05/01/2015 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne du médicament a émis fin décembre un avis favorable à l’octroi d’une AMM pour Mysimba (naltrexone/bupropion), dans le cadre du contrôle du poids chez les patients adultes ou en surpoids qui présentent au moins une complication en raison de leur poids, en complément d’un régime ou d’une activité physique.

La France, estimant que la sécurité de ce produit n’était pas suffisamment établie, a voté contre cet avis.

Une position partagée par la revue Prescrire, qui juge la décision du CHMP inacceptable compte tenu de l’efficacité modeste du produit et de ses possibles effets secondaires cardiovasculaires ou neuropsychiatriques. C’est maintenant à la Commission européenne de trancher.






Les dernières réactions

  • 05/01/2015 à 19:41
    DD
    alerter
    un truc de malade
  • 05/01/2015 à 20:07
    tt
    alerter
    vive l'Europe... ou comment ne plus pouvoir contrôler ce qui se passe dans notre pays...
  • 05/01/2015 à 21:35
    hervé
    alerter
    refusons de délivrer ce poison ! une honte pour toute les professions de santé que de distribuer une telle saloperie
  • 05/01/2015 à 21:36
    hervé
    alerter
    même les rats de laboratoire en crèvent de ce genre de produits
  • 06/01/2015 à 07:11
    bonsens
    alerter
    .....n importe quoi !!!!
    de l argent sale en perspective pour ce labo( dont j ignore le nom) !
  • 06/01/2015 à 08:31
    anne
    alerter
    quand bien meme ce medicament aurait cet amm en France, libre aux médecins de refuser la prescrition en bloc
  • 06/01/2015 à 09:25
    Lao Tseu
    alerter
    et d'informer rigoureusement le patient potentiel libre alors de son choix!
  • 06/01/2015 à 09:50
    Marie
    alerter
    Très toxique ...alors à ne pas délivrer .Les problèmes Mediator ne leur ont pas suffi ...
  • 06/01/2015 à 12:05
    vv
    alerter
    à nous de prouver notre rôle de dernier rempart et de refuser la délivrance en expliquant au patient et au médecin notre raison
  • 06/01/2015 à 14:33
    Kannah
    alerter
    Ca me fait drôlement penser à l'acomplia, qui a été aussi rapidement retiré de marché .... Quand on voit le "mécanisme d'action" (inconnu en fait) du bupropion dans le sevrage tabagique, je me demande comment ils ont réussi à vendre le produit ....

    Bref, une belle m**** en perspective.
  • 07/01/2015 à 02:49
    coco
    alerter
    Voilà: quand les liberaux dirigent la politique du médicament... ils assumeront. Moi je ne délivrerai pas c'est sûr. Point final.
  • 08/01/2015 à 10:22
    fatker
    alerter
    on oublie vite ce qui s'est passé avec le mediator cela n'a pas servi de leçon c'est toujours une histoire sale d'argent

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Publicité

Publicité


Revue
Publicité

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums

Publicité

Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...