25/07/2014 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Projet de loi santé : une centaine de mesures envisagées

Une version préliminaire de la future loi de santé comprend une centaine de mesures dont certaines concernent directement l'officine. C'est le cas de dispositions encadrant  les ruptures d'approvisionnement de médicaments dits d'intérêt thérapeutique majeur. 
L’avant-projet de loi santé, dans une ébauche diffusée ce vendredi 25 juillet par l’hebdomadaire L’Espace social européen, comprend une centaine de mesures regroupées en 53 articles. Sans surprise, le texte prévoit la mesure controversée de généralisation du tiers-payant au cabinet médical.

Il aborde en outre la formation initiale et continue des professionnels de santé, la simplification administrative pour les assurés sociaux et la notion d’action de groupe pour les usagers de santé. L’avant-projet de loi comprendrait l’expérimentation pour une durée de 6 ans de centres d’accueil pour les usagers de drogues (« salles de shoot ») et traiterait de la réalisation de tests rapides d’orientation diagnostique pour le VIH.

Concernant le médicament, il est prévu d’ « élaborer ou mettre à jour des fiches sur le bon usage de certains médicaments notamment de définir leur place dans la stratégie thérapeutique ».

Les critères permettant d’identifier les médicaments d’intérêt thérapeutique majeur devront être précisés. Il s’agit des médicaments pour lesquels une interruption de traitement est susceptible de mettre en jeu le pronostic vital des patients à court ou moyen terme ou représente une perte de chance importante pour les patients en regard de la gravité ou du potentiel évolutif de la maladie.

Les laboratoires les commercialisant devront mettent en place des plans de gestion des pénuries. Toujours sur le sujet des ruptures d’approvisionnement, les pharmacies d’officine disposeront de plus d’informations de la part des laboratoires, qui devront pouvoir trouver les solutions alternatives. Les grossistes-répartiteurs participent à la prévention et à la gestion des ruptures de médicaments. Si besoin, indique le texte, « les officines peuvent dispenser au détail des médicaments disposant d’une autorisation d’importation délivrée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé pour pallier une rupture d’un médicament sur décision du directeur général de l’Agence. »






Matthieu Vandendriessche

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...