
    Arrêter de vous engueuler ! préparer plutôt les cimetières, embaucher des croque-morts, investissez dans les pompes funèbres parce qu'on va ramasser les cadavres !!! même les petits malins qui mettent leur trésorerie dans le rouge pour en tirer des avantages vont couler !
  • 29/07/2014 à 13:20
    Jeum37
    alerter
    Le prix des médicaments non remboursés a augmenté depuis 16 ans ? Encore heureux ! Ça s'appelle l'inflation !
    Il serait peut-être judicieux de regarder dans cette étude si l'on ne s'est pas focalisé sur les médicaments qui ont été déremboursés (leur prix n'est donc plus écrasé par la sécu et les volumes sont divisés par 5 ou 10 en qq mois ou années).
    En regardant les prix de l'OTC des pays voisins, on devrait se réjouir d'être en France. Les prix varient d'une officine à l'autre ? C'est bien qu'il existe une concurrence. Dans la GMS aussi mais eux ont le droit de communiquer, peuvent vendre bien plus de sortes de produits (certains nous sont interdits), n'ont pas d'obligations de santé publique (gardes, vérifications des ordonnances en engageant sa responsabilité personnelle, personnel diplômé, répartition réglementée sur le territoire pour éviter les déserts pharmaceutiques, lutte contre la surconsommation médicamenteuse et suivi des patients chroniques, prévention, premiers secours, etc.). C'est pour toutes ses contraintes que nous avons un monopole d'exercice et de possession de notre outil de travail, pour exercer en étant personnellement responsables de nos actes.
    En ouvrant le monopole et en éliminant le quorum d'installation ainsi que le numerus clausus, on va assister à des concentrations de structures dans des zones d'attractivité (fin de la répartition sur le territoire), on va ruiner un certain nombre de pharmaciens endettés pour l'achat de leur license, et voir la qualité générale de l'exercice chuter (vous avez déjà essayé de vous faire renseigner par des diplômés en parapharmacie ?...). Ne parlons même pas de la santé publique...

    Les administrations sont en train de faire un gros cadeau à la GMS, notre cher ministre Montebourg va faire sa pub en détruisant nombre de secteurs (réglementés, et ce pour une bonne raison) alors qu'il n'est même pas notre ministre de tutelle et tout ça pour un potentiel gain de pouvoir d'achat de 6 Mds pour les français (ce qui représente 7,50€ par habitant chaque mois... Bravo !...) !
    Je crois que dans sa magnifique intelligence, il a trouvé comment redresser durablement la France !

    J'aimerais qu'en contrepartie (mot très tendance en ce moment), nos élus soient soumis comme tous les citoyens à un impôt progressif sur le revenu. Ils comprendraient peut-être un peu mieux la difficulté des classes moyennes face à leur incompétence et leur lâcheté, se traduisant par une totale absence de stratégie et donc de gouvernance...
    Faites le ménage dans l'état et vous nous donnerez ensuite des leçons de gestion !
  • 29/07/2014 à 13:53
    Anonyme
    alerter
    une manif?
  • 29/07/2014 à 14:47
    Anonyme
    alerter
    Le monopole de l'installation est aujourd'hui réservé aux héritiers ou aux détenteurs de compte avec a minima 200 000 euros. Pour les autres c'est le salariat a 2400 euros/mois si tout va bien ou sinon le mi-temps, pire le chômage.
    Bref pour travailler et entreprendre il faut payer.
    Et pour payer il faut vendre plus cher évidemment.
    Le monopole du médicaments aux pharmaciens me semble beaucoup plus juste que le monopole aux pharmacies. OK pour la proposition numéro 2 : liberté d’installation totale pour les pharmaciens . Et ça évitera d'entendre les réflexions @anonyme .
  • 29/07/2014 à 14:51
    Anonyme
    alerter
    Faisons la grève des gardes
  • 29/07/2014 à 18:16
    Anonyme
    alerter
    il faut arrêter le tiers payant et demander aux grandes
    surfaces de faire les gardes , faudrait il commander les faux médicaments en chine ou en inde comme EDOURD LECLERC , qu' elle sera le salaire des adjoints quand ils seront en surnombre ? qui sera responsable quand le pharmacien du grande surface sera obligé de vendre en grand nombre de l' aspirine ou doliprane en se souciant uniquement du gain plutôt que la santé du malade?
    EDOUARD LECLERC sera t' il inscrit à l' ordre pour les sanctions disciplinaires ? pourrait on proposer à edourd leclerc la vente des médicaments à l' unité pour pouvoir augmenter le pouvoir d' achat des clients?
  • 29/07/2014 à 19:00
    Arror
    alerter
    Je vais me reconvertir , je vais ouvrir un resto. Vraiment aucun respect pour les docteurs (médecins et pharmaciens) dans ce pays de Merde.

    Quand un patient vient a la pharmacie et vous dis je cite ''il m'a pas prescrit du ****** '' ''Non'' " Oh le Conar , je lui avait avais dit pourtant !" .Que voulez vous attendre de ce pays...
  • 29/07/2014 à 19:09
    Anonyme
    alerter
    si on supprime nos employés qualifiés qui travaillent pour la sécu et les remplacer par une caissière , on peut faire des économies.


    En faisant payer le client de suite on peut supprimer notre logiciel couteux , on peut aussi ne plus se former ,
    En faisant comme edouard on peut tout vendre moins chère....
  • 29/07/2014 à 19:27
    Anonyme
    alerter
    gros foutage! on nous prend pour des cons depuis
    longtemps
  • 29/07/2014 à 19:32
    Anonyme
    alerter
    que font les syndicats ? il faut faire une grêve générale



  • 29/07/2014 à 19:35
    Arror
    alerter
    L'autre y parle encore de syndicats jte jure , il a pas compris que ce sont des en&%*£/@, des fils de p&%$§ et du fum£$@&
  • 29/07/2014 à 20:45
    The Big Boss
    alerter
    @jeum37

    Belle réaction, bravo a toi !
  • 30/07/2014 à 05:27
    Anonyme
    alerter
    le revenu des pharmaciens annoncé par l' IGF doit être
    diminué des emprunts de l' entreprise et divisé par 2
    pour prendre en compte nos heures travaillées.
    nos prix sont calculés en fonction du prix d' achat
    si les labos faisaient les mêmes prix aux pharmaciens
    nos prix seraient uniformisés, mais on ne peut pas vendre à perte avec nos charges imposées pour le tiers payant et une dispensation de qualité et en toute sécurité



  • 30/07/2014 à 07:50
    Anonyme
    alerter
    Suite aux articles parus ds la presse mettant en cause les professions réglementées (Ex : les Echos 15/07 avec la fameuse boite de Spasfon à 4,44E...), y a t'il eu un démenti des instances censées nous représenter ( à l'image des notaires qui ont rapidement réagi)? A mon niveau je n'ai encore rien vu passer concernant la pharmacie.
  • 30/07/2014 à 08:38
    Anonyme
    alerter
    on aimerait entendre nos syndicats!
  • 30/07/2014 à 08:58
    Anonyme
    alerter
    Ils peuvent bien supprimer le numerus clausus à l'entrée des études. La sélection se fait aux portefeuilles maintenant!
  • 30/07/2014 à 16:20
    Anonyme
    alerter
    pour faire baisser le prix des pubs , les grandes
    surfaces pourraient acheter les médias.....et ainsi de suite....
  • 30/07/2014 à 16:28
    Anonyme
    alerter
    c facile aussi de faire des prix bas en exploitant ses salariés comme le fait la GMS allant jusqu'au burn out !
  • 30/07/2014 à 23:26
    Anonyme
    alerter
    Les pharmaciens sont déjà au chômage, pourquoi on enlevé le numerus clausus? On fait ça dans les pays en pénurie de pharmaciens!!!!!!! Pas en France
  • 31/07/2014 à 02:46
    Jeum37
    alerter
    Merci The Big Boss ! :-)
  • 31/07/2014 à 07:48
    Anonyme
    alerter
    on supprime le numerus clausus pour payer les pharmaciens aux prix des caissières .
  • 31/07/2014 à 12:08
    Anonyme
    alerter
    Deux parties dans cette affaire, le ministère de l'économie qui répond aux recommandations de la Commission européenne dans un pays en faillite et le ministère de la santé avec l'Ordre qui organisent la désertification officinale et mentent à la Commission... Qui va gagner à votre avis...
  • 01/08/2014 à 14:43
    Anonyme
    alerter
    On doit réagir dans les médias ,faire des manifestations expliquer nos obligations ,ils n'aurons plus le même service reagissont vite !
  • 03/08/2014 à 13:57
    Anonyme
    alerter
    Enfin la liberté d'installation pour les pharmaciens. En quoi l'achat d'une pharmacie était-elle gage de compétence?? Les pharmaciens adjoints n'avaient comme perspective de carrière (s'ils n'étaient pas héritiers) qu'un salaire au dessous du plafond cadre de la sécurité sociale, aucune progression de salaire et souvent un licenciement quand la Pharmacie était vendue. De nombreux titulaires ne respectaient pas les règles déontologiques.. On ne compte pas les Pharmacies dans lesquelles le conjoint non diplômé sers au comptoir, ni les officines restant ouvertes sans Pharmacien.....
  • 03/09/2014 à 18:31
    Anonyme
    alerter
    Combien l'état rénumère-t-il ses pharmaciens (hospitalier, ARS, sécurité sociale)?

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...