30/06/2014 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Crédit Zabou Carrière

La vignette pharmaceutique disparaît officiellement le mardi 1er juillet. En contrepartie, selon un décret et un arrêté parus au Journal officiel du dimanche 29 juin, les officinaux doivent désormais inscrire sur l’original de l’ordonnance le prix de chaque produit, la base et le taux de remboursement par l’Assurance maladie, ainsi que le montant à la charge de l’assuré et celui imputé à un éventuel organisme complémentaire.

Pour chaque produit doivent également figurer la quantité délivrée, la dénomination exacte (30 caractères maximum) et son identifiant (code CIP à 13 caractères), un éventuel tarif forfaitaire de responsabilité (TFR). Dans le cas où il n’en existe pas, la mention « - » est indiquée.

Les montants totaux de prise en charge par l’Assurance maladie et par un éventuel organisme complémentaire sont également mentionnés.

Les logiciels informatiques de l’officine offrent déjà la possibilité d’imprimer un « ticket Vitale », qui devient obligatoire dès le mardi 1er juillet.







Matthieu Vandendriessche

Les dernières réactions

  • 01/07/2014 à 08:13

    alerter
    une simplification d'un coté pour une complication de plus pour les pharmacien !!!
    Moi, je dirais plutôt .... un ticket vitale pour celui qui en fait la demande ....
    En effet, ca fait longtemps depuis la "gratuité" que les patients ne se préoccupent plus de ce que coutent les médicaments !!! donc ...inutile plutôt qu'"obligation".
    Le pharmacien est las des obligations futiles même par décret un 29 juin pour le 01 juillet !!!
  • 01/07/2014 à 10:31

    alerter
    La gratuité déresponsabilise certes les clients, mais ces derniers ne sont pas les seuls responsables.
    Depuis bien longtemps les patients auraient du avoir un "ticket-Vitale" avec des explications pour leur faire comprendre que la santé n'était pas gratuite.
    On peut se demander à qui la situation profitait. En pensant que le système allait perdurer, en pensant CA plutôt qu' éducation pour un suivi de traitement (et par conséquence économie pour la Sécu), les pharmaciens ont oublié leur rôle d'éducateurs et conseillers de santé.
    Satisfaisons donc à l'obligation actuelle qui n'est que normale.
    Un pharmacien et patient conscient de ce qu'il coûte à la société.
  • 01/07/2014 à 18:42

    alerter
    quand les personnes ne paient rien ils s'en moquent de ce que ca coute !!

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...