24/07/2017 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
La SPILF cherche des alternatives pour contrer les résistances bactériennes aux antibiotiques DR

Dans sa dernière lettre d'information, la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) fait un premier focus sur les antibiotiques oubliés qui pourraient redevenir intéressants avec l'augmentation des résistances bactériennes.

Il s'agit de préserver les carbapénèmes en dernier recours. Ce focus porte sur les antibiotiques phénicolés, dont un seul représentant est commercialisé en France, le thiophénicol disponible en injectable et par voie orale. Outre ses indications limitées (infections aiguës des voies respiratoires à germes résistants aux autres antibiotiques, typhoïde et autres salmonelloses, urétrites gonococciques et non gonococciques, etc.), la SPILF suggère que cette molécule pourrait être utilisée pour les infections urinaires masculines à BLSE (bêtalactamases à spectre élargi), résistantes aux fluoroquinolones et au cotrimoxazole.

Sa toxicité hématologique, pouvant toucher les trois lignées, nécessite une surveillance avant et pendant le traitement. 

Le RCP en cours de mise en ligne sur la base publique de données des médicaments laisse supposer une modification à venir.






Les dernières réactions

  • 24/07/2017 à 21:31
    pharmaco2b
    alerter
    Et pourquoi chere societe savante ne pas re-introduire la specilline G/1975 et la trobicine 2G
  • 24/07/2017 à 21:42
    pharmaco2b
    alerter
    Le thiophenicol ,objet dans les annees 80 de vastes trafics vers les pays d asie du sud est pour soigner la tuberculose
  • 24/07/2017 à 22:35
    brucine
    alerter
    Il s'agit uniquement de sauver le soldat carbapénème.

    La pénicilline G continue d'exister per os (Oracilline), on ne voit plus trop son intérêt autrement.

    Idem pour la Trobicine, dont l'indication majeure (gonococcies) s'est vue avantageusement remplacée par un choix de "traitements minute" par voie orale ou la ceftriaxone IM.

    Quant au thiophénicol, et une fois passée sous silence sa toxicité, on n'en voit non plus pas trop d'intérêt dans la tuberculose, sauf concernant des infections associées, et il reste historiquement lié aux typhoïdes, accessoirement à la méningite.
  • 24/07/2017 à 23:48
    pharmaco2b
    alerter
    ah brucine tu es pour moi une incroyable machine a remonter le temps mais maintenant que tu me le dis ma memoire revient-c etait la streptomycine injectable importee des usa apres guerre dans les pays d asie qui valait de l or pour les tuberculoses
  • 25/07/2017 à 00:04
    pharmaco2b
    alerter
    et la trobicine 2 gr ca faisait mal par ou ca passait-solute super huileux.fallait souffrir quand tu aimais trop les femmes
  • 25/07/2017 à 00:16
    pharmaco2b
    alerter
    et je suis tres content que la fosfomycine -delivree larga manu -n engendre que des resistances.jessaye d expliquer a mes patients que les resistances sont individuelles et croisees....mais personne ne me comprends!!!
  • 25/07/2017 à 00:31
    pharmaco2b
    alerter
    brucine qu est devenu la streptomycine..j arrive plus a me souvenir du labo!!!specia???
  • 25/07/2017 à 00:36
    pharmaco2b
    alerter
    n en deplaise aux trentenaires du 21 eme siecle ,on voit bien qu on peut bfaire du neuf avec du vieux
  • 25/07/2017 à 09:40
    brucine
    alerter
    La fosfomycine, également issue de Streptomyces, fait débat non pas chez les femmes, mais chez les médecins pour de multiples raisons: sa prescription est inadaptée chez la femme ménopausée ou âgée, et l'administrer à l'aveugle fait obstacle à la prise en charge de cystites compliquées et à la mise en oeuvre de prévention.
    Rappelons que 30 à 40% des cystites simples guérissent spontanément chez la femme jeune (et qu'elle n'a aucune indication ni chez l'homme, ni dans la gonococcie).

    Historiquement, la pénicilline puis la streptomycine nous ont été léguées par l'armée américaine, puis sous licence Merck.
    La production française a été le fait de Spécia (Rhône Poulenc), puis Diamant/Roussel.
    On essaya de préférer à la streptomycine la dihydrostreptomycine, moins toxique.
    Les résistances, le coût, la toxicité ont tué la streptomycine dans l'usage courant.
    Mais il convient de rappeler qu'elle continue d'exister en usage hospitalier et sur la liste des indispensables de l'OMS (peste, tularémie, tuberculose résistante...)

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK