30/01/2017 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Médicaments dangereux : 82 spécialités concernées selon Prescrire DR

Prescrire a dévoilé son nouveau bilan des médicaments à écarter : ainsi 82 spécialités ont une balance bénéfices-risques défavorable dans toutes les indications figurant dans l’AMM.

Les effets indésirables potentiellement graves sont pointés du doigt ainsi que l’efficacité minime de certains médicaments. C’est le cas par exemple des spécialités utilisées dans le traitement de la maladie d’Alzheimer (donépézil, galantamine, rivastigmine, mémantine). Concordant avec la décision de la HAS d’abaisser le service médical rendu de ces spécialités fin 2016, Prescrire recommande de « se concentrer sur l’aide à l’organisation du quotidien, le maintien d’activité, l’accompagnement et l’aide de l’entourage ».

Les décongestionnants par voies orale et nasale sont également dans le viseur de la revue scientifique depuis plusieurs années, pour leurs effets indésirables disproportionnés par rapport aux troubles bénins qu’ils sont censés soigner (le rhume). Approuvant ce point de vue, un pharmacien a d’ailleurs pris la décision de refuser, depuis septembre 2016, la délivrance des médicaments contenant de la pseudoéphédrine dans le cadre d’un conseil.

Sur la liste noire des journalistes de Prescrire, on retrouve des molécules qui font (ou ont fait) régulièrement l’objet d’alertes : les fibrates, l’olmésartan, l’orlistat, les coxibs, le kétoprofène en gel, le ranélate de strontium ou encore la dompéridone.

La revue scientifique Prescrire regrette un nombre trop faible de suspensions, retraits d’AMM ou arrêts de commercialisation et appelle les patients et les soignants à ne pas attendre l’action des autorités et à écarter d’eux-mêmes les médicaments les plus dangereux.






Anne Drouadaine

Les dernières réactions

  • 30/01/2017 à 16:59
    phymag
    alerter
    Prescrire et Le Moniteur 2 indispensables de la profession pour bien exercer la pharmacie.
  • 31/01/2017 à 09:05
    Zegfr
    alerter
    Ce serait bien que les médecins lisent l'article de prescrire, car malheureusement, ce sont tous des médicaments prescrits et pour un patient, parole de médecin égale parole d'evangile!...
  • 31/01/2017 à 09:35
    Margt
    alerter
    En accord avec vous ,mais nous avons en partage la conciliation médicamenteuse ...alors si ne nous sommes pas d'accord un coup de fil pour explication est souvent nécéssaire.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

La rentrée sera-t-elle pour vous l'occasion de mettre en place des nouveautés à l'officine (management, services aux patients, etc.) ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...