17/05/2016 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Mycophénolate, cellcept, myfortic, renaloo, transplantation, accord de soins, contraception, ansm DR

Depuis début avril 2016, la délivrance du mycophénolate (Cellcept ou génériques, Myfortic), médicament antirejet, est conditionnée par la présentation d’un formulaire d’accord de soins signé. L’ANSM recommande en outre aux femmes traitées une double contraception.

Dans un courrier adressé à l’ANSM, l’association de patients Renaloo rappelle que dans le cadre d’une transplantation rénale par exemple, l’interruption du traitement par mycophénolate « fait courir un risque vital immédiat lié au rejet du greffon ». Elle relate l’expérience de plusieurs patientes surprises par la mise en garde de leur pharmacien de ne plus leur délivrer le traitement en cas de non présentation de l’accord de soin et interpelle à ce propos l’ANSM : « Par ailleurs, nous souhaiterions connaître le degré de responsabilité du pharmacien dans l’hypothèse où la non délivrance du mycophénolate conduirait à des dommages graves pour une patiente ? ».

Le sujet est d'autant plus compliqué que se pose également la question inverse : quelle responsabilité pour le pharmacien en cas de problème chez un bébé suite au traitement par mycophénolate ?






Anne Drouadaine

Les dernières réactions

  • 17/05/2016 à 18:48
    Guzto11
    alerter
    Non mais sérieux qui est l'idiot qui a pondu un étron pareil. Toujours plus de lourdeurs administratives pour moins de services aux patients ! Un mot M*****!!!
  • 17/05/2016 à 21:53
    Claire Sevin, Pharmacien titulaire
    alerter
    Cette info est un cadeau empoisonné, j'ai eu a le traiter il y a 3 semaines avec un patient greffé il y a 15 ans ,
    je lui ai délivré le cellcept et dit " x ...à ce sujet,je pense à toi depuis 15 jours et sans vouloir m'immiscer dans ta vie intime,je pense que tu devrais contacter le service de Necker à propos d'un papier de l'agence du médicament reçu récemment demandant la contraception des patientes traitées et même de leur conjointe comme c'est le cas pour toi,
    il a encaissé le coup et confié que cela tombait mal car son amie est justement en désir d'enfant... et que " c'est c.." car Necker a voulu m'inclure dans une étude , ça m'a gonflé car je n'avais pas de copine à l'époque."
    je lui ai dit que j'avais pesé le pour et le contre mais qu'il n'aurait certainement pas aimé que je lui cache , il m'a remerciée mais je suis mal depuis car depuis 3 semaines je suis sans nouvelle . en partant , comme pour se rassurer il m'a dit "dans tous ceux que j'ai côtoyé il y en a surement qui ont eu des enfants !!! ....
  • 18/05/2016 à 07:31
    rab74
    alerter
    comme pour les valproates, nous faisons les flics lanceurs d'alerte....si on met sous protocole tous les patients avec médicaments inscrits sur la liste du CRAT, ça va devenir compliqué. l'étrange étant que certains spécialistes ne semblent pas au courant, ou refusent d'en tenir compte...nous avons joint à la fiche produit un document avertissant l'utilisateur du risque encouru, lui expliquant qu'on délivre 1 boite pour ne pas interrompre le traitement, et lui enjoignant de reprendre rapidement contact avec le prescripteur afin de réévaluer et régulariser la situation. que peut-on faire d'autre? et on s'en est déjà servi plusieurs fois hélàs.
  • 18/05/2016 à 11:20
    coco
    alerter
    quel est le degré de responsabilité ? ils se posent la question....j'adore.... notre responsabilité est totale dans tous les cas... pour moi je ne refuserai pas une délivrance si elle met en péril la patiente, mais si il le faut je lui ferai signer un document où elle reconnait avoir eu connaissance du formulaire d'accord de soins. Je pense que cela dégage ma responsabilité en cas de problème.
  • 18/05/2016 à 11:34
    nico
    alerter
    la réponse de l'ANSM ? on s'en fout ?
  • 18/05/2016 à 16:26
    Grizzly 24
    alerter
    Pour les femmes en âge de procréer, un accord de soins doit être présenté lors de chaque délivrance :
    - dès à présent pour toutes les initiations de traitement
    - dès que possible et au plus tard le 30 septembre 2016 pour les patientes en cours de traitement

    Comme pour le valproate de sodium et ses dérivés, nous avons une période transitoire.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...