20/10/2017 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Valproate, depakine, depakote, depamide, enquête valproate, pharmacien valproate DR

L’ANSM a dévoilé les résultats d’une étude réalisée dans plus de 200 officines. Le but de celle-ci était de s’assurer de la bonne application des conditions de prescription et de délivrance des médicaments contenant du valproate : prescription initiale par un spécialiste et présentation de l’accord de soins.

Les résultats de cette enquête qui s'est déroulée entre avril et juin 2016, puis entre avril et juillet 2017 montrent que le niveau global de respect des conditions de prescription et délivrance est très insuffisant en 2017, même s’il a progressé depuis 2016. Il atteint en effet seulement 47 % en 2017 (contre 31 % en 2016).

La présentation de l’accord de soins lors de la dispensation n’est par exemple effectué que dans 50 % des cas en 2017 (contre 33 % en 2016).

Dans un communiqué, l’ANSM a rappelé l’importance de ce formulaire d’accord de soin co-signé qui permet, dans le cadre du dialogue entre la patiente et son médecin, de formaliser les informations relatives aux risques associés à la prise du traitement par valproate.

Dominique Martin, directeur général de l’ANSM, a souligné que cette « enquête de tendance » révèle une « situation qui n’est pas acceptable ». « Actuellement, tout n’est pas fait pour éviter le valproate chez la femme enceinte. Il faut que l’information soit la plus répandue possible ».

Interrogé sur la responsabilité des pharmaciens dans la délivrance du valproate dans des conditions parfois inappropriées (pas de présentation du formulaire d’accord de soins par exemple), Dominique Martin a été assez clair : « Les pharmaciens sont très efficaces et jouent leur rôle. Lorsqu’il a une demande de Depakine, si le pharmacien dit à la patiente « retournez voir votre spécialiste et revenez avec l’accord de soins» , la patiente insuffisamment traitée peut ultérieurement se prendre un platane en prenant sa voiture. »

L’enquête sera reconduite en 2018.






Anne Drouadaine

Les dernières réactions

  • 20/10/2017 à 23:44
    Okailhal
    alerter
    Jugé delivrance ds des conditions inappropriées trop dire
    Reste a jugé prescription indisponsale aux prescripteurs
    En matiere de pharmacovigilence et pgarmaco epidemio et evaluation effets et effets secondaire aux presripteurs libre chois
  • 22/10/2017 à 10:03

    alerter
    Okailhal, c'est bien, maintenant vous refaites la même en français et lisible merci
  • 22/10/2017 à 13:32
    Potard17
    alerter
    Sacrée ANSM et quelles coïncidences bizarres!!
    La première étape de l’action de groupe contre Sanofi dans le dossier Dépakine, au tribunal de grande instance de Paris, s'est déroulée le 18 octobre 2017. Et voilà que l'ANSM fait, dans la foulée le 20 octobre 2017, une communication sur le mauvais respect des conditions de prescription et de délivrance des spécialités à base de valproate...
    Et ce juste après:
    - sa mauvaise gestion du dossier Lévothyrox et la perquisition le 17 octobre de son Siège à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis;
    - le fait que "l'État a été condamné pour la première fois à indemniser une plaignante dans l'affaire du Mediator et devra lui verser 22 885 euros, soit 30 % du montant total de la réparation, selon un jugement du tribunal administratif de Paris rendu le 10 octobre. Ce jugement constitue la première application de deux décisions précédentes, a précisé le tribunal administratif.
    La première avait été rendue par le Conseil d'État le 9 novembre 2016 : il avait considéré que l'État était responsable des réparations, mais seulement partiellement, en raison des « agissements fautifs » du laboratoire Servier. Dans la deuxième décision, le 4 août dernier, la cour administrative d'appel de Paris avait fixé à 30 % la part de l'État dans cette responsabilité."
    Ne trouvez-vous pas que l'information de l'ANSM sur les médicaments à base de Valproate ressemble curieusement à une ouverture de parapluie???

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Pensez-vous que le conseil soit de qualité dans les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK