14/04/2014 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Depuis près d’un mois, parapharmacies et grandes surfaces sont autorisées à vendre des tests de grossesse et d’ovulation. A peine sortis du monopole officinal, ces dispositifs font l’objet d’une âpre concurrence entre circuits de distribution. Uniquement sur le prix. Car le conseil et l’accompagnement restent l’apanage des pharmacies. Voici comment les renforcer au comptoir.

1-Comment votre équipe appréhende t-elle les consommatrices en demande d’un test de grossesse ? Pour le savoir, inscrivez la question à l’ordre du jour de la prochaine réunion que vous organisez une ou deux fois par mois avec vos collaborateurs. Cela peut se faire également de manière informelle.

2-Lors de cet état des lieux, laissez chacun s’exprimer et s’interroger sur son approche, que la consommatrice soit ou non en attente de conseils.

3-Elaborez une procédure d’accompagnement en construisant un arbre décisionnel à l’usage de toute l’équipe. « Certaines consommatrices ne voudront pas entamer de dialogue. En allant à l’encontre de ce besoin d’intimité, vous risquez de les pousser à effectuer cet achat en GMS », préconise Joëlle Hermouet, directrice de la société Formaplus. Se voir opposer un refus de dialogue, cela n’est pas si grave.

4-Lorsqu’un conseil s’avère opportun, sachez dans quel cadre ce test est utilisé. « Il peut arriver qu’il soit acheté au mauvais moment, par exemple au lendemain d’un rapport non protégé », indique Nicolas Deguilhem, préparateur et consultant en management à l’officine. Demander un test, cela peut d’ailleurs être une manière tacite de requérir un conseil sur la contraception d’urgence.  

5-Que la grossesse soit désirée ou qu’elle ne le soit pas, une consultation médicale s’impose après résultat positif du test.






Matthieu Vandendriessche

Les dernières réactions

  • 14/04/2014 à 22:37
    april
    alerter
    le petit plus: si l'on vous confie qu'un résultat positif est attendu, profitez de ce moment pour glisser une brochure du Cespharm sur la Nutrition pendant la grossesse, puis selon la réceptivité pour entamer le dialogue sur la complémentation en acide folique etc.
  • 15/04/2014 à 17:34
    Matthieu VANDENDRIESSCHE, Pharmacien (autre)
    alerter
    Ce serait impeccable en effet !

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...